X

Liban

Baisse de la tension entre Israéliens et Libanais : chercher les Russes ?

Décryptage
02/03/2017

Il y a près de deux semaines, le Liban semblait à la veille d'une nouvelle agression israélienne. Le président de la République et le secrétaire général du Hezbollah ont d'ailleurs tour à tour, chacun à sa manière et selon sa fonction, haussé le ton pour transmettre aux Israéliens le message suivant: toute nouvelle agression contre le Liban aura de graves conséquences sur l'intérieur israélien. En expliquant à une chaîne égyptienne que les armes du Hezbollah s'inscrivent dans le cadre d'une stratégie de défense nationale, le chef de l'État a aussi voulu montrer aux Israéliens que toute attaque contre cette formation est une agression contre tout le Liban et sera donc considérée comme un acte de guerre. De même, Hassan Nasrallah a expliqué que si le Liban était attaqué, le Hezbollah pourrait envoyer des missiles non seulement à Haïfa où se trouvent les dépôts d'ammonium, mais aussi à Dimona (au sud d'Israël) où se trouvent les installations nucléaires israéliennes. Immédiatement, le ton israélien est descendu d'un cran et les risques d'une attaque semblent soudain moins grands.

Selon une source militaire, les déclarations musclées du chef de l'État et du secrétaire général du Hezbollah ont donc largement contribué à calmer les velléités belliqueuses des dirigeants israéliens. Mais ces derniers n'ont pas renoncé, pour autant, à toute idée de porter un coup au parti chiite. La possibilité qui est le plus souvent évoquée parle de raids aériens contre des positions du Hezbollah le long de la frontière libano-syrienne, ou alors dans la région syrienne limitrophe du Liban, où le Hezbollah est présent.

La source militaire précitée rappelle à cet égard que depuis la victoire enregistrée par le Hezbollah et les forces du régime syrien à Qousseir et dans le Qalamoun syrien, cette région est devenue un véritable bastion des forces alliées de l'armée syrienne. La géographie montagneuse des lieux est favorable à l'installation par le Hezbollah de nombreuses rampes de missiles de moyenne et longue portée dans les grottes naturelles qui pullulent dans cette région. Il semble ainsi que le Hezbollah ait profité du retrait des combattants de l'opposition syrienne de la plus grande partie du Qalamoun syrien pour installer plusieurs bases militaires dans cette région qui surplombe la Syrie, le Liban, et même la Palestine occupée et un bout de la Jordanie. Il s'agit donc d'une zone stratégique dont le Hezbollah essaie de tirer profit au maximum.

Les Israéliens ne sont pas sans savoir que le Hezbollah a largement renforcé sa présence dans cette zone et ils songeraient à y effectuer quelques raids, en guise d'avertissement, à défaut de pouvoir mener une large offensive contre cette formation au Liban. La possibilité est d'autant plus évoquée qu'il existe encore des poches entre les mains des combattants de l'opposition dans le Qalamoun syrien et dans l'environnement proche de Zabadani et Madaya, ainsi que dans la zone limitrophe du jurd de Ersal. Ces poches pourraient donc être utilisées ou même servir de prétexte pour justifier une opération aérienne israélienne dans ce secteur. Il faut préciser, dans ce contexte, qu'il a été à plusieurs reprises question pour l'armée syrienne et ses alliés d'en finir avec ces poches, mais la décision n'a jamais été clairement annoncée. Il en est question dans les médias, mais l'exécution est sans cesse reportée. Selon la même source militaire, la raison du maintien de ces poches, alors qu'en raison du rapport des forces dans cette zone, elles pourraient être fermées, serait la crainte de représailles des forces de l'opposition syrienne contre les deux villes encerclées Kfaria et Fouha dans le rif nord d'Alep. À plusieurs reprises, l'armée syrienne et ses alliés ont tenté de lever le blocus imposé à ces deux localités qui comptent encore près de 30 000 habitants sans y parvenir. L'armée syrienne et ses alliés se heurtent donc à chaque fois à l'équation suivante: toute action militaire contre Zabadani, Madaya ou le Qalamoun déclencherait une attaque systématique contre les deux localités de Kfaria et Fouha. Pour cette raison, il n'y a donc eu, depuis la reprise de cette région par l'armée syrienne et ses alliés, aucune tentative véritable d'en finir avec les poches des différentes factions de l'opposition syrienne dans le Qalamoun.

C'est dire qu'en dépit de la victoire de l'armée syrienne et de ses alliés dans cette région, celle-ci continue à être à hauts risques. Mais un nouveau développement est survenu récemment qui est susceptible de changer la donne. Loin du nord de la Syrie où se déroulent actuellement les plus importants combats et loin de la base de Tartous, les Russes auraient décidé d'installer des postes fixes dans cette région montagneuse. Pour certains, il s'agit de simples observateurs, mais pour d'autres, ce sont de véritables positions militaires. Quelle que soit la version retenue, cette décision russe ne serait pas le fait du hasard. Selon la source militaire précitée, il s'agirait d'un message adressé par les Russes aux Israéliens pour qu'ils ne songent pas à attaquer cette région, car ce serait provoquer une riposte à partir de leurs positions militaires. Le message est visiblement parvenu à destination et globalement, après des menaces précises, la tension a baissé entre les Israéliens et les Libanais...

 

Pour mémoire 

Nasrallah promet des "surprises" à Israël en cas de nouvelle guerre

Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Soeur Yvette

Que Dieu preserve notre LIBAN...

Honneur et Patrie

Il était une fois ! Il était une fois une Convention d'armistice entre le Liban et Israël signée le 23 mars 1949. Existe-t-elle encore ?

Fan Phare Rond

Suite .

Qui pouvait s'imaginer le 25 Mai au réveil que israel allait dégager du sud , sans avoir obtenu la moindre concession avec la résistance du hezb ?

Le 32 eme jour après l'agression israelienne de juillet 2006 , qui pouvait croire que ce pays criminel allait cesser le feu sans avoir entamer la force du hezb résistant qui n'a fait que voler de victoire en victoire depuis cette fate ?

Qui pouvait imaginer depuis 2011 que le territoire d'opération du hezb allait s'élargir aux confins de la frontière syro libanaise en 2017 .

Et pour finir et ne pas casser le moral des hurluberlus , pourquoi avoir démonter les cuves d'ammoniaque de haifa , sur invitation du hezb résistant ?

Dimona est de toute façon très vieille et devrait être démontée pour la déplacer hors du M.O le hezb a les moyens de les aider à ça .

Un grand merci à Scarlett qui vient de rappeler que les russes qui sont entrés en Syrie en 2015 , et pour lesquels certains y voyaient un enlisement type afghanistan , qu'ils n' ont pas fait le voyage pour rien .

ON LEUR TROUVE MÊME DES QUALITES SUPERIEURES A
CELLE QU'ELLES ONT VRAIMENT .

Fan Phare Rond

Je voudrai juste reprendre ce que Nelson Mandela a dit : IT SEEMS IMPOSSIBLE UNTIL IT IS DONE .

Je voudrai rappeler 2 faits ou 3 .

Le 24 Mai 2000 au moment où on est tous allé au au lit , qui pouvait s'imaginer que le 25 M

Tabet Karim

Le jour ou les Israéliens voudront nous taper dessus, ni le Aoun ni le Hezb n'y pourront rien. Cet article me rappelle les fanfaronnades de Nasser. On a bien vu ou ca l'a (et nous a ) mené......

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

HAHAHA ! J,AI BIEN RI CE MATIN EN LISANT LE BARATIN ... ON A MENACE ISRAEL QUI S,EST RETRACTE IMMEDIATEMENT EFFRAYE... DU GATEAU SERVI AUX NAIFS ET AUX FANATIQUES QUI N,ONT PAS D,AVIS PROPRE...!

Bery tus

bla bla bla ... "le Hezbollah pourrait envoyer des missiles non seulement à Haïfa où se trouvent les dépôts d'ammonium, mais aussi à Dimona (au sud d'Israël) où se trouvent les installations nucléaires israéliennes"

je pense que depuis la revelation sur Dimona il y a qlq dizaine d'annee je ne pense pas qu'Il reste une seule installations la bas .. le hezb le sait mais le commun des mortel non !!

""Immédiatement, le ton israélien est descendu d'un cran et les risques d'une attaque semblent soudain moins grands."

le pire c'est qu'il y aura des gens qui vont y croire lol

j'espere etre publier

Saturne

March 1, 2017 | Beirut, Lebanon—The calm that has prevailed for more than a decade along the Lebanon-Israel border is being rattled by a flurry of fiery warnings from both sides that has many here concerned another war between the Jewish state and Lebanon’s Hezbollah organization may be drawing closer.


ca n'a pas l'air d'etre l'opinion du CSM

Saturne

"Selon une source militaire, les déclarations musclées du chef de l'État et du secrétaire général du Hezbollah ont donc largement contribué à calmer les velléités belliqueuses des dirigeants israéliens."

cela confirme d'une maniere definitive que S.H, c'est pas du serieux ca.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants