Liban

Du Caire, al-Azhar s’attaque à la notion « anachronique » de dhimmitude

Congrès

Le mufti jaafarite fait sensation en lançant : « Al-Azhar nous représente ! »

Fady NOUN | OLJ
01/03/2017

Face à la marée montante des courants musulmans fondamentalistes, pressé par le président Abdel Fattah al-Sissi, qui juge que la pensée islamique contemporaine a un problème avec la violence qui ne peut plus être ajourné, c'est un véritable état d'alerte que l'imam d'al-Azhar, Ahmad el-Tayyeb, semble avoir décrété depuis Le Caire.

Un état d'alerte qui a déjà conduit al-Azhar à renouer le dialogue avec le Vatican, boudé depuis le fracassant discours de Benoît XVI à Ratisbonne (2006), et à tenir un séminaire avec le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux. Le grand titre de cet état d'alerte est : la réforme de l'islam. Une réforme qui comprend deux grands volets, religieux et politique, mais dont chaque volet comprend, lui, de nombreux chapitres.

C'est le chantier de « la citoyenneté » que l'imam Ahmad el-Tayyeb a choisi de lancer, hier, au premier temps d'un colloque de deux jours auquel il a convoqué presque autant d'intervenants chrétiens que musulmans venus de tout le monde arabe, à l'exception de l'Arabie saoudite, représentée par un seul conférencier.

En revanche, le Liban est très largement représenté, aussi bien par des intervenants chrétiens que musulmans, parmi lesquels on compte le patriarche maronite, l'archevêque de Beyrouth, les deux secrétaires du Comité national pour le dialogue Harès Chéhab et Mohammed Sammak, l'ancien Premier ministre Fouad Siniora, le cheikh Ghandi Makarem, représentant le cheikh Akl druze, le président de la Fondation Adyan, Fadi Daou, l'ancien ministre Tarek Mitri, Antoine Messarra, membre du Conseil constitutionnel, Fadia Kiwan, Antoine Courban, Farès Souhaid, sans oublier l'ancien président Amine Gemayel et des personnalités comme Radwan el-Sayyed et Ali el-Amine.

En général, note une source du congrès, el-Azhar a rassemblé les représentants de douze Églises du monde arabe, du patriarche Sako des chaldéens à l'évêque luthérien de Jérusalem, Younan Mounib (président de la Fédération luthérienne mondiale), ce qui est indicatif de sa volonté de reconnaître la richesse et la légitimité de cette diversité.

 

(Pour mémoire : Une présence libanaise de premier plan au congrès d’al-Azhar)

 

Vedette incontestée
La vedette incontestée de la délégation libanaise reste le cheikh Ahmad Kabalan, mufti jaafarite, représentant le vice-président du Conseil supérieur chiite, cheikh Abdel Amir Kabalan. Il s'agit, souligne-t-on, d'une grande première. Cette ouverture a été honorée par le mufti jaafarite par un retentissant « Al-Azhar me représente, et représente Qom et Najaf », marquant d'un gros trait rouge la volonté de rapprochement entre sunnites et chiites. Placée très haut, la barre a fait sensation au congrès.

La communauté chiite était également représentée par des figures de proue irakiennes, ainsi que par des visages plus connus des Libanais, comme celui du cheikh Ali el-Amine, dont la voix dissidente par rapport au discours dominant ne s'est jamais tue.

Le thème même de la conférence l'a annoncé : « Liberté et citoyenneté... diversité et complémentarité » : ainsi, al-Azhar a décidé de s'attaquer à la notion de dhimmitude fondant, sur des bases pseudo-religieuses, une inégalité civique entre musulmans et non-musulmans. Cette notion est jugée « anachronique » par l'imam d'al-Azhar, et son abolition s'appuie notamment sur des références historiques remontant aux premiers temps de l'islam, et notamment au pacte de Médine conclu par le Prophète en personne avec les tribus juives et chrétiennes de l'époque. Ce pacte met en avant une société égalitaire dont les composantes jouissent des mêmes droits et sont appelées aussi bien à une solidarité défensive qu'à un vivre-ensemble pacifique.

Pour l'imam d'al-Azhar, « tous les citoyens sont égaux et les chrétiens ne peuvent être considérés comme une minorité, un terme chargé de connotations négatives ». Cette réforme ne peut plus être ajournée, jugent les milieux concernés, aussi bien dans les sociétés où l'islam est majoritaire que dans celles où il est en minorité mais où il aspire à un rôle politique, comme dans plusieurs pays d'Europe.

 

(Pour mémoire : Gemayel et le patriarche Raï assisteront au congrès islamo-chrétien d’al-Azhar prévu le 27 février)

 

Comme dans tout congrès de ce type, un communiqué final (qui a déjà servi de canevas aux interventions) abordera cette question de front. Mais, selon une source fiable au sein du congrès, ce « pacte citoyen islamo-chrétien », destiné à tirer vers l'avant les sociétés civiles et religieuses arabes, ne sera pas plaqué sur le congrès, mais tiendra compte effectivement de ses débats.

Pour l'Égypte, les grandes lignes de ce pacte ressortent déjà nettement. « Exonérer les religions du terrorisme ne suffit plus face à ces défis barbares », a lancé le cheikh d'al-Azhar, en référence aux exactions des courants extrémistes. L'imam a affiché une volonté de promouvoir un islam modéré et le dialogue avec les chrétiens, accusant des groupes comme l'EI de « souiller l'image de l'islam ».

De son côté, le pape copte Tawadros II a appelé à « lutter contre l'idéologie extrémiste avec une idéologie éclairée ». « L'Égypte et la région ont souffert de l'idéologie extrémiste, qui résulte d'une compréhension erronée de la religion qui a conduit au terrorisme », a-t-il souligné.

Il reste que, malgré les progrès escomptés, l'aggiornamento de la notion de citoyenneté n'est qu'un premier pas de la véritable « révolution » souhaitée par le président Sissi, relèvent des sources proches du congrès. Un premier pas qui doit être suivi d'une réforme de la notion d'État en islam.

 

(Pour mémoire : Raï reçu par l'imam d'al-Azhar et Sissi en Egypte)

 

L'État « civil »
C'est cet État « de nature civile » que le patriarche Raï a évoqué dans son intervention. Le chef de l'Église maronite l'a situé « entre la théocratie musulmane », marquée par la confusion du civil et du religieux, et « l'athéocratie » occidentale, marquée par leur divorce total. Le patriarche a également souligné les bienfaits d'une citoyenneté « créatrice d'appartenance et assurant un vivre-ensemble », qu'il a définie comme étant « l'essence du modèle libanais ».

Non content d'aborder cet aspect de la citoyenneté, le patriarche s'est ensuite attaqué, dans son intervention, à l'une des causes profondes de la crise géopolitique qui secoue le monde arabe, à savoir la substitution de l'islam au nationalisme arabe comme moteur historique. C'est ainsi qu'il a plaidé en faveur d'une renaissance de la notion d'arabité comme « matrice de civilisation » et lieu d'épanouissement des libertés civiles, par opposition à l'État islamique, la « oumma », lieu de discrimination religieuse entre des compatriotes.

Le patriarche a été rejoint sur ce point par le cheikh Ahmad Kabalan, qui, outre son cri « Al-Azhar nous représente », a affirmé qu'une « oumma qui se déchire de l'intérieur cesse d'être une oumma » et qu'avant de chercher à libérer Jérusalem, il est nécessaire de « se retrouver tous en Dieu ». Le dignitaire chiite a également appelé de ses vœux un retour de l'Égypte à son rôle de « guide » du monde arabe, et s'est permis d'appeler à un rapprochement entre Riyad et Téhéran.

Pour sa part, le mufti Abdellatif Deriane a abordé le modèle du vivre-ensemble, du pluralisme et de la reconnaissance de l'autre, mais s'est arrêté au seuil de « l'État de nature civile » en se contentant de parler de l'État « de la bonne et juste gouvernance ».

Le congrès a réservé à aujourd'hui les discours politiques. La journée sera notamment marquée par le discours du président Michel Aoun, qui sera prononcé par le ministre Pierre Raffoul.

 

 

Pour mémoire

Rencontre Raï-Tawadros II au Caire

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

M.V.

le 14ème siècle ...tente de parler au 21ème siècle ...la démo est difficile ...et sera t'elle éternelle ... ?

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Un état d'alerte qui a déjà conduit Le Sage d’Al-Azhar à tenir un séminaire pour le dialogue interreligieux.
Le grand titre de cet état d'alerte est : « La réforme de l'islam. ». " !
Oui, bon, mais à quand un « Séminaire » aussi, mais consacré, cette fois-ci, à la réforme du
« Gentil?! ».... Christianisme ?!
Yîîîh !

George Khoury

Avec un siecle de retard...
C'est aux religieux de desserer leur emprise sur la societe, sinon le chemin sera tres tres long. Mais comment demander a un etre humain qui "represente" des millions de fideles d'arreter? Le pouvoir a un pouvoir de seduction corrosif, depuis l'aube des temps. Voila pourquoi la separation du religieux (ou rotation des roles est inexistante dans toute les religion) de l'etat (dans lequel une rotation est programmee) est la meilleure solution pour l'avancement de la societe.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DES PAROLES... RIEN QUE DES PAROLES...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1 / 1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.