X

Liban

« Poursuivre le chantier à Ramlet el-Baïda rend passible de poursuites pénales »

Biens-fonds publics maritimes

Les ONG militant contre l'édification d'un bâtiment sur la dernière plage publique de Beyrouth s'insurgent contre le retard dans l'exécution d'une décision du Conseil d'État.

S. B. | OLJ
25/02/2017

Près du chantier du projet Eden Rock à l'extrême sud de la plage de Ramlet el-Baïda, les travaux se poursuivent sans aucun ralentissement apparent. La bâtisse fait déjà plusieurs étages de haut, à même la plage. Les représentants des ONG, venus demander dans une conférence de presse que soit exécutée une décision récente du Conseil d'État de suspendre le permis accordé à l'entrepreneur de ce chantier, sont entourés des agents des forces de l'ordre.

Hier, le message véhiculé par Ali Darwiche, président de Green Line, et Nizar Saghieh, directeur exécutif de l'Agenda légal, était sans ambiguïté : la décision de suspendre les travaux du chantier doit être exécutée sans délai par le mohafez de Beyrouth, et l'argument selon lequel le permis suspendu dans cette décision judiciaire a été annulé « de fait » par un nouveau permis ne tient pas. « Ce chantier est désormais considéré comme opérationnel sans permis, les forces de l'ordre et la justice doivent faire le nécessaire pour l'arrêter », ont-ils dit, faisant remarquer que sur la porte du chantier était toujours affichée une copie du permis initial accordé à l'entrepreneur le 1er septembre 2016.

En effet, l'information selon laquelle un nouveau permis aurait annulé l'ancien a été confirmée à L'OLJ par le mohafez de Beyrouth Ziad Chbib (lire notre édition du 24 février). Selon ce dernier, un nouveau permis fondé sur de nouvelles données et de nouvelles cartes a été accordé à l'entrepreneur en janvier 2017, annulant de fait celui de septembre 2016, sur base duquel le recours a été présenté auprès du Conseil d'État par Green Line et l'Agenda légal. Des réponses nous avaient été apportées par des militants, qui considèrent que ce « nouveau permis » n'est qu'une modification du premier (pas de nouvelles formalités administratives, un même numéro accordé par le service de génie de la municipalité de Beyrouth, un effet rétroactif qui revient au 1er septembre 2016, des frais qui ne correspondent pas à l'octroi d'un nouveau permis, etc.).

Hier, les militants de la société civile ont réitéré leurs arguments. « Il n'y a pas de nouveau permis ni d'ancien permis, il n'y a qu'un permis essentiel et un permis de modification annexe, qui est un document publié au cours de l'exécution des travaux et qui est suspendu au même titre que le permis essentiel quand la décision en est prise », a martelé l'avocat Nizar Saghieh. Il a ajouté : « Tout ce qui se dit d'autre est nul et non avenu au regard de la loi. Il s'agit d'une tentative de prendre les gens pour des imbéciles et de les égarer, et, plus grave encore, d'éviter d'exécuter une décision de justice. Et nous allons bientôt étayer nos propos par des avis d'experts. Nous considérons par conséquent que la poursuite des travaux sur le chantier constitue une infraction pénale claire à la loi sur le bâtiment, dont les membres du conseil d'administration de la société concernée assument la responsabilité. De plus, toute couverture administrative assurée par quelque fonctionnaire que ce soit de ces travaux représente clairement un obstacle aux décisions de justice et un délit pénal, conformément à l'article 372 du code pénal. »

 

(Lire aussi : Les travaux toujours en cours à Ramlet el-Baïda, la polémique enfle)

 

Un tournant pour la société civile
L'avocat a poursuivi : « Cette question de "nouveau permis", qui est le seul argument présenté à la presse par le mohafez de Beyrouth Ziad Chbib pour expliquer la non-exécution de la décision du Conseil d'État, n'a pas été fournie au tribunal bien que ce document ait été publié quelques jours seulement avant la décision. Cela entre en contradiction avec le rôle de l'adversaire honorable et transparent que devrait jouer l'administration publique dans les procès. »

Interrogé plus spécifiquement par L'OLJ sur ce que cela signifiait par rapport aux ONG, M. Darwiche a précisé que « toute personne impliquée dans la poursuite des travaux, quelle que soit cette implication, sera passible de poursuites pénales, sachant que la société civile a les ressources pour engager de telles poursuites ». M. Darwiche avait également attiré l'attention, au cours de la conférence de presse, sur le fait qu'une rue appelée Julia Tohmé avait été fermée au trafic en raison de l'activité sur ce chantier, demandant qu'elle soit rouverte et soulignant qu'il s'agissait d'une infraction de plus.

Nizar Saghieh a pour sa part souligné qu'une telle décision de justice signifiait que, dorénavant, les associations de la société civile ont clairement qualité à porter plainte dans ce genre d'affaires, ce qui leur donne une prérogative supplémentaire dans leur action en faveur de la protection du littoral. « Les militants des campagnes civiles se sentent désormais soutenus par la justice, qui a pris la décision qui s'impose par rapport à ce chantier », a-t-il ajouté.

Les militants de la société civile ont appelé hier « le président de la République Michel Aoun à veiller personnellement à l'exécution de cette décision judiciaire, lui qui a récemment promis de protéger l'indépendance de la justice ». Ils ont enfin poussé « les militants, les juristes, les environnementalistes ainsi que tous les citoyens à rester mobilisés afin de faire prévaloir le droit appuyé par la justice, dans le combat pour la protection de Ramlet el-Baïda ».

À noter que des représentants de la Campagne civile pour la préservation de Dalyeh-Raouché, des associations Nahnoo et Cedar for Care et d'autres regroupements de la société civile étaient présents à la conférence de presse.


 

Pour mémoire

À Ramlet el-Baïda, les vagues remontent jusqu'aux constructions

Les opposants au projet balnéaire à Ramlet el-Baïda massivement mobilisés

Excavations à Ramlet el-Baïda : la société civile compte porter plainte

Nahnoo demande à l'Environnement et aux Travaux publics d'arrêter les travaux

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

aliosha

Candide opposition
Les travaux vont etre terminer bien avant les elections periode du ” tout est permis “ … notre arbre politique ( depuis le sommet jusqu’aux racines ) vendu a tout point de vue , va jouer le jeu de l’innocence et de la comprehension : et on nous parle de changement et redressement …….Ha Ha Ha

M.V.

l'ennemi israélien serait 'il le conseiller invisible , de ces mafieux..., squatteurs/bétonneurs du bien public...? car en ce domaine , ils semble qu'ils ont une longue expérience ...!

Irene Said

Ne nous reste plus qu'à souhaiter que tous ceux qui enterrent le Liban sous le béton et les déchets de toutes sortes pour quelques poignées de dollars étouffent sous le poids de ce frick mal acquis et finissent eux-mêmes enfouis sous le béton !
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

GAGE QUE LES CHOSES N,IRONT PAS COMME L,ON PENSE ! C,EST CA NOTRE LIBAN...

George Khoury

Vas-y coco, coule du beton sur le Liban. La republique bananiere est trop occupee a se remplir ses poches pour ce soucier d'une broutille.

D'ailleur notre ministre de la corruption est aux abonnes absents. Depuis un passage massage d'ego chez marcel ghanem il a completement disparu dans la bananeraie.

"Moi a l'usine, je lui ments tout la journee, au peuple. Mais il aime qu'on lui mente, le peuple!" Louis de Funes

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà du ton violent, Nasrallah et Hariri maintiennent entrouverte la porte des négociations...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué