X

À La Une

Où en est l'opposition syrienne avant les pourparlers de Genève?

Diplomatie

Des représentants de l'opposition syrienne entament jeudi à Genève de nouveaux pourparlers avec le régime sous l'égide de l'Onu afin de tenter de trouver une issue au conflit qui ravage leur pays depuis six ans.

OLJ/AFP
21/02/2017

Où en est l'opposition?

L'opposition arrive affaiblie à Genève, selon Aron Lund, chercheur auprès de The Century Foundation. "Avec la perte d'Alep-Est (en décembre), Donald Trump à la Maison Blanche, les jihadistes dominant la majorité du territoire rebelle et la Turquie coopérant avec la Russie, l'opposition est aujourd'hui vraiment privée d'atouts", explique-t-il à l'AFP.
Elle a perdu "presque toute marge de manœuvre", renchérit Karim Bitar, de l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS).
Le Haut comité des négociations (HCN), qui englobe un large éventail de groupes de l'opposition politique et de la rébellion, représentera les adversaires de Bachar el-Assad.


Et la rébellion sur le terrain?

La chute d'Alep a été la pire défaite, militairement et symboliquement, des rebelles depuis le début de la révolte contre le régime en 2011. Les groupes insurgés sont devenus très marginalisés et dépendent fortement du soutien de groupes jihadistes ou salafistes, tel le Front Fateh el-Cham (ex-el-Qaëda) et Ahrar al-Cham.

Le territoire tenu par les rebelles est aujourd'hui estimé à 13% d'après Fabrice Balanche, du Washington Institute for Near East Policy. Soit 7% de moins qu'en 2015, lorsque l'opposition armée était à son apogée.
En comparaison, les forces du régime et ses alliés, notamment le Hezbollah libanais et les milices iraniennes, contrôlent environ 34% du territoire, où vivent plus de dix millions d'habitants, d'après M. Balanche, un géographe spécialiste de la Syrie.
L'organisation jihadiste Etat islamique (EI) contrôle quant à elle 33% et les groupes kurdes 20%.

 

(Pour mémoire: L'opposition syrienne dénonce les attaques du régime avant les négociations)

 

La rébellion est-elle plus fragmentée?

Si la rébellion a longtemps été minée par des divisions, de nouvelles fractures sont apparues en janvier dans le nord-ouest, des rebelles se voyant obligés de choisir entre jihadistes et groupes islamistes rivaux.
La guerre entre ces deux blocs "sape la crédibilité de la délégation de l'opposition", selon M. Lund. "Les négociateurs de l'opposition devront constamment faire attention à ce qu'ils disent en tenant compte de la réaction des groupes radicaux (sur le terrain) en Syrie. Cela ne les aidera pas trop", ajoute-t-il.

 

L'opposition a-t-elle encore des soutiens?

Avec le désengagement des Etats-Unis durant les derniers mois de Barack Obama et l'absence de la nouvelle administration du dossier des négociations, l'opposition n'a plus de véritable soutien pour obtenir des gains à Genève.
Dans ce contexte, son appel à un départ de M. Assad, sa principale revendication, risque de rester sans écho.

"En théorie, le processus de Genève sous l'égide de l'Onu a plus de légitimité que les réunions d'Astana qui risquent de transformer la Syrie en un condominium russo-turc", explique M. Bitar, en référence au processus mis en place par Moscou et Ankara.
"Mais pour les deux processus, la principale pierre d'achoppement reste la même: Assad se sent renforcé par les derniers évènements et ne fera probablement pas de concessions importantes", ajoute-t-il.

Des figures de l'opposition ne cessent de réclamer plus d'accès humanitaire, la fin des bombardements et des sièges ainsi que le départ d'Assad au début de toute période de transition.
Mais d'après M. Lund, il y a très peu de chances que le processus de Genève aboutisse.
"Je pense que les discussions sur une transition qui écarterait complètement le régime ont toujours étés vouées à l'échec", souligne l'analyste.

 

Et l'EI dans tout cela?

Responsable d'atrocités et d'attentats sanglants, l'EI fait cavalier seul en Syrie et a été exclu de toute trêve et négociation de paix.

Le représentant du régime à Genève, Bachar al-Jaafari, a suggéré que les groupes rebelles qui participent aux négociations doivent s'engager à soutenir l'armée dans sa "lutte contre le terrorisme".
D'après M. Bitar, des groupes insurgés "pourraient apporter leur soutien verbal à l'idée d'un effort commun", sachant que des rebelles luttent déjà contre l'organisation ultraradicale.

 

 

Pour mémoire
Quand Moscou intervient pour séparer Ankara et Damas en Syrie

Après leurs derniers revers, où en sont les rebelles syriens ?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST LE TEMPS DES REFORMES DEMOCRATIQUES, RECLAMEES PAR LES PREMIERS MANIFESTANTS PACIFIQUES, ET MASSACRES JUSQU,AU DERNIER PAR LE REGIME,ET DE LA VICTOIRE DU PEUPLE SYRIEN QUI LES IMPOSE PAR SES GRANDS SACRIFICES... REFORMES DEMOCRATIQUES = VICTOIRE DU PEUPLE SYRIEN...

AIGLEPERçANT

Bon , comme on ne me publie pas, une fois n'est pas coutume , je dirai qu'il faudra que le réconciliation se fasse sous la direction du régime du héros BASHAR, pour que la reconstruction du pays profite à tous .

Que les bactéries wahabites restent chez ceux qui les ont envoyé. Sans rire .

Chammas frederico

Enfin des chiffres ( évoquons les "les bataillons de Staline parlant du pape" )
Avec ses "13%de territoire contrôlé" que peut peser cette "opposition écangue?
Quelle que soit la posture dans les "négociations" elle ne pourra en rien influer sur le sort de la paix en Syrie...sauf à obtenir ( si ses négociateurs sont intelligents ) l'amnistie générale pour ses "petits bataillons" contre l'incorporation des ses combattants encore récupérables dans l'armée reguliere du régime, les irrécupérables ( et il faudrait savoir combien ils pourraient être ) se réfugieront en Turquie ou dans les pays arabes qui les ont soutenus...ces pays devraient au moins les accueillir et leur donner du travail...donc de quoi se forger une nouvelle vie...
Après...il sera plus facile au Régime de prier les appuis étrangers de rentrer chez eux...et d'envisager de coopérer avec toutes les forces fiables à l'éradication de l'EI
Pas facile...dans ce pays déchire devenu un "aganistan démirs"...
Et il faudra régler "à l'amiable" l'immense probleme kurde en leur laissant quelque autonomie ...sous le regard des turcs...un immense Chantier...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarllet Haddad

Le commandant en chef de l’armée et l’agenda politique

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants