Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Des militants du mouvement Amal en colère contre al-Jadeed

Les forces de sécurité et l'armée ont dû intervenir mardi soir pour arrêter les actes de violence devant les locaux de la chaîne. 

Des militants du mouvement Amal se sont réunis en nombre mardi soir devant les locaux de la chaîne locale al-Jadeed. Capture d'écran.

Des militants du mouvement Amal se sont réunis en nombre mardi soir devant les locaux de la chaîne libanaise al-Jadeed, dans le quartier de Tallet el-Khayat, à Beyrouth, pour protester contre la diffusion d'un programme qui a abordé la question de la disparition de l'imam Moussa Sadr. 

L'imam Moussa Sadr, chef du Conseil supérieur chiite au Liban, et ses deux compagnons, le cheikh Mohammad Yaacoub et le journaliste Abbas Badreddine, ont disparu en 1978 en Libye.

La situation a vite dégénéré. Durant plus d'une heure, selon des informations rapportées par l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), les militants ont tenté d'entrer dans les bâtiments. Ils ont jeté des pierres ainsi que des pétards en direction du bâtiment de la chaîne de télévision. Les forces de sécurité et l'armée ont dû se déployer en force. Au moins un membre des FSI a été blessé par les jets de pierres, rapporte l'Ani. La caméra de la chaîne à partir de laquelle était retransmise en direct la protestation a également été visée. 

Plusieurs responsables politiques ont réagi dans la soirée. Le Premier ministre, Saad Hariri, a contacté le président de la Chambre, également chef du mouvement Amal, pour lui demander "de traiter l'affaire", rapporte l'Ani. M. Hariri a aussi contacté le ministre de l'Intérieur, Nohad Machnouk, et plusieurs responsables sécuritaires pour s'informer de la situation. Selon un communiqué publié par son bureau, le ministre de la Défense, Yaacoub Sarraf, a "assuré le suivi de la situation et conformément à des directives du président de la République, Michel Aoun, il a effectué les contacts nécessaires avec l'armée et les personnes concernées" pour mettre fin à la protestation.

Le ministre de l'Information, Melhem Riachi, a affirmé de son côté que "la protestation est un droit mais l'agression contre une chaîne de télévision est illégale et interdite". "Nous devons mener une enquête pour savoir s'il y a vraiment eu une faute (de la part d'al-Jadeed) ou non", a ajouté M. Riachi affirmant attendre les conclusions de l'enquête. "Transformer une manifestation en acte de violence est toutefois rejeté", a martelé le ministre.

Le parti Kataëb a dénoncé l'attaque contre la chaîne. "Toute attaque contre une institution médiatique est une attaque contre la liberté d'expression garantie par la Constitution", peut-on lire dans un communiqué du parti. Selon les Kataëb, "il est du devoir des forces politiques et sécuritaires de protéger les médias".

Des militants du mouvement Amal se sont réunis en nombre mardi soir devant les locaux de la chaîne libanaise al-Jadeed, dans le quartier de Tallet el-Khayat, à Beyrouth, pour protester contre la diffusion d'un programme qui a abordé la question de la disparition de l'imam Moussa Sadr. 
L'imam Moussa Sadr, chef du Conseil supérieur chiite au Liban, et ses deux compagnons, le cheikh Mohammad...

commentaires (9)

Et qui, en sus, ne veulent même plus laisser poindre le jour ; eh ben oui ; sur ce LIBRE pays !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

15 h 40, le 15 février 2017

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Et qui, en sus, ne veulent même plus laisser poindre le jour ; eh ben oui ; sur ce LIBRE pays !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    15 h 40, le 15 février 2017

  • LIBRE, malgré leur Mauvais Œil…. Simiesque.

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    15 h 28, le 15 février 2017

  • Ô "cœurs" Maléfiques cachés sous la beauté de ce Grand-Liban auparavant en fleur ! Jamais Voyous occupèrent-ils, une Télé Magnifique telle Al-Jadeed ! "Gracieux" tyrans ! Démons "angéliques" ! Corbeaux aux plumes de "colombes" ! "Agneaux" ravisseurs de loups ! Substances "humanoïdes" ! Juste ce qu’ils semblent être, justement, Voyous ! Ô nature du Grand-Liban, à quoi réservais-tu ta Malédiction quand tu reléguas les esprits Maléfiques dans le paradis majestueux d’un Pays à Libertés si exquis ? Jamais pays contenant aussi viles rhapsodies fut-il autant garni ? Oh ! Que la perfidie habite à présent, un si magnifique pays de tout temps LIBRE ! LIBRE, malgré leur Mauvais Œil….

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    15 h 02, le 15 février 2017

  • On est au Liban , on est pas en Europe . On est mieux que personne , mais pire que personne non plus , nous avons , en tant que moyens orientaux nos valeurs , nos symboles et notre respect pour nos saints et nos sentiments religieux. Je ne parle pas de nos politiques , le Président, le 1er M , le Président du parlement et même de H.N qui peuvent être moqués, critiqués voir raillés. Je ne pense pas que les télés chiites , sunnites chrétiennes ou druzes aient eu à tourner en dérision le Christ, Mohamed ou tout autre saint homme des courants religieux qui nous gouvernent . L'IMAM SADR , EST INTOUCHABLE , Berry ne fait pas partie de son aura, il peut être rouler dans la boue, mais pas L'IMAM SADR. ON A PAS BESOIN QUE DES SINGES QUI VEULENT SE RENDRE INTÉRESSANT VIENNENT NOUS TOUCHER DANS NOTRE SENSIBILITÉ DE HOMO ORIENTALIS, QUEL QUE SOIT SA CROYANCE ET SA SENSIBILITÉ. DONC LES al jaded et autres singes de l'Occident décadent méritent une leçon bien enfoncé dans leur tête et qu'ils ne devraient jamais oublier .

    FRIK-A-FRAK

    13 h 09, le 15 février 2017

  • Les Développés sont déjà presque sur la planète Mars, et ces "gens"-là sont encore à ce "niveau!?"-là ! Yâ hassértéééh !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    11 h 29, le 15 février 2017

  • UN PROGRAMME QUI A ABORDE LA QUESTION DE LA DISPARITION DE L,IMAM MOUSSA SADR... QU,EST-CE QU,IL DISAIT CE PROGRAMME POUR COMPRENDRE LE DECHAINEMENT ?

    JE SUIS PARTOUT CENSURE POUR AVOIR BLAMER GEAGEA

    09 h 38, le 15 février 2017

  • À quelle parti appartient Al Jadeed? Cette info est capitale pour comprendre cet article mais curieusement, elle n'y est pas.

    Marionet

    08 h 46, le 15 février 2017

  • les forces de securites et les armees devaient traiter les militants de la meme facon qu ils ont traite auparavant d autres.le libanais ne peut se contenter de vivre au sein de la liberte que lorsqu il se voit entoure par la protection des forces legales de l etat libanais.pourquoi a-t-on cree ces forces,pour les lapider des pierres et des petards ou pour arreter tout escalade qui vise les citoyens vivant en paix ?

    Emile Doumet

    08 h 03, le 15 février 2017

  • Peuplades et leurs "dirigeants!", aussi arriérés les uns que les autres....

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    07 h 21, le 15 février 2017

Retour en haut