L'impression de Fifi ABOU DIB

Il me plaît, Donald Trump

Impression
02/02/2017

Il décoffre ses pensées telles quelles, n'enveloppe rien, c'est sa bienséance à lui. Et puis il passe à l'acte, aussitôt dit, aussitôt fait, au moins c'est cash. Il n'a rien à cacher. Les cachotiers sont des gens qui ont peur. De quoi aurait-il peur ? Il est l'homme le plus puissant du monde, et ceux à qui ça ne plaît pas, il ne les retient pas. De ce siècle, il est le cauchemar devenu réalité. Sa moue de vieil enfant gâté, sa gouaille, ses costumes mal coupés, déformés aux genoux et aux coudes, sa cravate de traviole mais qui insiste à être rouge, tout cela fait partie du personnage. Il n'y changera rien. Il n'a pas à suivre la mode, il la fait ; mieux : il l'est, pour paraphraser Coco Chanel. Et ce n'est pas une simple question vestimentaire. Il ouvre une ère que les grincheux qualifieront de vulgaire, mais il faut croire qu'ils ne sont pas de notre époque, les nostalgiques des entrechats diplomatiques et des formules enguirlandées. Mitterrand voulait qu'on donne du temps au temps. Trump préfère lui en prendre, c'est plus viril.

Et puis non, il n'ouvre rien du tout. Tout était là, depuis longtemps déjà. De l'Amérique dont on ne veut voir que le génie, les grandes universités, les entreprises pionnières, les tapis rouges, l'abondance, les opportunités, les films qui suintent les bons sentiments, il invite à la Maison-Blanche la noirceur, l'ignorance qui engendre la peur qui engendre la haine. Le Grand Satan si cher à la rue arabe a enfin un visage et il est d'une navrante banalité. Donald Trump est le voisin qui a une voiture plus grosse que la tienne, une femme plus belle que la tienne, une pelouse plus verte que la tienne, des vacances plus loin que les tiennes, et toc. Là est toute sa grandeur : dans la fragilité de l'autre ; et il ne va pas se priver d'en faire étalage. « Restituer sa grandeur à l'Amérique » ne se lit pas autrement, du moins dans cette introduction que sont les premiers décrets antimigrants. Il n'y a qu'à choisir les plus désemparés, ceux qui n'ont presque plus de pays, ceux qui sont prêts à jouer leur va-tout pour contrer leur destin. Leur claquer la frontière au nez sans crier gare. Ce qui est grand est après tout inaccessible. Dont acte.

On est en droit de s'inquiéter de la suite. Par quoi, sur quoi ou sur qui devra encore passer la grandeur de l'Amérique ? Et pourquoi nous ignore-t-elle, nous autres Libanais, avec notre passeport qui ne mène pas bien loin ? Sommes-nous si invisibles à l'œil nu, sur la carte du monde ? Ou au contraire, comme nos autorités veulent bien le croire, avons-nous enfin mérité les galons des premiers de classe dans la lutte antiterroriste ? Du reste, il me plaît, Donald Trump. Rien ne pouvait arriver de plus sain à cette planète déboussolée. Sa radicalité sert de révélateur et crève bien des abcès. Il dit très-très haut ce que d'autres osent à peine penser tout bas. Ceux qui se plaignent de la présence des migrants sont-ils vraiment prêts à assumer des actions extrêmes de la part de leur gouvernement pour les tenir à distance? Les premières mesures adoptées les incitent déjà à évaluer leur niveau de tolérance. Plus les futures démarches seront brutales, plus les camps seront clairs et mieux nous connaîtrons le mal qui ronge notre génération. Peut-être pourrons-nous enfin le soigner.

 

 

Lire aussi

Le rideau de fer est tombé sur l’Amérique

À la une

Retour à la page "Impression"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Hallak Andre

Dans son Ultime allocution Barack Obama a affirmé que l'avènement de Donald Trump était bien plus une virgule, qu' un point final dans la longue marche du progrès des Etats Unis.

Pour la République islamique d'Iran, le nouveaux président Haut en Couleur vient de passer de point d'interrogation à point d'exclamation.

On est loin de la mansuétude, et de la tolérance envers un état qui réitère son appel continuel à la haine envers l'Amérique .

Cette interdiction d'entrée des iraniens sur le territoire American contraste avec celle des autres état sanctionnés .
On a ici un terrorisme d'état et non une vacance de ce dernier qui génère des groupuscules obscurantistes.
Le régime des mollah très isolé s'interroge et ne trouve à son échelle aucune parade pour cette sanction et les nouvelles à venir.

Pour La citadelle Europe L'heure est à la cohésion. Après la brèche du Brexit, il est nécessaire de consolider les fondations en écoutant la voix des peuples.

Aussi il n'est pas souhaitable de s'aliéner cette puissance prométhéenne .

Dans sa vision Donald Trump, pour contrer la montée en puissance de l'Empire du milieu , souhaite voir émerger une coalition "Occident" judéo-chrétienne qui inclurait l'Europe et la Russie.

Pour l' Europe Il sera nécessaire de faire bloc, et parler d'une seule voix en s'appuyant sur les intérêts communs , le passé historique, et les valeurs civilisationnelles.

Gros Gnon

Il faut savoir lire cet article entre les lignes...

Saturne

Il devrait, avec beaucoup d'espoir.
Le monde ignore le chaos cree par les mesaventures guerrieres de Bush and les danses macabres de Obama.

N. Noon

Le titre de cet article est inconvenant car avec Trump,on ne sait pas quand il s'en ira en guerre.J'espère que votre prochaine rubrique traitera du sujet de votre dernière phrase: "... le mal qui ronge notre génération.Peut-être pourrons-nous enfin le soigner." et sera intitulée:ESPOIR.

Soeur Yvette

Remarquable,,,cible...objectif...agreable ...merci madame...c'est comme toujours une plume que j'attends

AIGLEPERçANT

Vous avez du faire un travail terrible sur vous même Fifi .

Vous la féministe nous dire que Trump vous plaît ? &&^^*^$/^

Il doit y avoir des non dit, vous nous cachez quelque chose.

Massabki Alice

Vrai vrai Fifi.
Avant, la laideur etait cachée dans des gants, signés de préférance.
Ici, l action à mains nues.
Comme vous dites ça a le mérite d être clair.

yves kerlidou

Étonnant de la part d'une femme de dire de tels propos lui le symbole même de la misogynie
comment vous pouvez admirer ce type grossier qui va mener l'Amérique à sa perte,souvenez vous que l'Amérique est intervenue en EUROPE lors de la dernière guerre mondiale non pas pour ses beaux yeux mais pour limiter l'influence Russe et c'est clair que par sa position l'Europe risque de se tourner vers la Russie
et attendez un peu j'ai déjà dit au début de la campagne que les Libanais n'avaient rien à attendre de ce type parce que n'oubliez pas que le premier amendement du Liban est "une nation arabe" donc attendez vous un jour ou l'autre à une interdiction de séjour des Libanais sur le sol US

Marionet

Non, soigner le mal c'est d'abord remédier aux inégalités et réparer les injustices. Les vociférations de Trump ne font qu'attiser les haines et les clivages. Il réveille les vieux démons en les "légalisant".
Pour une fois, pas du tout d'accord avec le papier de Fifi Abou-Dib.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Plus les démarches fascistes furent brutales, plus les camps de la mort essaimèrent et mieux ils connurent le mal qui rongea leur génération....
Et furent obligés, de la sorte, à le soigner par le seul remède qui leur restait : La Guerre de 40-45 !
WaSSalâmoûälâïykôm !

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

L’odeur de l’argent

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants