X

À La Une

Trump signe le retrait des Etats-Unis du traité de libre-échange transpacifique

Etats-Unis

Le nouveau président signe deux autres décrets : le gel des embauches de fonctionnaires au niveau fédéral et la limitation du financement par des fonds fédéraux d'ONG internationales qui soutiennent l'avortement.

 

OLJ/AFP
23/01/2017

Comme annoncé durant sa campagne, Donald Trump a entamé sa présidence en signant l'acte de retrait des Etats-Unis du traité de libre-échange transpacifique (TPP), dont l'administration de Barack Obama avait fait l'une de ses priorités.

Après un premier week-end chaotique au cours duquel ses opposants ont fait une démonstration de force dans la rue et son porte-parole a été accusé de mensonge, le président républicain veut agir vite. "Nous en parlions depuis longtemps", a-t-il déclaré aux journalistes présents lors de la signature dans le Bureau ovale, jugeant que le retrait du TPP était "une bonne chose pour le travailleur américain".

Vu comme un contrepoids à l'influence grandissante de la Chine, ce traité a été signé en 2015 après d'âpres négociations par 12 pays d'Asie-Pacifique représentant 40% de l'économie mondiale. Mais le texte, qui va bien au-delà de la simple levée des barrières douanières, n'était pas encore entré en vigueur, en l'absence de ratification par le Congrès américain.

 

(Lire aussi : Quand la capitale politique des États-Unis se pipolarise...)

 

Sans perdre de temps, le président républicain entend redessiner les contours des accords commerciaux, certains anciens, liant les Etats-Unis au reste du monde. Il a annoncé dimanche qu'il allait commencer à renégocier l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna) avec les dirigeants du Canada et du Mexique qu'il doit voir prochainement. Une rencontre avec son homologue mexicain Enrique Peña Nieto est notamment prévue le 31 janvier.

Au-delà du TPP, il a signé deux décrets qui illustrent avec force la direction qu'entend prendre la nouvelle administration: le gel des embauches de fonctionnaires au niveau fédéral et la limitation du financement par des fonds fédéraux d'ONG internationales qui soutiennent l'avortement.

 

 

 

 

Promesses de baisses 'massives' d'impôts
Recevant 12 dirigeants d'entreprise à la Maison Blanche lundi matin, il leur a promis des baisses "massives" d'impôts et a affiché sa volonté de réduire la réglementation "de 75%, peut-être plus", sans donner la moindre précision sur la nature exacte des réformes envisagées.

"Le problème de la réglementation que nous avons aujourd'hui est que vous ne pouvez rien faire (...) J'ai reçu beaucoup de récompenses pour l'environnement mais certains de ces trucs rendent impossible de construire quoi que ce soit", a encore dit le magnat de l'immobilier, en présence en particulier de Mark Fields (Ford), Marillyn Hewson (Lockheed Martin) ou encore Alex Gorsky (Johnson&Johnson).
A court terme, il devrait cependant se heurter à un obstacle de taille: son équipe est loin d'être opérationnelle.

Seuls deux membres de son administration -James Mattis à la tête du Pentagone et John Kelly secrétaire à la Sécurité intérieure- ont à ce jour été confirmés par le Sénat. Mais la voie semble désormais dégagée pour l'un des principaux d'entre eux: Rex Tillerson, ancien patron d'ExxonMobil, choisi pour diriger la diplomatie américaine. Marco Rubio, dernier sénateur républicain qui était indécis, a annoncé lundi qu'il ne s'opposerait pas à sa nomination à la tête du puissant département d'Etat.

M. Trump, qui a promis durant sa campagne de construire un mur frontalier entre son pays et le Mexique financé par Mexico, a dit espérer de "très bons résultats" avec ce pays sur les questions d'immigration et de sécurité.

 

 

(Lire aussi : Politique étrangère : faut-il prendre Donald Trump au mot ?)

 

Immigration et Cour suprême
Le nouveau président pourrait parallèlement remettre en cause le programme "DACA", mis en place par Barack Obama en 2012 et qui a permis à plus de 750.000 clandestins arrivés jeunes sur le territoire d'obtenir des permis de séjour et de travail.

Sur l'environnement et le climat, l'administration Trump a juré de mettre fin à "la guerre contre le charbon" et pourrait revenir sur nombre de réglementations mises en place par l'administration Obama. Elle pourrait aussi réorienter de manière significative l'allocation de fonds à l'international destinés à la lutte contre le changement climatique.

M. Trump a également promis qu'il annoncerait dans les deux semaines à venir le nom de celui qu'il entend proposer pour remplacer, à la Cour suprême, le juge Antonin Scalia, précisant qu'il disposait d'une liste de 20 candidats.

L'exécutif a par ailleurs exclu dimanche que le nouveau président américain, dont le patrimoine et les revenus sont entourés d'un épais mystère, rende publique sa déclaration d'impôts. "Il ne publiera pas sa déclaration d'impôts. Ce sujet a été abordé durant la campagne et cela n'intéressait pas les gens", a lancé Kellyanne Conway, sa proche conseillère.

Une ONG anti-corruption, Citizens for Responsibility and Ethics in Washington (Crew), a annoncé qu'elle assignerait en justice lundi le président milliardaire pour violation de la Constitution américaine liée aux revenus qu'il perçoit toujours, selon elle, de pays étrangers.

 

 

Lire aussi
Obamacare, environnement... Les premières mesures et annonces du président Trump

Avec Trump, une Maison Blanche très différente

 

Voir aussi
Investiture de Trump : retour en images sur une journée historique

 

Voir aussi nos dossiers spéciaux
Trump à la Maison Blanche

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL CROIT LES AVOIR TRUMPONNER... MAIS IL SE PEUT QUE CA SOIT UN HARI KIRI... L,AVENIR LE DIRA...

VIRAGE CONTRÔLÉ

Trump n'aura la paix sociale que si et seulement si il accepte de tenir la seule promesse qu'il DEVRA tenir, Cad celle du transfert de l'ambassade de l'usurpie à Jérusalem et imposer les colonies juives en Palestine usurpée.

Sinon son mandat sera pourri par toutes ces associations , ong etc.... à la solde des lobyistes pour l'empêcher de gouverner comme bon lui semble .

James Matis le seul à être nommé officiellement permet de comprendre que son hostilité pour l'accord avec l'Iran est télécommande par ces mêmes lobyistes.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre Amal et le Hezbollah, des conflits latents

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants