X

La Dernière

Garçon manqué

Un peu plus
14/01/2017

«Tiens-toi bien, reste droite, souris, sois féminine, croise les jambes. Ne couche pas sans amour et surtout pas le premier soir. Sois une bonne épouse, une bonne mère, une bonne belle-mère. Ne joue pas avec un camion, porte du rose, ne fais pas un boulot d'homme, ne jure pas. Tu seras une femme ma fille. »

D'entrée de jeu, les dés sont jetés. On ne peut pas faire plus clair. Et le comportement suit. Totalement lavées du cerveau, la plupart des jeunes filles doivent jouer la comédie. Parce que je n'ai pas forcément envie de croiser les jambes quand je m'assois : ça les compresse et provoque de la rétention d'eau. J'aime bien m'asseoir comme un mec, la cheville posée sur le genou ou les jambes décroisées sans que ça fasse Sharon Stone. J'aimerais bien sortir tel quel, avec la même tête qu'au lever du lit. N'enfiler juste qu'un costard (souvent le même) pour aller à un mariage sans avoir à passer par la case shopping/coiffeur/make-up. J'aimerais aussi être mono task. Ne pas savoir comment gérer ma journée à part pour aller bosser. Ne pas avoir à m'occuper des corvées, pas avoir à torcher les gamins, pas avoir à faire le menu de la semaine, pas avoir à cuisiner, consoler, faire étudier.

Parce que je suis comme beaucoup de femmes, j'en ai marre qu'on me dise comment me tenir. Oui, nous aimons être grossières, lancer des insultes ultravulgaires quand un connard nous fait une queue de poisson parce qu'il considère qu'une femme ne sait pas conduire. Nous aimerions bien descendre de la voiture pour casser la gueule au chauffeur de service qui vient de nous faire une remarque sexiste, limite pornographique. Lui casser la gueule sous les applaudissements des passants.

Applaudissements que nous aurions reçus pour avoir gagné un concours de rot après 5 bières ingurgitées pendant le visionnage d'un match de Ligue 1. Nous aussi avons des envies de roter. Sauf que nous, ça ne fait rire personne quand on le fait après un bon mezzé. Ah, n'est pas Pantagruel qui veut. Ni après une partie de Playstation d'ailleurs. Une femme qui joue à Call of Duty, c'est sûrement un garçon manqué. Les jeux vidéo à part Just Dance, c'est pour les mecs. Une femme ne doit pas passer 3 heures devant sa télé à buter des ennemis. Comme une femme ne doit pas avoir envie d'être flic, pompier, camionneuse. Elle est soit bizarre, soit lesbienne. Parce qu'une femme gay est automatiquement considérée comme un mec raté.

Comme cette femme, qui multiplie les conquêtes, sera traitée de salope. Impossible de ne pas revenir sur cette sempiternelle idée reçue : une femme ne couche pas sans sentiments. Ben si. Une femme a les mêmes besoins qu'un homme. Tant au niveau physique que psychologique. Et quand elle a une envie pressante, elle aimerait bien le faire debout. Dans la nature ou sur un mur, et sans rebaisser la lunette. Et puis, elle aimerait bien de pas avoir à s'épiler. On considérerait que ses poils seraient preuve de féminité. Pareille que la virilité pour un mec. Et puis, elle n'aurait pas de poussées hormonales, pas ses règles non plus. Elle ne flipperait pas quand elle a ses premiers saignements, que l'horloge biologique tire la sonnette d'alarme, ou quand elle atteint la ménopause.

Alors oui, il y a beaucoup de femmes qui rêveraient de se laisser aller, de jurer comme un charretier, de s'acheter une grosse moto, de jouer au foot, de se promener en caleçon, de nager ou de courir torse nu et de faire des concours débiles avec ses potes, à qui pisse le plus loin ou... Eh oui, parce que les femmes, ça n'a pas tout le temps envie de faire la femme, que ça a envie de porter de la lingerie dépareillée ou pas de lingerie, envie de sortir dans un survet' difforme et pas dans le dernier outfit Stella McCartney pour Adidas ; ça a envie de se laisser aller, de laisser ses racines blanches apparentes parce que ça la saoule d'aller chez le coiffeur chaque 5 semaines ; ça a envie de rire gras devant un film à la con, de bouffer des burgers tous les jours et qu'on lui dise (comme Renoir) : « Mara bala kerch ma btesswa erch » et ça a envie de parler cul sans que ça ne choque personne. Oui, enfin, ce n'est pas demain la veille que ça arrivera. Et surtout pas chez nous. Sur ce, allons jouer à Resident Evil.

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Bien dit, Médée Äâzoûréééh !
Car si la résignation l’emportait, l’âne ; même non-castré ; restera toujours plus conSidéré qu'une vraie Lionne !
Mahééék ?

AIGLEPERçANT

Je vous fais part de quelque chose que j'ai vu de mes yeux en Norvège à Stavanger .

On sortait d'un bistro , et au coin d'une rue une femme accroupie qui urinait dans un coin d'ombre contre un mur, devant ce spectacle j'ai fais la remarque à mon hôte norvégien , il me répond calmement que si les hommes pissent sur les murs , les femmes peuvent le faire , le seul truc c'est de pas se faire prendre .

Le lendemain en me promenant dans une zone piétonne , je vois une femme cracher dans la rue .
J'ai pas posé de questions , j'aurai eu l'air bête de pas avoir compris la leçon de la veille .

Ces femmes étaient norvégiennes , blondes et pas du tout des immigrées .

Donc Médéa , vous n'êtes pas toute seule .

Bustros Mitri

Et la fille manquée ?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.