Liban

Le Hezbollah et la prochaine confrontation

Décryptage
06/01/2017

Depuis l'élection de son allié le général Michel Aoun à la présidence, le Hezbollah affiche une grande sérénité. Il se paie même le luxe de faire profil bas sur la plupart des questions internes libanaises, qu'il s'agisse de la formation du gouvernement ou des décisions politiques qui marquent le début du nouveau mandat présidentiel. Officiellement, le Hezbollah a chargé son allié chiite, le président de la Chambre Nabih Berry, de gérer les questions politiques avec les différentes parties et il affirme se concentrer sur les questions régionales, notamment la guerre qui continue de se dérouler en Syrie. Mais même la reprise d'Alep par les forces du régime syrien, dans laquelle il a joué un rôle important, sinon décisif, ne pousse pas le parti à se présenter en vainqueur, ayant la victoire plutôt modeste, en comparaison avec la caractéristique arabe des fanfaronnades et des célébrations grandioses de victoires souvent virtuelles.

Le calme du Hezbollah qui se veut un message de confiance dans la nouvelle situation politique du pays est-il le fruit d'une conviction profonde et d'un sentiment de sécurité face au nouveau cours des événements ou bien cache-t-il autre chose ? Selon des sources proches du parti, le Hezbollah considère l'élection du général Michel Aoun comme une victoire stratégique pour lui et pour ses orientations politiques. Il estime avoir mené une longue bataille, envers et contre tous (y compris les alliés), de plus de deux ans et demi (la bataille présidentielle a commencé avant le vide à la tête de l'État) pour arriver à ce résultat, sans jamais modifier sa position d'appui total au général Aoun. Pour lui, cette élection est donc bien plus qu'un témoignage de fidélité à un homme qui a été solidaire avec le parti dans un moment particulièrement difficile (la guerre de 2006) et bien plus qu'un remboursement de dette. Il s'agit d'une option stratégique dont les effets se feront sentir dans les années à venir.

Mais en même temps, la nature de son combat contre un ennemi (Israël) qui a des tentacules un peu partout dans le monde et qui bénéficie d'appuis solides au sein de la communauté internationale, sans parler de ses instruments, anciens et nouveaux, notamment les extrémistes islamistes, le pousse à être constamment sur ses gardes. Alors que d'autres parties, à sa place, seraient actuellement en train de célébrer la double victoire, de Aoun à la présidence et de la reprise d'Alep par les forces du régime syrien, le Hezbollah, lui, se concentre sur la préparation de la prochaine confrontation, même s'il en ignore encore les contours et les nouveaux acteurs. Exactement comme il l'avait fait à partir du 26 mai 2000, au lendemain du retrait des troupes israéliennes du Liban, et à partir du 15 août 2006.

Derrière l'apparence de la sérénité, le Hezbollah est actuellement, selon les mêmes sources, une véritable ruche. Les efforts se concentrent dans trois directions : d'abord, poursuivre les combats en Syrie pour consolider les acquis, ensuite, procéder à une restructuration interne, après les changements imposés par la guerre en Syrie, et enfin, rester prêt pour toute nouvelle confrontation, qui pourrait revêtir diverses formes. Le Hezbollah pense en effet qu'Israël et ses alliés internationaux et régionaux n'accepteront pas facilement la défaite de leurs paris en Syrie et le renforcement du camp dit de la résistance. Ils vont donc tout faire pour provoquer de nouveaux conflits destinés à mettre en difficulté et à affaiblir cet « axe ». Logiquement, le premier futur champ de bataille auquel pense le Hezbollah est le triangle Golan-Syrie-Liban où, à travers certaines factions de l'opposition syrienne, Israël pourrait songer à ouvrir un nouveau front qui lui permettrait de faire d'une pierre deux coups. D'abord, en permettant à l'opposition syrienne d'avancer et de créer une sorte de zone tampon, Israël affaiblit le régime syrien et ses alliés, et d'autre part, ce front met en difficulté le Hezbollah en Syrie et au Liban, puisque selon la géographie de la région, il est dans le prolongement de Chebaa et de la région de Hasbaya. Depuis quelques mois en effet, les déplacés syriens se sont multipliés dans la région de Chebaa et de Hasbaya, constituant aux yeux du Hezbollah une menace potentielle. D'autant qu'il existe un point de passage qui n'est pas sous le contrôle de l'armée libanaise entre la région de Quneïtra et Chebaa. Il en existe un autre qui mène vers le secteur de Hasbaya, mais il est directement sous le contrôle des Israéliens. Cette zone est donc considérée à haut risque et exige du Hezbollah une grande vigilance, d'autant que les habitants sont en majorité druzes ou sunnites.

Pour le Hezbollah, la vigilance n'est pas seulement militaire. C'est pourquoi il a lancé une grande opération de réforme interne, selon le principe suivant : la guerre qui est menée contre lui n'est pas seulement militaire. Elle est aussi médiatique, économique et politique. C'est pourquoi il songe désormais à ne plus dissocier les unités combattantes (jihadistes) de celles politiques, médiatiques et administratives, en regroupant le tout sous le titre de la résistance. C'est pourquoi, dans ce contexte, et en dépit de l'apparent retrait, le Hezbollah suit avec beaucoup d'attention ce qui se passe à l'intérieur du pays, intervenant discrètement lorsqu'il le faut, mais choisissant sciemment de rester discret médiatiquement. En dépit des victoires qu'il a enregistrées ces derniers temps au Liban et en Syrie, il est convaincu que l'heure n'est pas aux lauriers mais aux préparatifs...

 

Lire aussi 

Une visite riche en perspectives pour Aoun en Arabie saoudite

Aoun au Conseil de défense : Lutter contre le terrorisme de manière préventive

De la faillite en Arabie saoudite, et ses répercussions libanaises

Spéculations sur des tensions entre Russes et Iraniens en Syrie...

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Pierre Hadjigeorgiou

Le Hezbollah n'a rien remporté que morts et destructions. La bataille d'Alep n'a été remporté que par les Russes et personnes d'autres. Sans eux Bachar et le Hezbollah seraient aujourd'hui "Bi khabar Kana"! Si les Russes se mettent d'accords avec les Américains, et il semble que c'est en chemin, l'Iran va devoir baisser encore un peu plus le pantalon. Le prix le Hezbollah. C'est la seule raison pour laquelle le Hezbollah se comporte de la sorte. Il se prépare en effet aux concessions qu'il va devoir concéder. Ce n'est pas non plus par hasard qu'il négocie avec les FL discrètement. Il sait pertinemment bien que ce n'est pas lui qui a mené Aoun au pouvoir mais bien les FL. Ils ont donc prouvé qu'ils sont plus fort que Aoun et que seul eux pourraient les tirer d'affaire. Plus forts comment? Dr. Geagea a eu plus de voix que n'importe quel autre candidat lors des premieres élections. N'était ce le boycotte il serait Président a l'heure actuelle. De par leur relations. Ils ont convaincu Joumblatt et Hariri d'accepter Aoun. Ils ont des relations internationales solides qui peuvent être bénéfique pour le Liban. Chercher a cacher la vérité ne servira a rien!

Yves Prevost

Il me semble que si Israël cherchait une confrontation avec le Hezbollah, il profiterait de ce que la milice iranienne est embourbée en Syrie.pourquoi ne le fait-il pas?

Halim Abou Chacra

Le Hezbollah a déjà perdu plus de 1700 combattants en Syrie, sans parler des blessés qui peut-être se chiffrent par milliers. Quelle perte énorme pour le Liban, ces jeunes ! Tout cela pour sauver un petit Hitler et son régime et, en contrepartie, "gagner" essentiellemnt et contribuer décisivement à faire "gagner" la Syrie sa destruction totale, le massacre et l'exode du peuple syrien, l'implantation et la consolidation de la terreur de DAECH et d'AL-NOSRA etc. Que peut-on fêter comme "victoire" dans ces sinistres résultats ?

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

La plus grande partie du bavardage que l’on engage, là, n’a-t-il pas trait au "Minoritisme" ?
Mais il est dit que les trésors ne sont pas de ce monde ! Ou bien, si on s’appuie sur la parole qui dit qu’il faut rendre à César ce qui est à César et à dieu ce qui est à dieu, alors il faut tenir la libre raison pour le César du monde, et son "exercice" on la nomme alors Libre Pensée.
Lorsque certains(?) insistent ainsi à vouloir faire de "l’alliance des Minorisés" une alliance quasi religieuse entre "entités!" Can(r)tonisés ; la conFession devenant l’armoirie de ces enca(n)rtonnés croupions ; c’est l’Arabe Vrai qui refuse d’adhérer à cette Mauvaise-alliance…. ou "Axe!", témoignant de la conséquence la + stricte car, dit-il, le lien entre tous ces peuples c’est L’Arabisme et non le Sectarisme ; non 1 alliance temporelle donc entre ces "entités?" surtout si, yîîîh, Can(r)tonisés !
L’"état!" Minorisé est l’État Théocratique. Le souverain, dans ce genre d’États doit, ou bien comme c’est le cas dans le Juif "état", être le dieu de la religion : Le Jéhovah ; ou bien, comme au Tibet, être le représentant du dieu : Le Dalaï Lama !
Ou bien, enfin, comme on le demande à juste raison aux États Evolués, tous doivent se soumettre à la Loi d’une Justice Infaillible car, lorsque cette Loi Suprême n’existe pas ; comme c’est le cas chez ces "Minorisés" ; la domination du Sectarisme n’est rien d’autre que le Sectarisme de la domination, i.e. le culte de volonté d’un pouvoir Autocratique.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LIRE ET RIRE... MERCI MADAME, ON A BESOIN VRAIMENT DE RIRE UN PEU DANS CE PAYS ET CET ARTICLE EN EST UNE SOURCE DE RIRES... MAIS QUAND MEME PRENDRE LES GENS POUR DES IMBECILES EN VOULANT D,UN COUP DE CRAYON EFFACER TOUTES LES FANFARONNADES DIVINES !!! RIEN QUE DU BARATIN...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1 / 1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Trois sommets pour un résultat

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.