X

À La Une

Attaque contre une prison à Bahreïn : 10 évadés et un policier tué

golfe

La prison centrale de Jau compte de nombreux Bahreïnis de confession chiite condamnés ou jugés pour implication dans des violences.

OLJ/AFP
02/01/2017

Des hommes armés ont mené dimanche contre une prison à Bahreïn une attaque qui a permis l'évasion de dix personnes détenues pour "terrorisme" alors qu'un policier a été tué, a annoncé le ministère de l'Intérieur.

Les assaillants, 4 à 5 membres d'"un groupe terroriste" et armés de fusils automatiques et de pistolets, ont attaqué à 05h30 locales (02H30 GMT) la prison centrale de Jau (sud), a précisé le ministère en soirée dans un communiqué. Un policier a été tué et un autre blessé dans l'attaque, qui a permis l'évasion de dix prisonniers, dont sept condamnés à la perpétuité et 3 à de lourdes peines de prison pour des "actes terroristes", a ajouté le ministère qui publie une liste nominative des dix évadés.

Les forces de sécurité menaient une vaste opération de ratissage pour rechercher et arrêter "les terroristes impliqués" dans l'attaque et retrouver les prisonniers évadés, a indiqué le ministère sur son compte Twitter.
La police a installé ou renforcé des points de contrôle aux abords des villages chiites autour de Manama, ont indiqué des témoins.

Le ministère n'a pas donné d'indications sur les motivations des assaillants. Mais il a indiqué avoir chargé une commission d'enquêter sur les circonstances de l'attaque, fait rare dans la prison de Jau supposée être entourée de strictes mesures de sécurité.
La prison centrale de Jau compte de nombreux Bahreïnis de confession chiite condamnés ou jugés pour implication dans des violences.

En juin dernier, 17 détenus s'étaient évadés d'une autre prison à Bahreïn, celle d'Al-Hadd, à l'est de Manama. Les autorités avaient alors annoncé avoir rapidement repris la majorité de ces évadés.

 

 

Bahreïn, petit pays du Golfe dirigé par la dynastie sunnite des Al-Khalifa, est secoué depuis février 2011 par un mouvement de contestation animé par la majorité chiite qui réclame une véritable monarchie constitutionnelle et une meilleure prise en compte de ses intérêts.

Ces dernières années, des dizaines de personnes, dont des opposants, ont été jugées et condamnées à de lourdes peines de prison, et pour certains à la déchéance de leur nationalité, notamment pour violences ou critiques contre le pouvoir.

Plusieurs organisations de défense des droits de l'Homme se sont inquiétées récemment des poursuites contre des figures de l'opposition chiite. Les autorités de Manama nient toute discrimination envers les chiites à Bahreïn et accusent régulièrement l'Iran de s'ingérer dans ses affaires et d'entretenir la violence dans le royaume.

 

Pour mémoire
Bahreïn maintient l'opposant Nabil Rajab en détention

HRW dénonce la répression en ligne des dissidents dans le Golfe

Bahreïn dissout le principal groupe de l'opposition chiite

Les chiites bahreïnis, « otages » du conflit entre Riyad et Téhéran

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Collabos ou résistants ?

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

In English

Resolving Lebanon’s financial crisis

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants