X

Économie

Tourisme : les professionnels devraient être à la fête

Liban - Loisirs

Plus de 500 000 voyageurs sont attendus pendant le mois des fêtes, selon la Direction générale de l'Aviation civile.

21/12/2016

Comme chaque année à l'approche des fêtes, les professionnels misent sur les visites de touristes et expatriés pour doper leur activité. Et pour l'instant, les signaux sont plutôt très positifs. « Nous n'avons pas encore de chiffres exacts, mais nous attendons une bonne saison touristique, les avions venant à Beyrouth étant tous complets et de nouveaux vols s'y ajoutant chaque jour », se félicite l'ancien ministre du Tourisme, Michel Pharaon.

Dans un communiqué publié lundi 11 décembre, la Direction générale de l'Aviation civile (DGAC) a indiqué avoir enregistré 160 538 voyageurs (arrivées, départs et transits) sur les dix premiers jours de décembre et prévu plus de 500 000 passagers pour l'ensemble du mois. Sur l'année, cela porterait, selon la DGAC, le nombre de passagers à l'aéroport international Rafic Hariri à un plus haut historique de 7,6 millions.

« Cela confirme une tendance positive qui a commencé cet été », se réjouit M. Pharaon. Selon les chiffres du ministère, le nombre de touristes a augmenté de 21 % en glissement annuel en septembre 2016, pour atteindre 1,302 million de visiteurs sur les neuf premiers mois de l'année. « Et nous avons enregistré une hausse de 12 % en octobre », poursuit-il.

 

(Pour mémoire : Tourisme hivernal : Une saison 2016 trop courte pour maintenir le secteur en piste)

 

Vols complets
« La situation est très positive. Sur les 20 premiers jours du mois, nous avons 112 vols par jour vers Beyrouth, et tous sont complets. Cela représente plus de 330 000 voyageurs jusqu'au 20 décembre, en hausse de 15 à 20 % par rapport à l'année dernière et nous pensons que cette tendance va continuer jusqu'au 10 janvier », affirme pour sa part le président de l'Association des agences de voyages et de tourisme au Liban, Jean Abboud.

Le secrétaire général de la Fédération des syndicats touristiques Jean Beyrouthi prévoit, de son côté, un taux d'occupation des hôtels de 60 à 75 % selon les régions pendant les fêtes. Une bonne nouvelle, alors que la saison représente environ 15 % du chiffre d'affaires des hôteliers et des agences de voyages. « L'année dernière nous avions un bon taux de réservations pendant les fêtes, entre 93 et 95 %, mais elles avaient mis du temps à se faire. Cette année, les visiteurs sont venus plus tôt », se félicite Rita Saad, directrice des relations publiques à l'hôtel Le Gray, qui dit afficher un taux de réservation de 95 % depuis début décembre.

« Nous aurons de très belles fêtes grâce au changement politique et l'amélioration de la situation sécuritaire », se félicite Jean Beyrouthi. « Quelque 4 % des touristes venant au Liban pendant les fêtes en 2016 viennent des pays du Golfe. C'est un signe positif, montrant que la confiance est revenue depuis l'élection d'un président et la nomination de Saad Hariri en tant que Premier ministre », renchérit Jean Abboud.

Mais la plupart attendent encore la visite officielle du président Michel Aoun en Arabie saoudite qui devait avoir lieu une fois le gouvernement formé. « La reprise totale de l'activité dans ce secteur ne sera possible qu'une fois que le gouvernement sera formé et que cette visite aura lieu », lançait le président du syndicat des hôteliers du Liban, Pierre Achkar, avant la signature du décret relatif à la composition de l'exécutif. En attendant, « plus de 70 % des visiteurs sont des Libanais expatriés », note de son côté Jean Beyrouthi.

 

(Pour mémoire : Au Liban, les commerçants ont dû s'adapter pour être à la fête)

 

Baisse des prix
Reste à savoir dans quelle mesure la hausse de la fréquentation pour les fêtes dopera les revenus du secteur. « L'année est meilleure que 2015, mais elle n'est toujours pas au niveau des années fastes de 2009-2010. À l'époque, les hôtels étaient complets pendant 10 jours à cette période contre 5 cette année, et 3 jours en 2015. De plus, avec la baisse des prix sur le marché depuis 2010, même si l'hôtel est complet pendant 5 jours, nos revenus n'atteignent que 60 % de ceux engendrés pendant le même nombre de jour en 2010 », explique Pierre Achkar.

« Nous espérons surtout que les visiteurs feront leurs achats au Liban pour pouvoir stimuler l'économie », ajoute le président du syndicat des propriétaires de restaurants, Tony Rami. « Pour l'instant, les dépenses détaxées de décembre sont au même niveau que celles de novembre. Nous attendons les chiffres de la fin du mois », explique pour sa part Joe Yacoub, responsable de la division Liban pour Global Blue, la société en charge de la restitution de la TVA sur les achats des touristes. Et celles-ci avaient reculé de 10 % au troisième trimestre, comparé à la même période un an plus tôt, selon la société.

Côté départs, l'ambiance, elle, est moins festive. « Les Libanais réservent à la dernière minute, et généralement pour le jour de l'an, il est donc difficile de faire des estimations, mais les départs sont en baisse cette année. La demande est très faible. Les agences n'ont qu'une vingtaine de vols entre le 23 décembre et la fin du mois », explique Jean Abboud. « La saison avait bien commencé en novembre, mais en décembre les réservations ont baissé. Nous avons enregistré une baisse de 17 % depuis janvier. Les Libanais sont préoccupés par la situation sécuritaire, car ils partaient généralement en Turquie. De plus, les prix du marché ont dû baisser de 15 à 20 % depuis cet été, du fait de la situation économique... », explique Marwan Malaeb, directeur chez Tania Travel.

 

---

 

Une nouvelle ligne aérienne entre Beyrouth et Aqaba

La compagnie aérienne jordanienne Royal Wings – filiale low-cost de Royal Jordanian – assure depuis hier des vols directs reliant l'Aéroport international de Beyrouth à celui d'Aqaba (ville côtière au sud de la Jordanie), a indiqué l'Agence nationale d'information.

Royal Wings, qui propose des vols aller-retour deux fois par semaine tous les lundis et vendredis, n'a toutefois pas donné de précisions concernant les objectifs visés par la compagnie en termes de trafic et de chiffre d'affaires.

« C'est un heureux événement, d'autant plus que les touristes jordaniens étaient parmi les plus nombreux à visiter le Liban ces dernières années », s'est réjouie Nada Sardouk, directrice générale du ministère du Tourisme, lors de la cérémonie d'inauguration de cette nouvelle ligne.

« Aqaba constituera la porte d'entrée de la Jordanie pour les visiteurs libanais, du fait de sa proximité géographique avec les lieux touristiques les plus emblématiques : Petra, Wadi el-Roum et la mer Morte », a déclaré de son côté Sharhabil Madi, chargé du Tourisme et de l'Investissement auprès de la zone économique spéciale de Aqaba.

 

 

Lire aussi
Vers un retour durable de la confiance des Libanais dans l'économie ?

Le retour d'un président sera-t-il suivi par celui des touristes du Golfe ?

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

RE-MARK-ABLE

Nous aurons de très belles fêtes grâce au changement politique et l'amélioration de la situation sécuritaire », se félicite Jean Beyrouthi. « Quelque 4 % des touristes venant au Liban pendant les fêtes en 2016 viennent des pays du Golfe. C'est un signe positif, montrant que la confiance est revenue depuis l'élection d'un président et la nomination de Saad Hariri en tant que Premier ministre », renchérit Jean Abboud.

Merci qui ???????????????????

Khlat Zaki

Gare à l'incohérence des chiffres Mme Haddad!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

22 octobre 1989-22 octobre 2018, Taëf entame sa 30e année

En toute liberté de Fady NOUN

La vérité et le dialogue des cultures

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué