Rechercher
Rechercher

Témoignages

La fuite ou la mort : le choix terrible des Alépins de l’Est

La perte de plus d'un tiers du bastion rebelle a contraint les populations à s'enfuir ou à se retrancher chez elles.

Des Syriens fuyant leur quartier d’Alep-est, théâtre de très violents combats. Abdalrhman Ismail/Reuters

« Je pense emmener ma famille du côté de la ville tenu par le régime. Dieu seul sait ce qu'il adviendra de nous. Ne m'écrivez plus, je ne veux pas avoir de problèmes une fois passé à l'Ouest. Je ne veux pas qu'ils me torturent. Merci et que Dieu vous garde. » Comme Adnane*, des milliers d'habitants des quartiers est d'Alep ont perdu tout espoir de voir les forces rebelles vaincre celles du régime et de ses alliés et préfèrent l'exode à une mort probable.

Après quatre mois de siège, et plus de 10 jours après le lancement de la plus grande offensive jamais engagée contre les zones qui échappent au contrôle de Damas, la population a sombré dans le plus profond désarroi Un tiers du bastion rebelle a cédé lors des assauts des forces du régime sur le terrain, en concomitance avec des bombardements d'une violence sans précédent. Des milliers d'habitants auraient déjà fui les zones sinistrées pour se réfugier en zone gouvernementale. Selon l'OSDH, ils seraient près de 10 000, dont 6 000 partis en direction de la petite enclave de Cheikh Maksoud contrôlée par les forces kurdes.

Selon un activiste sur place, contacté par L'Orient-Le Jour, ces familles auraient été ensuite transférées vers les zones contrôlées par le régime. D'autres ont fait état de camions entrant dans les quartiers rebelles, et de familles amassant leurs affaires à la hâte, notamment à al-Chaar, où les bombardements ont été extrêmement intenses hier. Après des mois de résistance, rythmés par la faim et les bombes, des habitants se sont donc résignés à fuir les quartiers assiégés. Aucune information fiable n'est venue confirmer ce qu'il est advenu de ces familles. « On veut partir c'est certain. Qui a envie d'affronter la mort ? Si Dieu veut nous garder en vie, alors il faut qu'on parte. Mais où ira-t-on, ça je l'ignore », confie Tarek*, un père de famille. Hier dans la soirée, Amnesty International a appelé les forces gouvernementales syriennes à veiller à ce que les civils vivant dans les zones capturées puissent circuler librement et soient protégés contre la détention arbitraire, la torture, la disparition forcée ou le harcèlement.

 

(Repère : Retour sur une année d'offensives sur Alep-Est)

 

Témoins de l'horreur
« C'est la pire des catastrophes humanitaires qui se déroule en ce moment même », témoigne Amir, un photographe des quartiers est. Malgré l'horreur dont il est doublement témoin, le photoreporter s'est-il résolu à tout abandonner pour se rendre en zone gouvernementale ? « Sûrement pas ! Les photographes sont les ennemis numéro 1 du régime », ironise-t-il. Comme Amir, Joumana refuse de s'en remettre aux forces adverses. « Les bombardements sont fous, c'est du jamais-vu, mais mon Dieu non, je ne partirai pas », dit-elle, espérant encore que la situation « s'améliore ».

« Physiquement je n'ai rien, mais moralement je suis à bout. Ma femme a terriblement peur. Mais je n'irai jamais du côté du régime, car ça veut dire choisir la mort à coup sûr. Je préfère mourir dans ma ville », confie également Yasser. Un professeur d'anglais et activiste a préféré tromper la mort en continuant à donner des cours hier après-midi. « Malgré la situation horrible aujourd'hui (hier), mes élèves ont insisté pour venir en classe », dit-il face à la caméra de son téléphone, via l'application Périscope, permettant de transmettre les images en direct.

« Je leur ai demandé de me décrire leurs vacances. (...) Je leur souhaite un avenir brillant, même si je sais que durant les prochains jours je risque de perdre certains d'entre eux », avoue-t-il.
Dans certains foyers, le désarroi est total. « Si ça continue comme cela, ce sera un carnage. Qu'est-ce qui va nous arriver ? Allons-nous tous mourir comme ça ? lance Ahmad, effondré, alors que son épouse est sur le point d'accoucher, d'un jour à l'autre, de jumeaux. Il n'y a plus d'hôpitaux, plus de médicaments, j'ai peur pour ma famille. Pourquoi le monde ne fait-il rien pour nous ? Je me pose la question sans arrêt et je ne trouve pas de réponse. »

* Les prénoms ont été changés pour des raisons de sécurité.

 

 

Lire aussi

À Alep-Est, « on préfère mourir que d’être emprisonné et torturé de l’autre côté »

Ayrault : Miser sur Assad pour se débarrasser de Daech serait une erreur morale et stratégique

"Nos dépôts sont vides" : dernière distribution d'aide à Alep

En Syrie, tôt ou tard, les rebelles seront dans une logique de guerre de « libération nationale »

Ces billets doux que le régime envoie aux habitants d'Alep-Est...


« Je pense emmener ma famille du côté de la ville tenu par le régime. Dieu seul sait ce qu'il adviendra de nous. Ne m'écrivez plus, je ne veux pas avoir de problèmes une fois passé à l'Ouest. Je ne veux pas qu'ils me torturent. Merci et que Dieu vous garde. » Comme Adnane*, des milliers d'habitants des quartiers est d'Alep ont perdu tout espoir de voir les forces rebelles vaincre...

commentaires (5)

On veut nous faire croire depuis quelques temps déjà que les 200000 Alépins de l'est sont tous des rebelles. Hors la plupart d'entres eux sont restés tout simplement parce que l'on ne quitte pas sa maison, ses parents, ses amis si facilement.... Et puis comme à Mossoul beaucoup ont été surement contraints pour ne pas le faire !!! Vouloir assimiler Alep Est a une enclave à 100% rebelle est un mensonge. Cela dit les souffrances endurées par les populations civiles sont insupportables.

Rocchesani Marcel

22 h 33, le 29 novembre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • On veut nous faire croire depuis quelques temps déjà que les 200000 Alépins de l'est sont tous des rebelles. Hors la plupart d'entres eux sont restés tout simplement parce que l'on ne quitte pas sa maison, ses parents, ses amis si facilement.... Et puis comme à Mossoul beaucoup ont été surement contraints pour ne pas le faire !!! Vouloir assimiler Alep Est a une enclave à 100% rebelle est un mensonge. Cela dit les souffrances endurées par les populations civiles sont insupportables.

    Rocchesani Marcel

    22 h 33, le 29 novembre 2016

  • Heureusement que les hommes ont la faculté d'oublier. Mais bon nombre de libanais , hélas, se souviennent encore, d'avoir du affronter le meme dilemne : fuir ou mourir. Certains n'ont même pas eu le privilège de faire ce choix...

    LeRougeEtLeNoir

    16 h 48, le 29 novembre 2016

  • Au fait qu'est ce qui se passe à Mossoul et raqqa? C'est fini , on ne libére plus des bactéries wahabites , les mêmes qu'à Alep ?

    FRIK-A-FRAK

    09 h 27, le 29 novembre 2016

  • LE PEUPLE D,ALEP FUIT AUJOURD,HUI... SES ASSASSINS FUIRONT DEMAIN... HELICOPTERES RUSSES ET PARACHUTES SONT PRETS !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 08, le 29 novembre 2016

  • Voilà ta réponse mon cher : tu as à faire à un monde où la bestialité extrême domine dans une inconscience extrême tranquille Mon Dieu, fait qu'il se réveille de cette léthargie. Ils ne savent pas que par leur silence, ils sont coupables NOUS SOMMES TOUS COUPABLES Honte au genre humain ........

    Mohy

    08 h 18, le 29 novembre 2016