Liban

Une parade énigmatique

L’éclairage
16/11/2016

Une parade militaire, organisée vendredi, selon certaines sources, par le Hezbollah à Qousseir, ville syrienne frontalière du Liban, continue d'être au centre d'une vive controverse locale et même internationale. Ce défilé, soigneusement diffusé par la chaîne al-Manar, a créé la surprise. Personne ne s'y attendait vraiment. Et, connaissant le Hezbollah, qui ne laisse généralement rien au hasard (sauf la guerre de 2006), on s'évertue à en identifier les messages en le replaçant dans son contexte local et international.

Or le défilé militaire se situe à la croisée d'un faisceau d'événements locaux et internationaux significatifs. Sur le plan local, il intervient après l'élection de Michel Aoun à la présidence (31 octobre) et le discours qu'il a prononcé à l'occasion de sa prestation de serment, où il préconisait de tenir le Liban à l'écart des affrontements régionaux. De même, ce défilé militaire semble tout à fait indépendant et indifférent au processus de formation du nouveau gouvernement, ou à la déclaration ministérielle qui va l'accompagner. Il n'en tient aucun compte.

Sur le plan international, le défilé militaire ostentatoire se déroule au lendemain de l'élection du président américain Donald Trump, dont l'hostilité à l'accord sur le nucléaire iranien est notoire.
Que cherche à dire le Hezbollah ? Sans doute qu'il est désormais, aux côtés de la Russie, l'un des acteurs du conflit régional qui se déroule en Syrie, et que Washington ne peut envisager de le tenir à l'écart d'un règlement de ce conflit. Accessoirement, il dit aussi que les vieux repères sont obsolètes, et qu'il ne saurait se plier désormais à des impératifs exclusivement libanais; et donc qu'il ne faut plus lui demander de se retirer de Syrie, au nom d'une quelconque politique de distanciation purement locale.

À cet égard, des observateurs font le lien entre cette démonstration de force et des propos récents tenus par le ministre iranien des Affaires étrangères, Mahmoud Javad Zarif. Le responsable iranien avait affirmé, dans un discours prononcé lors d'un congrès international sur les crises géopolitiques dans le monde musulman qui s'est tenu à Téhéran, que le Hezbollah est « un facteur de stabilité » dans la région. Que son rôle dépasse donc le cadre strictement libanais.
À noter que M. Zarif était venu au Liban le 8 novembre, au lendemain de l'élection du président Michel Aoun, et en avait profité pour féliciter ce dernier, ainsi que le Premier ministre désigné et le secrétaire général du Hezbollah. Il n'en fallait pas plus à certains pour y voir la preuve que l'élection du président Aoun est en fait « une victoire du Hezbollah » au Liban.


(Lire aussi : Les blindés US exhibés par le Hezbollah supplantent le marchandage gouvernemental)

 

De mauvaises langues ont affirmé que les blindés américains aperçus lors du défilé militaire du Hezbollah en Syrie appartenaient à l'armée, et que le Hezbollah cherchait, en en diffusant les photos, à ternir l'image de l'armée libanaise, à en démontrer l'inefficacité et, par là, à compromettre les contacts engagés pour actualiser à nouveau le projet Donas prévoyant le don d'équipements militaires français financés par l'Arabie saoudite. Un don de 3 milliards de dollars que l'Arabie avait décidé, voici quelques mois, de remettre en question de façon unilatérale...

Mais ces spéculations ont été démenties par des sources militaires libanaises. Et de sources proches du Hezbollah, on assure que ces blindés, des transports de troupes M113, ont été saisis à l'armée israélienne en 2006. Selon d'autres sources, les tanks pourraient avoir été saisis à des groupes rebelles syriens.
Quoi qu'il en soit, pour la plupart des commentateurs, le « message » du défilé militaire du Hezbollah est surtout d'ordre régional et international, et intéresse en premier chef les États-Unis, sachant que le Hezbollah est désormais l'allié objectif de la Russie dans le conflit en cours en Syrie. Accessoirement, ces commentateurs songent aussi qu'Israël devrait rester sur ses gardes, sachant que plus de 100 000 fusées de courte, moyenne et même de longue portée sont pointées, par le Hezbollah, en direction du territoire israélien, et notamment de certains objectifs stratégiques.

Pour en revenir au Liban, et par manière de conclusion, on cherche, dans les milieux politiques, à deviner la teneur du discours que tiendra le président Michel Aoun à l'occasion du défilé de l'Indépendance ; sans pouvoir s'empêcher de relever que ce défilé aura été précédé par celui du Hezbollah, et que le rapprochement entre les deux est donc inévitable.

 

Lire aussi
Des exigences et des messages politiques, le décryptage de Scarlett Haddad

Hassan Rifaï à « L'OLJ » : Le président et le Premier ministre ont le droit et le devoir de refuser tous les veto

Futur gouvernement : des Libanais expriment leurs attentes

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Soeur Yvette

Des points d'interrogation ??la verite ou elle est ????

Pierre Hadjigeorgiou

C'est exactement les soubresauts avant la fin et le dernier soupir... Ils peuvent en faire de tels représentations autant qu'ils veulent, ils finiront par se mettre a dos le reste de leurs alliés qui ne seront pas prêt a payer, le temps venu, le prix d'un tel entêtement... Les erreurs s'accumulent... les pensées se voilent et réfléchir plus loin que leur nez n'est plus de leurs apanages...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TOUT LE MONDE PENSE COMME VOUS MONSIEUR ABI-AKL...

AIGLEPERçANT

Face à cette démonstration de force éclatante de la résistance du hezb et de l'axe auquel il appartient, je pense que ceux qui parlaient d'alliance naturelle entre le hezb et les voleurs de terres palestiniennes chrétiennes et sunnites peuvent recycler leur brainstorming pour l'adapter À LA NOUVELLE DONNE SUR LE TERRAIN MILITAIRE.

On comprend en Meme temps que l'élection d'un président au liban bien que importante, ne constitue en rien une fin en soi pour la résistance libanaise qui pourtant on annonçait être moribonde depuis 2006.
Écarter l'Iran du jeu moyen orientale est un rêve irréalisable pour les usurpateurs.
Pas plus que pour la turquie.

Bery tus

Bon tayb bravo !! Mais alors pq il déménage pas le quartier général en même temps en Syrie tiens puisque ils ont à cœur de protéger le liban et les libanais n'est ce pas? Voici une occasion en or de le faire pq rester au liban quand ils savent que l'armée et le peuple libanais est sous risque, si tsahal attaquais le liban!?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre la crise économique et financière et l’implantation des Palestiniens...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants