X

Liban

Les blindés US exhibés par le Hezbollah supplantent le marchandage gouvernemental

La situation
16/11/2016

Le paysage du bazar de la formation du gouvernement qui, pour certains, pourrait voir incessamment le jour, et pour d'autres, pas de sitôt, a été quelque peu brouillé par les premières répercussions de la diffusion de photos, non authentifiées, montrant des blindés de fabrication américaine lors d'un défilé militaire du Hezbollah à Qousseir, non loin de la frontière. L'armée libanaise, qui possède ce type de véhicules (des M113), a immédiatement montré patte blanche tout en s'abstenant de faire une quelconque référence au Hezbollah.

Ce rebondissement, qui a suscité des interrogations au sein de l'administration américaine – qui se dit étonnée de voir ses blindés aux mains d'un groupe figurant sur sa liste d'organisations dites « terroristes » –, a suscité des réactions multiples aussi bien au sein de l'armée libanaise, qui bénéficie depuis des années de dons américains octroyés sous forme d'armes et d'équipements, que dans les milieux politiques de part et d'autre. Comme on pouvait s'y attendre, ce sont plusieurs versions qui ont circulé hier localement pour tenter d'expliquer, de dénoncer ou de démentir certaines informations liées à l'affaire.

À l'heure où le Liban vient d'inaugurer une nouvelle phase après l'élection d'un nouveau président – dont on connaît l'attachement à l'armée et la volonté explicite de la consolider depuis son discours d'investiture–, un incident de cette envergure risque d'entraîner dans son sillage de lourdes conséquences sur l'image de l'institution militaire et sur les promesses d'aide à venir, notamment de la part des Américains et de l'Arabie saoudite, assurent des observateurs.

 

(Lire aussi : Une parade énigmatique, l'éclairage de Philippe Abi-Akl)

 

Après le démenti concis publié par l'armée libanaise qui a assuré que les véhicules militaires observés sur les photos ne lui appartiennent pas, les milieux du Hezbollah et du CPL ont minimisé l'affaire qui, d'après eux, n'a aucune connotation interne et ne saurait affecter ni embarrasser le nouveau chef de l'État.
Interrogées par « L'OLJ », deux sources proches du Hezbollah ont indiqué que s'il y avait un message à retenir de cette démonstration de force « où figuraient également des chars russes et pas seulement américains », c'est bien l'idée que le Hezbollah est devenu une « force régionale avec laquelle il faut désormais compter ». « Le message est exclusivement en rapport avec la situation du terrain en Syrie et n'a aucune connexion avec le Liban, encore moins avec l'idée d'une tentative d'embarrasser le chef de l'État », assure l'une des sources.

En soirée, des informations diffusées dans les milieux du parti chiite ont laissé entendre que ces blindés, trois en tout, représentent un butin de guerre pris aux milices pro-israéliennes d'Antoine Lahd, au lendemain de la libération en 2000 de la partie du Liban-Sud jadis occupée par l'État hébreu.

Une source proche des milieux diplomatiques américains assure de son côté à « L'OLJ » que ce n'est pas tant l'armée libanaise, avec qui les États-Unis « traitent en toute confiance depuis des décennies, qui pose question, que le timing et la volonté de ternir l'image d'une institution qui a fait ses preuves aux yeux des Américains ». Cette source confirme cependant qu'une enquête a été ouverte à Washington pour en savoir davantage sur cette affaire.

 

(Lire aussi : Des exigences et des messages politiques, le décryptage de Scarlett Haddad)

 

Dans certains milieux du CPL, on croit également savoir que ces photos, qui ont « probablement été fuitées par le Hezbollah aux médias », sont à destination interne en Syrie et non au Liban.
Plus direct, Nabil Nicolas, un député du bloc du Changement et de la Réforme, rejette toute responsabilité de l'institution militaire libanaise dans cette histoire. « La charge de la preuve incombe aux États-Unis. C'est à eux de s'assurer où va leur armement et comment il est utilisé au final », a-t-il dit, rappelant comment par le passé, les armes américaines ont souvent atterri aux mains des adversaires de Washington, comme les talibans en Afghanistan et, plus récemment, les organisations radicales islamistes en Syrie. Selon lui, cette affaire ne devrait aucunement affecter l'aide de trois milliards de dollars destinée à l'armée que l'Arabie saoudite s'apprêterait aujourd'hui à débloquer.

L'annonce d'une aide de 3,5 millions d'euros à l'institution militaire faite hier par l'ambassade d'Italie est, en tous les cas, un signe clair de renouvellement de la confiance investie dans la troupe.
Moins rassuré, le bloc parlementaire du Futur a stigmatisé l'initiative du Hezbollah dans laquelle il a vu « des messages adressés dans toutes les directions » et dénoncé une nouvelle tentative de faire prévaloir l'intérêt de l'Iran sur celui du Liban.

 

(Lire aussi : Hassan Rifaï à « L'OLJ » : Le président et le Premier ministre ont le droit et le devoir de refuser tous les veto)

 

Gestation
Entre-temps, les tractations pour la mise sur pied d'un nouveau gouvernement se poursuivent pour surmonter les derniers obstacles. Alors que l'on craignait que les entraves proviennent essentiellement du président de la Chambre qui voulait en découdre avec le président, que lui et son bloc ont refusé d'élire, et avec le Premier ministre qu'il accuse d'avoir concocté avec Michel Aoun un accord secret sans son aval, les derrières embûches à la naissance du futur exécutif seraient aujourd'hui causées notamment par les demandes des Forces libanaises, assurent des observateurs.
La formation de Samir Geagea ne s'est toujours pas faite à l'idée de renoncer au ministère de la Défense qu'elle convoite depuis le début du marchandage. La dernière « offre » en date qui circule depuis hier pour tenter d'amadouer les FL – l'octroi du poste de vice-Premier ministre, de trois ministères de services et d'un quatrième conjointement choisi par les FL et le chef de l'État – pourrait jouer dans le sens d'un dénouement rapide.

 

Lire aussi

Futur gouvernement : des Libanais expriment leurs attentes

Gemayel chez Aoun : Le gouvernement doit avoir pour priorité les intérêts nationaux

Bassil : Le Liban se tiendra à l'écart des conflits externes

Ils ont dit... sur le prochain cabinet

 

Pour mémoire

Un cabinet de 24 pourrait voir le jour incessamment...

Les obstacles à la naissance du gouvernement seraient progressivement levés, l'éclairage de Philippe Abi-Akl

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

FAKHOURI

Ce défilé (ou démonstration de force du Hezbollah), suite à l'élection de M.Aoun au poste de Président de la République était attendu.
Que peuvent faire 3 M113 face à la lourde machine de guerre d'Israel ?
C'est du même niveau que les victoires divines du Hezbollah. Le Hezbollah obtient des résultats guerriers face au bazar syrien et il ferait mieux de ne pas encore nous gargariser de ses victoires
Saad Hariri est le PM du néant, ou d'un semblant de gouvernement. Pendant ce temps, tous les problèmes du pays ne sont pas résolus

Remy Martin

Le Liban devenu un Etat fort ... sans eau, sans electricite, des poubelles partout, les jeunes cerveaux qui n'arretent pas de prendre le large, le pouvoir d'achat du peuple en rase-motte, les arts en chute libre malgre tout ce qu'on entend, secteur touristique jadis florissant aujourd'hui rachitique ... oui le Liban est devenu un Etat fort.

George Khoury

un M113 neuf ultra moderne est a $1.8m, etant donne que l'armee Libanaise n'en n'a que d'une ancienne generation et de seconde main, on vas dire que chacun vaut $500,000 (en fait c'est plus proche de $100,00).

le hezbolla en a 3, donc cela fait $1.5m...

et voila que cela fait d'eux un joueur "incontournable" sur la scene, alors que $1.5m c'est a la portee du premier fonctionnaire qui n'a qu'a ouvrir son tirroir pour encaisser ses pots de vins.

allez vous rhabillez parti perse et inutile, juste le MIG russe qui s'est ecrase il y'a quelque jour est a $30million, sans parler de l'autre Mig qui a ete abattu par les turcs....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CET ETALAGE EST A DESSEIN POUR POUSSER LA SAOUDITE A BLOQUER DE NOUVEAU SON AIDE A L,ARMEE... ET POUR TERNIR SON IMAGE ET LA CONFIANCE QUE LES PAYS PORTENT A L,INSTITUTION NATIONALE...

AIGLEPERçANT

Pendant que les petits jouent aux billes, les grands essayent de s'impresionner par des jouets plus grands plus gros plus chers.

Le Liban est arrivé à être un ÉTAT FORT À RESPECTER GRÂCE À SA RÉSISTANCE.
TEL A TJRS ÉTÉ L'OBJECTIF ET IL EST ATTEINT.

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’ennemi n° 1 (des Libanais)

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants