Liban

Des exigences et des messages politiques

Décryptage
16/11/2016

Contrairement au climat positif qui régnait après l'élection de Michel Aoun à la présidence de la République et la désignation de Saad Hariri à la présidence du Conseil, il semble de plus en plus difficile de former le gouvernement avant la fête de l'indépendance. MM. Aoun et Hariri auraient pourtant souhaité recevoir les félicitations traditionnelles à l'occasion de cette fête entourés de l'équipe ministérielle au complet en plus du président de la Chambre, Nabih Berry. Mais s'il faut en croire les dernières informations ayant filtré de la « bourse ministérielle », la formation du gouvernement semble quelque peu retardée. Les sources concernées continuent à affirmer qu'il n'y a pas d'obstacle insurmontable, mais le règlement des problèmes devrait prendre un peu plus de temps que prévu initialement. Les nœuds se limitent aujourd'hui à deux : le premier consiste dans l'exigence des Forces libanaises d'obtenir un portefeuille régalien et le second dans les demandes de Nabih Berry.

Les Forces libanaises affirment que l'accord conclu entre leur chef Samir Geagea et le général Aoun avant son élection à la présidence leur accordait un portefeuille régalien et elles attendent donc qu'il soit respecté. Or les portefeuilles régaliens sont au nombre de quatre : la Défense, l'Intérieur, les Finances et les Affaires étrangères. Les FL avaient commencé par réclamer les Finances, mais ce maroquin est réclamé par la communauté chiite qui estime qu'elle devrait être partenaire des maronites et des sunnites dans la gestion de l'exécutif. Or le président de la République a le pouvoir de signer les décrets aux côtés du Premier ministre et la troisième signature est celle du ministre des Finances qui doit donc être chiite. Cette argumentation aurait obtenu gain de cause, alors que le portefeuille de l'Intérieur est acquis au courant du Futur.

C'est pourquoi les FL ne peuvent plus réclamer que la Défense ou les Affaires étrangères qui, en principe, font partie du lot du chef de l'État. Toutefois, l'octroi du portefeuille de la Défense aux Forces libanaises se heurte à une forte opposition à la fois des formations chiites, qui ne veulent pas donner à ce parti un ministère ayant une dimension sécuritaire, mais aussi de la troupe elle-même ; celle-ci ne verrait pas d'un bon œil l'arrivée d'un ministre de la Défense issu des rangs de la milice qui l'avait combattue en 1990 dans l'un des épisodes les plus sanglants et meurtriers de la guerre libanaise. Certes, les temps ont changé, mais une telle décision serait interprétée comme un défi inutile dans le contexte actuel. Il ne reste donc plus que les Affaires étrangères que le ministre actuel devrait conserver contrairement à ce qui avait été dit au début.


(Pour mémoire : Un cabinet de 24 pourrait voir le jour incessamment...)

 

Dans ce contexte, il est clair que les FL peuvent difficilement obtenir un portefeuille régalien. Mais pour renoncer à cette exigence, elles réclament une part équivalente à celle du CPL, en tant que « partenaire déterminant » dans l'élection présidentielle. Ce qui signifie deux portefeuilles « importants » au niveau des services, comme la Justice et les Travaux publics, et un troisième de moindre importance, et éventuellement un quatrième mineur. Selon des sources du 8 Mars, il est clair que le chef des Forces libanaises souhaite recueillir au plus vite les dividendes de son appui à l'élection de Michel Aoun à la présidence de la République. Il voudrait même jouer le rôle que ce dernier remplissait dans les précédents gouvernements mais qu'il ne peut tenir maintenant qu'il est à la tête de l'État. Samir Geagea souhaiterait donc se présenter comme le principal leader chrétien au sein du gouvernement, depuis que Aoun est devenu « le président de tous les Libanais » et que son parti ne peut pas entraver son action. C'est dans ce contexte qu'il s'oppose ainsi à la participation des Kataëb et des Marada au gouvernement en gestation, arguant du fait qu'ils n'ont pas voté en faveur de Michel Aoun.

Face à cette volonté du chef des FL de s'imposer comme la partie chrétienne déterminante au sein du gouvernement, il y a aussi les exigences du président de la Chambre. Fort du mandat qui lui a été accordé par le Hezbollah pour négocier la formation du gouvernement, M. Berry durcit sa position et règle quelque part ses comptes avec le Premier ministre désigné qui avait conclu l'accord avec MM. Aoun et Bassil sans l'en informer. Contrairement à ce qui a été dit officiellement, la dernière rencontre entre les deux hommes était mouvementée et Saad Hariri a finalement déclaré à Nabih Berry qu'il acceptait ses conditions et qu'il allait en parler au chef de l'État. Que veut donc M. Berry ? D'abord le portefeuille des Finances pour Ali Hassan Khalil, contrairement au souhait émis par le président Aoun lui-même, ainsi qu'une « part équitable » pour le 8 Mars (10 sur 30 ministres, ou 8 sur 24, et de toutes confessions).

Dans ce contexte, M. Berry proteste contre la demande de M. Aoun d'avoir une double part, celle du président de la République et celle du bloc du Changement et de la Réforme, rappelant que, selon cette logique, Hariri le Premier ministre et lui-même ont aussi une double casquette, celle de la fonction officielle et celle du chef de parti et de bloc parlementaire. Et, selon les proches de Nabih Berry, si les présidents avaient jusqu'ici une part ministérielle, c'était justement parce qu'ils n'avaient pas de bloc parlementaire derrière eux.

En dépit de ces positions qui semblent inconciliables, les proches du Premier ministre restent optimistes sur la possibilité de former le gouvernement dans les semaines qui viennent. Selon eux, malgré les apparences, il y a moyen de parvenir à des accords, car ce qui est en cause en réalité, c'est le rôle de chacun dans l'étape à venir, surtout à la veille des élections législatives prévues en mai. À travers le gouvernement, chaque partie souhaite délimiter son territoire et se réserver une place de choix pour l'avenir. Dans ce sens, les exigences des uns et des autres sont surtout des messages politiques.

 

Lire aussi
Les blindés US exhibés par le Hezbollah supplantent le marchandage gouvernemental

Une parade énigmatique, l'éclairage de Philippe Abi-Akl

Hassan Rifaï à « L'OLJ » : Le président et le Premier ministre ont le droit et le devoir de refuser tous les veto

Futur gouvernement : des Libanais expriment leurs attentes

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

Il y aurait-il assez de fromage que souhaitent les 40 membres de la bande d'Ali Baba ?

AIGLEPERçANT

Tout autant que d'avoir voulu faire croire que lelection du Phare AOUN était inaccessible, vouloir nous raconter des histoires de blocage et d'exigences de petits joueurs en Politique libanaise s'avérera truffées de contre vérités

Je ne remet pas en cause l'article de Scarlett qui comme dab est excellent, je veux dire tout calmement qu'on aura un gouvernement où les vainqueurs feront preuve d'intelligence et de magnanimité vis a vis des vaincus.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

GOUPIL SE VEUT GARDIEN DU POULAILLER... ET ESSAIE D,ELIMINER LES COQS...

NAUFAL SORAYA

Ils finiront bien par s'entendre et trouver une solution, même s'ils ont déjà mis deux ans et demi à le faire... On semble sur la bonne voie...

Ca aurait été trop beau (et impossible, à moins que le Bon Dieu n'ait décidé de leur injecter une dose massive de sagesse) qu'un gouvernement soit formé en une nuit... Faut faire durer le suspens...

Gardons espoir! Une fois de plus!

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’ennemi n° 1 (des Libanais)

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants