Rechercher
Rechercher

Économie - Éclairage

Présidentielle américaine : Wall Street contre Main Street ?

Les programmes économiques de Donald Trump et Hillary Clinton sont diamétralement opposés. Photo AFP

Impôts, dépenses publiques, protectionnisme : à l'épreuve d'économie, les deux candidats à la Maison-Blanche s'opposent diamétralement, Hillary Clinton représentant la continuité tandis que Donald Trump séduit ou effraie par ses propositions radicales.

Si de nombreux économistes du monde académique, voire des agences de notation, s'alarment du « danger » représenté par Donald Trump pour la prospérité américaine, des petits entrepreneurs mais aussi des investisseurs estiment que les plans du candidat républicain seraient bénéfiques pour l'économie.
Alors que les sondages les placent au coude-à-coude juste avant le scrutin mardi, on pourrait dire que « Wall Street est pro-Clinton et Main Street (les petits investisseurs et les PME, ndlr) est pro-Trump », résumait récemment Steve Odland, du Committee for Economic Development (CED), un institut de politique économique regroupant des entreprises.

Cette ambivalence se reflète dans une enquête réalisée par la chaîne CNBC la semaine dernière auprès d'une cinquantaine d'économistes et d'acteurs financiers à Wall Street : 82 % pensent qu'Hillary Clinton va gagner, mais 46 % contre 39 % estiment malgré tout que les politiques du magnat de l'immobilier sont meilleures pour l'économie. Un autre sondage, mené en octobre par la Pepperdine/Graziadio Business School à Los Angeles auprès de 1 353 petites entreprises dans le pays, montre qu'une majorité de patrons préfèrent Trump pour ses positions sur l'assurance- santé (55 % contre 45 % pour Clinton) comme sur les impôts (66 % contre 34 %) et le commerce (55 % contre 45 %).

Déficit et déréglementation

Le projet économique du candidat républicain vise à relancer l'activité par le déficit et la déréglementation. Il promet 3,5 % à 4 % de croissance (contre 1,8 % projeté pour 2016) en réduisant l'impôt sur les sociétés de 35 % à 15 % et en abaissant ceux pour les contribuables plus riches (la tranche la plus élevée passant de 39,6 % à 33 %), ce qui gonflerait fortement le déficit budgétaire. Il veut aussi renégocier les accords commerciaux internationaux, supprimer la loi Obamacare sur l'assurance-santé et ériger « un mur » contre l'immigration.
Dans la continuité de la politique du président Obama, le plan de la démocrate est au contraire davantage redistributif. Elle entend augmenter les impôts des plus riches, relever le salaire minimum fédéral, faciliter la gratuité des universités publiques pour les moins aisés et seulement réformer Obamacare. Son projet creuserait aussi le déficit mais dans une moindre mesure.
Le FMI lui-même s'est alarmé du spectre du protectionnisme, qui – de Donald Trump au Brexit – « menace la croissance mondiale ».

Pour les analystes de Capital Economics, une victoire de l'homme d'affaires « pourrait ne pas apporter les changements radicaux que l'on craint ». « Il sera probablement amené, une fois dans le bureau Ovale, à adoucir sa rhétorique notamment sur le commerce et sa politique budgétaire » en raison du Congrès, affirment-ils.
Les analystes s'attendent en cas de victoire du républicain à ce que l'indice S&P 500, jugé le plus représentatif par les investisseurs, tombe sous les 2 000 points, soit une perte supérieure à 5 % par rapport à ses niveaux de la semaine précédant l'élection.

 

Lire aussi

Des rebondissements en série dans la campagne présidentielle américaine

Présidentielle US : Retour sur les 693 jours d'une folle campagne

Présidentielle US : les Etats-clés à suivre mardi soir

Sexe, drogues et peine de mort: ce qui se joue vraiment le 8 novembre en Californie

Impôts, dépenses publiques, protectionnisme : à l'épreuve d'économie, les deux candidats à la Maison-Blanche s'opposent diamétralement, Hillary Clinton représentant la continuité tandis que Donald Trump séduit ou effraie par ses propositions radicales.Si de nombreux économistes du monde académique, voire des agences de notation, s'alarment du « danger » représenté par Donald...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut