Le billet de Gaby NASR

Laquais des brumes

Billet
Gaby NASR | OLJ
28/10/2016

Une angoisse chasse l'autre. À peine en a-t-on fini avec le suspense entretenu par le Parti barbu au sujet de ses intentions concernant la séance du 31 octobre qu'on nous assène déjà une escadrille de tuiles qui, selon les cassandres pleureuses, vont tomber dru et dégorger leur tas d'immondices.
Cette manie d'associer les niaiseux qui y croient encore à des échéances dont tout le monde se fiche, à l'heure où, avec son pouvoir d'achat au ras des pâquerettes, le Libanais d'en bas paye les prix du siècle prochain avec les revenus du siècle dernier... En revanche, qu'est-ce qu'on se marre face au jeu de rôles qui rapidement se met en place autour d'Orangina, dont les démangeaisons présidentielles vont enfin s'apaiser.
Les laquais nouveaux sont arrivés ! Chargés de fermer leur gueule tout en ouvrant portes et portières, ils se sentent soudain requinqués d'avoir un rôle à jouer dans l'histoire embrumée du Liban, sans doute avec l'espoir d'un retour rapide sur investissement. La faune des cire-pompes aura deux missions stratégiques : servir de chauffeurs de salle dans les conférences de presse et écarter les manants au passage du Maître. Aussi, la chaîne des larbins s'installe. Les vétérans lèche-bottes se mettront à lui baver dessus, pendant que les subalternes nouvellement recrutés iront saliver dans les salons. Car il n'y a rien de plus multitâche qu'un bêlant. Quand il est instruit, il troque la plume pour le plumeau, et quand il est analphabète, il active le cirage sur les chaussures de son patron.
Mais le Tsunamichel n'a rien inventé et ses adversaires politiques ont aussi leurs sous-fifres qui leur gravitent autour. Sleiman le Franju en puise à satiété sur ses terres de Zghorta, Achraf Rififi n'a qu'à se baisser pour en ramasser à Tripoli, et Istiz Nabeuh n'a qu'à lever le petit doigt pour rameuter les milliers de planqués qu'il a casés à pantoufler dans la fonction publique.
Bref, sur toutes les branches du cèdre, les paillassons fleurissent comme des guirlandes. Tellement prolifiques que ça en devient une métastase. Tellement libanais qu'on a envie de les secourir. Cirage, bave et léchouilles... telle est la dure loi de la domesticité.

gabynasr@lorientlejour.com

 

À la une

Retour à la page "Billet"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Hitti arlette

Cher gaby .. Ne t inquiete pas pour les demangeaisons d orangina , le hakim l'a gavé d antihistaminiques afin , parait -il , qu il soit en forme le 31 oct .

Rotary Beyrouth

En attendant l'Election, j'en connais plus d'un qui doit frétiller d'impatience dans ses Bampers.

F. MALAK

Sabbagha Antoine

Cirage, bave et léchouilles...vive nos tribus libanaises sauvages .

Maes Victor

Excellent !

Monsieur Nasr, vous maniez la langue française pour le grand plaisir des lecteurs de l'OLJ.

Vivement vendredi prochain.

C. F.

Le jeu de mistigri touche à sa fin et les spectateurs du monde entier auront les yeux en boule de Lotto quand ils apprennent l’élection d’un nouveau président au pays de Hezbollah. Les présidentielles aux U.S.A et en France font de l’ombre aux derniers rebondissements de la campagne électorale. C’est pour vous dire M. Nasr que le Liban échappe à toutes les prévisions quel que soit l’expertise en journalisme politique…
Bien sûr à chacun des politiciens sa camarilla quand: "Les laquais nouveaux sont arrivés ! Chargés de fermer leur gueule tout en ouvrant portes et portières, ils se sentent soudain requinqués d'avoir un rôle à jouer dans l'histoire embrumée du Liban". On ne compte plus les retournements de veste. A vous lire avec plaisir…

VITESSE DE CROISIÈRE

Ahhhhhhh ya Gaby, vous voudrez bien me rendre mon compas électronique svp ?

Vous en avez fait bon usage pour décrire cette cohorte de sous fifres dissimés un peu partout sur le territoire national et prêt à faire des sauts de cabris.

Bon week-end Gaby.

M.V.

l'on dit aussi... le quai des brumes ...;-)

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DE MOUTONS A LAQUAIS CIREURS DE BOTTES... ET DE LAQUAIS A MOUTONS BELEURS... LE COMMUN DES CITOYENS S,Y BALANCE A TOUR DE ROLE... ET LES PANURGES MAITRES ET BERGERS DE LA MALEDICTION CONTINUENT A MENER LES CHEPTELS DE AVEUGLES QUE CE SOIENT DE CIREURS OU DE MOUTONS...

George Khoury

lundi on aura notre bouteflika....Adieu veau, vache, cochon, couvee...

Chaccal Marie Hélène

Monsieur Nasr, ce matin,vous vous etes surpassé! Vos ecrits sont de pures jouissances linguistiques. Vous jonglez avec les mots et vous en faites un veritable feu d'artifice. Merci,merci!

Gebran Eid

ACHRAF RIFI N'A QU'À SE BAISSER POUR EN RAMASSER NON SEULEMENT À TRIPOLI MAIS UN PEU PARTOUT JE L'ESPÈRE. ET LES MILLIERS DE PLANQUÉS CASÉS PAR ISTIZ, ÇA FAIT FROID AU DOS.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Bravo Gaby Nasr !
La Classe.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!