X

Campus

L’UL lance un master qui allie économie, sport et tourisme

Nouvelle formation

L'Université libanaise (UL) propose, en partenariat avec l'Université Grenoble Alpes (UGA) en France, une formation innovante : un master 2 en stratégies économiques du sport et du tourisme.

14/10/2016

Il s'agirait du premier master du genre au Liban. Le master 2 en stratégies économiques du sport et du tourisme, ouvert aux étudiants détenteurs d'un master 1 ou d'un diplôme équivalent issu de l'une des facultés suivantes : tourisme, pédagogie ou sciences économiques et gestion, leur apporte les connaissances, savoir-faire et compétences susceptibles de favoriser leur insertion dans le champ professionnel des sports, des loisirs et du tourisme.
« Offrir un master pareil est indispensable dans un pays qui dispose de 6 stations de ski, 17 réserves naturelles, des montagnes propices aux randonnées et un nombre considérable de clubs sportifs », estime Amale Abou Fayad, doyenne de la faculté de tourisme et de gestion hôtelière (FTGH) de l'UL et initiatrice de ce master. Elle confie avoir décidé de l'importer au Liban « après l'avoir découvert, il y a deux ans, à la faculté d'économie de l'Université Grenoble Alpes (UGA) », vu « l'importance du tourisme et du sport au pays du Cèdre, et l'impact positif sur l'économie qu'aurait une bonne gestion des activités sportives et touristiques ».

Diplôme double
La formation, pluridisciplinaire, est coconstruite par les facultés de tourisme, de pédagogie et des sciences économiques et de gestion de l'UL. « La spécificité de ce master réside dans l'obtention de l'étudiant d'un double diplôme de l'UL et de l'UGA », note Mme Abou Fayad, avant de préciser : « Les étudiants recevront les mêmes cours que ceux offerts aux étudiants de l'UGA, avec quelques adaptations aux spécificités libanaises. Et ils auront la possibilité d'effectuer un échange avec l'UGA. » Conséquence : les étudiants libanais, bien qu'inscrits auprès de l'UL, paieront des frais de scolarité d'environ 2 000 euros.
La moitié des cours seront dispensés par des professeurs libanais, certains dossiers seront partagés en ligne avec les étudiants, et 30 % des cours seront assurés par des intervenants de l'UGA. « Les mémoires dirigés par des profs de l'UL seront basés sur des études de terrain, effectuées au Liban ou à Grenoble, et les étudiants passionnés par la recherche pourront entamer plus tard une thèse de doctorat », poursuit Mme Abou Fayad. L'horaire des cours, prévus trois fois par semaine à partir de 17h, est fixé de manière à accommoder les étudiants qui travaillent.

Débouchés professionnels
« Selon leur discipline d'origine (gestion, tourisme ou éducation sportive), les diplômés se dirigeront vers le secteur du marché de travail qui les concerne : travail administratif, coaching dans des centres sportifs ou des spas, activités sportives offertes aux touristes à travers les agences de voyages, etc. », indique Mme Abou Fayad, qui souligne le fait que le diplôme européen qu'ils auront au terme de la formation leur ouvrira des opportunités d'emplois en Europe et aux pays du Golfe.
La doyenne de la FTGH conclut en évoquant la « richesse de l'expérience » qu'offrira ce master et « l'ouverture d'esprit » qu'il entraînera chez les étudiants « grâce au tissage culturel apporté par le partenariat avec l'Université Grenoble Alpes ».
Pour en savoir plus, appeler le 03/269757.

 

À la une

Retour à la page "Campus"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La lutte contre la corruption, en tête des priorités du nouveau gouvernement

Pause verte de Suzanne BAAKLINI

Lutte contre les carrières illégales : le génie est enfin sorti de sa lampe !

Les matchs d’aujourd’hui

  • Colombie
    Japon

    19/06

    15h00 (GMT+3)

  • Pologne
    Sénégal

    19/06

    18h00 (GMT+3)

  • Russie
    Egypte

    19/06

    21h00 (GMT+3)

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué