Rechercher
Rechercher

Liban - Légion d’honneur

Samir Frangié élevé au rang de commandeur : la nouvelle bataille pour la paix est lancée

Photo Ibrahim Tawil

La Résidence des Pins offrait hier soir un aspect serein, l'impression d'un instant atemporel sur lequel une certaine vérité a choisi de se fixer. La cérémonie de remise des insignes de la Légion d'honneur avec rang de commandeur à Samir Frangié a paru attirer d'un coup tout ce qui a pu être fait, pensé et senti pour une démocratie libanaise plurielle, libérée de sa violence. Et les convives, supports invétérés de cette idée, ont composé une assemblée de « modérés », venus exprimer au bey « leur admiration, leur reconnaissance et leur affection », selon les termes de l'ambassadeur de France, Emmanuel Bonne. « Il y a en chacun un peu de Samir Frangié », dira ainsi l'un des convives... La vérité de « l'autre Liban » s'est ainsi recomposée hier, foudroyante de réalisme. Et l'optimisme forcené de l'artisan du vivre-ensemble a cessé d'être une option. Il est désormais la reconnaissance de cette vérité, sa condition.


Aussi Emmanuel Bonne a-t-il veillé dans son allocution (voir ici le verbatim) à respecter les préceptes du « bey, du camarade, du maître ». Le premier de ces préceptes étant la reconnaissance des identités plurielles de chacun. Le diplomate a constaté « la multiplicité d'inspirations, d'expériences, d'idées et d'initiatives, qui interdisent que l'on assigne définitivement (à Samir Frangié) une identité, une place, un registre ». « L'essentiel » chez l'ancien député est d'être « un homme libre qui a su s'extraire de toutes les contraintes du rang, de la famille, de la politique, pour défendre toujours une même idée du Liban, juste et généreux, uni dans la diversité, contre toutes les violences, toutes les simplifications, toutes les dominations », a-t-il poursuivi.

 

Apprentissage de la violence
Une idée du Liban qui n'a jamais cessé de transparaitre même dans les moments les plus sombres de son Voyage au bout de la violence. Ce Liban, « celui de Samir Frangié, c'est d'emblée celui de l'histoire », constate M. Bonne. De son père, Hamid Frangié, « l'un des artisans de l'indépendance libanaise (...) homme de culture et de dialogue, homme d'expérience aussi », il retiendra notamment une formule symptomatique du pays : « Si les Libanais s'entendent sur le mal, il se transforme en bien. S'ils sont en conflit sur le bien, celui-ci se transforme en mal. »
Pour Samir Frangié, « le mal prend très tôt la forme de la violence », à la suite de la tuerie de Meziara, quand il a douze ans. Cet événement qui « affecte durablement (sa) famille et (son) père » sera pour lui « quelque part l'annonce du danger qui menaçait le Liban, du repli sur la famille et la communauté, du présage de la violence », a rappelé M. Bonne en le citant.


À cette première prise avec la violence succédera la révolte naturelle de l'élève, puis de l'étudiant engagé, contre l'ordre préétabli. C'est à l'École des lettres de Beyrouth que Samir Frangié deviendra « celui que ses amis appellent affectueusement le bey rouge – titre que vous dispute encore parfois votre ami Walid Joumblatt », poursuit l'ambassadeur. « Porté par le mouvement étudiant de l'époque », il deviendra un « homme de gauche qui s'engage à corps perdu dans l'action politique ». Une action qu'il entame notamment « avec Mohsen Ibrahim, Fawaz Traboulsi, Ahmad Beydoun et Amin Maalouf » au sein de l'Organisation de l'Action communiste au Liban, laquelle « devient le creuset d'une véritable génération intellectuelle ». « (Son) ambition est alors rien moins que de changer la donne dans le monde arabe après la défaite de 1967 », a relevé l'ambassadeur. Une ambition qui sera toutefois supplantée par la violence qui pointait déjà au Liban.
Bien qu'engagé au sein du Mouvement national après l'éclatement de la guerre en 1975, il « ne peut approuver la violence aveugle des combattants ni le cycle infernal des représailles ». L'assassinat de Kamal Joumblatt en 1977, puis celui de Tony Frangié et de sa famille en 1978 marqueront son second apprentissage douloureux de la violence.


« Influencé alors par la réflexion de René Girard sur les mécanismes de la violence », Samir Frangié est désormais hanté par la recherche du dialogue. Débute alors sa vaste entreprise de fédérer les Libanais. Au pic de la guerre, il « rappelle à tous qu'ils ont le Liban en commun et œuvre pour que les belligérants finissent par s'entendre sur l'essentiel », a souligné l'ambassadeur.
Sa conviction s'ancrait alors immuablement, selon laquelle « le peuple uni ne peut pas être vaincu ».
C'est elle qui le guidera dans « ses missions difficiles dans les moments les plus critiques de la guerre, en 1978, en 1982, puis lors de la guerre de la Montagne », et ensuite lorsqu'il « posera tôt les bases des accords de Taëf avec Ghassan Salamé, Nassib Lahoud, Talal Husseini et Rafic Hariri ».

 

(Samir Frangié à « L'OLJ » : Il est temps de jeter les bases d'un autre Liban, un Liban de paix)

 

« La conscience de l'intifada »
C'est aussi un même rejet de la violence qui le conduit à refuser le troc imposé par le régime syrien d'obtenir la paix en contrepartie du renoncement à la réconciliation. « Le Liban gagne la paix mais se voit aussi imposer une lourde tutelle. Pour certains, c'est le prix qu'il faut payer, celui de la paix. Mais pour vous c'est inacceptable, c'est insupportable. Les Libanais doivent décider pour eux-mêmes. Ils doivent se réconcilier. Or le régime syrien les divise encore pour mieux justifier sa mainmise sur le pays qu'il occupe brutalement et pille sans retenue », poursuit Emmanuel Bonne, en évoquant plus d'une fois la méthode soutenue du régime syrien de réprimer systématiquement toute velléité de tisser des liens entre Libanais (dont l'ambassadeur Louis Delamare paiera le prix de sa vie, comme le rappelera Samir Frangié dans son allocution).


Le bey rouge décide alors de « se consacrer entièrement à une réconciliation nationale, qui est aussi une lutte de libération », a poursuivi M. Bonne. Une lutte qui sera marquée par « le soutien du patriarche Sfeir (...), l'époque du Congrès permanent de dialogue qu'il anime avec Hani Fahs, Mohammad Hussein Chamseddine et Farès Souhaid ». La libération de 2000, « grand moment d'union nationale », enclenchera une dynamique souverainiste, « basée sur la pleine application des accords de Taëf, qui ne cessera de grandir ». Le diplomate a ensuite évoqué les épisodes-clés ayant préludé à la révolution du Cèdre et auxquels Samir Frangié a contribué de très près : l'appel de Bkerké en 2000 ; la coalition chrétienne de Kornet Chehwane; le Forum démocratique ; la réconciliation de la Montagne ; l'appel de Beyrouth en 2004, avec Saoud el-Mawla, Farès Souhaid et Mohammad Hussein Chamseddine, portant notamment une reconnaissance commune par les chrétiens et les musulmans de leur responsabilité dans la guerre et leur engagement à renier définitivement la violence, « parce que nous pensons que nous pouvons vivre ensemble égaux et différents ». Reprenant un passage de cet appel, M. Bonne l'a qualifié de « puissant et juste. Et comme il résonne encore aujourd'hui ! ». « La vague, le défi et l'ambition » de Samir Frangié feront de lui, après l'instant fondateur du 14 février 2005, et le soulèvement historique qui s'est ensuivi, « la conscience de l'intifada de l'indépendance »...

 

La bataille pour la paix
Se dressant en digne commandeur pour lire son allocution, les yeux émus, le sourire délicat, partagé par son épouse, Anne (deux fois applaudie à tout rompre par l'assistance), « la femme d'idées et la militante qui veille sur lui », selon les termes de M. Bonne, Samir Frangié a semblé raviver, sans le vouloir, toute la raison d'être de l'intifada, et la ramener à l'instant présent. « Cette haute distinction (pour laquelle il a remercié le président français François Hollande) me renforce dans ma détermination à poursuivre la bataille que je mène pour la paix », a-t-il déclaré, évoquant le souvenir de ses compagnons de route disparus.
« Je pense à ceux qui ont été assassinés, de Rafic Hariri et Samir Kassir à Mohammad Chatah. Je pense aussi à ceux qui nous ont quittés, à l'imam Mohammad Mehdi Chamseddine, l'imam Hani Fahs, Nassir el-Assaad, Nassib Lahoud, Assem Salam, Hikmat Eid, et beaucoup d'autres. » Le grave silence qu'imposent ses mots est rompu par un trait d'humour lorsqu'il évoque son père Hamid, « l'un des artisans de l'indépendance, la première (il insiste) »... qui lui aura légué « ce refus viscéral de toute discrimination confessionnelle (...) fondée sur la peur de l'autre ».

 

(Voir le verbatim du discours de Samir Frangié)


Jadis « choix politique », ce rejet de cette discrimination « est aujourd'hui la condition de notre survie ». La réconciliation demeure un enjeu fondamental : « Je ne parle pas de compromis à trouver entre les forces politiques pour un nouveau partage du pouvoir entre elles, mais d'une véritable réconciliation qui nous permettrait (...) de fonder notre vivre-ensemble aux conditions de l'État et non plus aux conditions d'une communauté dominante » (...).
« Il nous faut pour cela sortir de cet état d'impuissance qui nous paralyse et comprendre que ceux qui rejettent la violence sont aujourd'hui très largement majoritaires et peuvent jouer un rôle déterminant s'ils œuvrent à tisser des liens entre eux pour mener ensemble la bataille de la paix. Cette réconciliation qui ne doit exclure personne, même ceux qui sont encore dans l'attente de nouvelles "victoires divines", est aujourd'hui plus que jamais nécessaire. »


Et sa bataille pour la paix revêt désormais une dimension transfrontalière, à travers son projet d'une Méditerranée du vivre-ensemble, parrainé par la France, « qui a un rôle capital à jouer dans cette bataille » et à laquelle il a rendu hommage « pour sa condamnation de cet effroyable massacre qui se poursuit en Syrie depuis plus de cinq ans » et « ses efforts pour amener la communauté internationale à assumer ses responsabilités ».
Samir Frangié commandeur, c'est surtout, par-delà la consécration et la reconnaissance, le serment renouvelé de poursuivre le combat, avec acharnement, pour venir à bout de la violence.

 

Lire aussi

L'exemple de l'homme libéré, l'hommage de Hassan RIFAÏ

Au survivant de nos espoirs, l'hommage de Marwan HAMADE

Égalité et liberté, l'hommage de Farès SOUHAID

Semence d'une rencontre, l'hommage de Mgr Youssef BéCHARA, évêque émérite d'Antélias

La gageure Samir Frangié, l'hommage de Farès SASSINE

Samir, ou la résilience du lien, l'hommage de Saad HARIRI

L'aube doit être proche, l'hommage d'Amin MAALOUF

L'autre Liban..., l'hommage de Mohammad Hussein CHAMSEDDINE

Un cerveau novateur, pionnier de l'autocritique..., l'hommage de Saoud EL-MAWLA

 


La Résidence des Pins offrait hier soir un aspect serein, l'impression d'un instant atemporel sur lequel une certaine vérité a choisi de se fixer. La cérémonie de remise des insignes de la Légion d'honneur avec rang de commandeur à Samir Frangié a paru attirer d'un coup tout ce qui a pu être fait, pensé et senti pour une démocratie libanaise plurielle, libérée de sa violence. Et les...

commentaires (3)

IL A L,ETOFFE D,UN VRAI PRESIDENT...

SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

13 h 09, le 11 octobre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • IL A L,ETOFFE D,UN VRAI PRESIDENT...

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    13 h 09, le 11 octobre 2016

  • Mille mabrouk pour cet homme de paix!!!!

    Daniel Renaud / DPR CONSULTANT SAL 3477

    10 h 48, le 11 octobre 2016

  • Sans que ça n'enlève grand chose à ce mérite, je suis déçu que ce n'est que l'ambassadeur de France qui lui délivre cette distinction . Le roi des bensaouds wahabite l'a reçu des mains de hollandouille, même si ce fut fait en catimini . Toutes mes félicitations quand même Samir Frangieh.

    FRIK-A-FRAK

    10 h 43, le 11 octobre 2016

Retour en haut