Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Geagea reçoit Hariri : "La présidentielle est entrée dans une nouvelle phase"

Le chef des Forces libanaises se dit optimiste quant à l'élection d'un nouveau chef de l’État.

Le chef du Courant du Futur, Saad Hariri (à droite), reçu par le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, à Maarab, le 30 septembre 2016. Photo Ani

Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, a abordé vendredi à Maarab le dossier de la présidentielle avec le chef du Courant du Futur, Saad Hariri, se disant "optimiste" quant à l'élection d'un nouveau chef de l’État, alors que le poste est vacant depuis le 25 mai 2014.

La rencontre s'est tenue à huis-clos, en présence de l'ancien ministre Ghattas Khoury, du conseiller de M. Hariri, Hani Hammoud, et du directeur de son bureau, Nader Hariri. Côté FL, le responsable de la communication au sein du parti, Melhem Riachi, a assisté à la réunion.

"L'entretien a porté en profondeur sur le dossier de la présidentielle et a été productif. Nous attendons le reste de la tournée de M. Hariri afin que celui-ci annonce sa position définitive", a annoncé Samir Geagea aux journalistes, à l'issue de cet entretien.

"Durant les cinq derniers mois, il y avait des divergences de points de vue avec M. Hariri, mais ces divergences sont moins nombreuses aujourd'hui", a-t-il ajouté. "L'élection présidentielle est entrée dans une nouvelle phase et je suis optimiste. Quant aux résultats, ils apparaîtront avant la prochaine séance électorale prévue le 31 octobre. La raison du renvoi de cette séance à cette date-là est de donner du temps aux tractations".

Mercredi, la 45e réunion parlementaire pour l'élection d'un président de la République s'est soldée par un nouveau défaut du quorum des deux tiers (86 députés sur 128) requis pour sa tenue. Elle a été reportée au 31 octobre prochain.

Saad Hariri soutient la candidature du chef des Marada, Sleiman Frangié, alors que Samir Geagea appuie celle de son ancien rival, Michel Aoun. MM. Aoun et Frangié sont tous deux issus de la coalition du 8 Mars, qui gravite autour du Hezbollah.

 

(Lire aussi : Le train n'est pas encore sorti de la gare)

 

"Le Hezbollah ne veut pas de président"

Samir Geagea a ensuite affirmé que le chef du Courant du Futur "ne se limite plus à une seule option, mais est désormais ouvert à plusieurs possibilités".

Le chef des FL a en outre déclaré que sa formation n'envisage pas de soutenir un candidat centriste. "Nous soutenons Michel Aoun et nous allons continuer à le faire". Il a aussi affirmé que le Hezbollah, allié de Michel Aoun, ne soutient pas celui-ci à la présidentielle, malgré les déclarations des dirigeants chiites qui affirment le contraire. "Le Hezbollah ne veut pas de président, il ne veut pas non plus de Michel Aoun en tant que président, mais j'espère me tromper", a dit le chef des FL.

Samir Geagea a ensuite fait savoir qu'il rejette le principe d'un "package-deal" sur la présidentielle, en allusion à une proposition faite par le président de la Chambre, Nabih Berry.

Depuis son retour au Liban samedi soir, Saad Hariri effectue une tournée auprès des responsables politiques. Il s'est notamment rendu à Bnechii pour un entretien avec Sleiman Frangié. Il a également été reçu par le leader druze Walid Joumblatt et le chef des Kataëb, Samy Gemayel, ainsi que par le président de la Chambre, Nabih Berry.

Vers 19h, Saad Hariri est arrivé à Rabieh, afin de s'entretenir avec Michel Aoun. Ni le chef du Courant du Futur ni le fondateur du CPL n'ont fait de déclarations à l'issue de leur entretien.

 

Lire aussi

Riyad ne voudrait pas de Aoun à la présidence, l'éclairage de Philippe Abi-Akl

La dynamique Hariri sort la course présidentielle de sa léthargie

Parties fines, le billet de Gaby Nasr

 

Pour mémoire

Le CPL suspend son escalade « pour donner une chance à Hariri »

Hariri maintient son soutien à Frangié... mais l’option Aoun existe désormais

Hariri veut jouer sa dernière carte avant le divorce final


Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, a abordé vendredi à Maarab le dossier de la présidentielle avec le chef du Courant du Futur, Saad Hariri, se disant "optimiste" quant à l'élection d'un nouveau chef de l’État, alors que le poste est vacant depuis le 25 mai 2014.
La rencontre s'est tenue à huis-clos, en présence de l'ancien ministre Ghattas Khoury, du conseiller de M....

commentaires (4)

TOUS CEUX... DE TOUS BORDS... QUI PARLENT DE DEMOCRATIE MAIS PROPOSENT OU ACCEPTENT LE -BAZAR-, ET ON AMENE LE PEUPLE LIBANAIS A L,ACCEPTER AUSSI, NE SONT QUE DES PIONS SUIVISTES CAR ACHETES ET VENDUS...

SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

11 h 57, le 02 octobre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • TOUS CEUX... DE TOUS BORDS... QUI PARLENT DE DEMOCRATIE MAIS PROPOSENT OU ACCEPTENT LE -BAZAR-, ET ON AMENE LE PEUPLE LIBANAIS A L,ACCEPTER AUSSI, NE SONT QUE DES PIONS SUIVISTES CAR ACHETES ET VENDUS...

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    11 h 57, le 02 octobre 2016

  • Pourquoi le marquis déchu de saad a-t-il laissé geagix pour le fin de sa tournée des chefs politiques? Est-ce parce que comme dans un bon repas on laisse le meilleur pour la fin? Ou est-ce parce que rendre visite au butin de guerre de l'alliance CPL/HEZB RÉSISTANT prouve qu'il avait peur d'entendre cette nouvelle recrue lui conseiller de ne pas trop se la jouer au malin ? On attend que le marquis de saad se prononce clairement sur le choix du Phare Aoun pour commencer à accuser les gens de menteurs et autres idioties .

    FRIK-A-FRAK

    11 h 23, le 01 octobre 2016

  • TRACTATIONS ! LES TRACTEURS DE LA MALEDICTION QUI PESE ET DESINTEGRE CE PAUVRE PAYS... LES FOSSOYEURS INNES ET ETERNELS... LES MEMES FIGURES DE MALHEUR... SONT A L,OEUVRE POUR APPROFONDIR... PEUT-ETRE... PLUS ENCORE... A LA PELLE DES BOITES VIDES DE MATIERE... LA FOSSE OU ILS LE POUSSENT... SUIS-JE UN OISEAU DE MAUVAIS AUGURE ? JE SOUHAITE QUE NON ET JE PREFERE ETRE DETROMPE... MAIS LES MEMES FIGURES DE MALHEUR SONT ENCORE SUR LA SCENE ET SE VEULENT NOMMER DES SAUVEURS !!!!!!!!!!!!!!!!

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    20 h 21, le 30 septembre 2016

  • Pourquoi le terme "election" ne pourrait-il pas etre remplace par "nomination", bien plus realiste ?

    Remy Martin

    19 h 38, le 30 septembre 2016

Retour en haut