X

La Dernière

Les délicieux monstres de Georgio Copter

Hot(on)line

Il s'est fait connaître sur Snapchat sous la signature de Georgio Copter. Ce jeune Libanais, de son vrai nom Georgio Bassil, vient de remporter à Londres le Ghosties Award, un peu l'équivalent des oscars, dans la catégorie « Snapchat Artist of the Year ».

Carla Henoud | OLJ
29/09/2016

Il a 21 ans et fait partie de la génération impatiente mais toujours inspirée des snapchatters. Aficionados de ce nouveau «langage» – plus de 400 millions de photos sont postées chaque jour – qui a réussi à détrôner Instagram et même Facebook. Pour les nuls, réfractaires aux réseaux sociaux à travers lesquels tout le monde est friends avec tout le monde, Snapchat est une application qui permet d'envoyer des photos et des vidéos, mais avec la particularité de s'autodétruire quelques heures après consultation. Messagerie éphémère – le post reste 24 heures – qui encourage une grande créativité, elle permet de s'exprimer en photos et dessins durant 10 secondes, avec moult effets spéciaux et peu de moyens techniques de les réaliser.

Voilà pour le mode d'emploi. Georgio Copter, de son vrai nom Georgio Bassil, le possède parfaitement. «Copter, c'est suite à une blague avec les copains...», précise-t-il. Ce jeune «espoir» de la discipline fait donc partie du cercle encore fermé des Snapchat Artist Influencer. Il s'amuse à raconter des histoires, des stories, à travers des vidéos où il se met en scène et dans lesquelles se glissent des personnages, des monstres sortis tout droit de son imagination très colorée. De plus en plus exposé à travers les réseaux sociaux, sa signature s'est fait connaître. Depuis que de nombreux labels internationaux ont eu recours à lui, il rêve de Disney, « un jour, peut-être ». Georgio a été interviewé dans de nombreux magazines parmi lesquels New York Magazine, qui l'a placé dans le top 10 de ses talents préférés, Tech Insider, Business Insider et le site BuzzFeed.

Étudiant en master d'architecture d'intérieur, parmi les meilleurs de sa promotion, il ne peut s'empêcher de souligner: « J'étais un très mauvais élève, je détestais l'école, les cours de physique.» Le mauvais élève observait puis dessinait au lieu d'apprendre les chiffres. Depuis deux ans, il se plie à cet exercice quotidien qui ne propose pas de véritables outils créatifs, mais qui lui offre tous les bonheurs du monde. Il commence par croquer des personnages applaudis par ses amis, avant de créer, avec des artistes internationaux aussi férus que lui de ce nouvel art, la Snapchat Community. Étrange échange de croquis animés qui se fait comme dans un langage crypté, mais lu et compris par une audience de plus en plus large, qui grandit au fil des heures, jusqu'à atteindre, pour Georgio, les 7700 views en 5 heures. «Les gens se rappellent de mes dessins et ça me fait plaisir», confie-t-il en fixant puis en brandissant son portable où les likes, preuve de succès, ne font qu'augmenter au gré de la conversation. Preuve du succès aussi, il a été choisi pour participer à l'événement Snaphappen, en tant qu'intervenant, et au concours The Ghosties, le premier du genre, qui l'a sélectionné dans la catégorie Snapchat Artist of the Year. Ils ont eu lieu la semaine dernière et, cerise sur le gâteau, il a remporté le titre !

 

From London with love
Tout au long de ces quelques jours vécus à Londres dans l'ivresse de se retrouver parmi les meilleurs artistes de la catégorie, des conteurs d'histoire, comme lui, des reporters de presse et des marques célèbres à la recherche de talents, Georgio Copter Bassil a bien évidemment partagé cette belle parenthèse à la fois professionnelle et personnelle à travers Snapchat. De retour hier, il a résumé ses émotions ainsi : «J'ai commencé à dessiner par passion. Quand les gens se sont mis à me suivre et à apprécier mon travail, j'ai ressenti la nécessité de faire plus. D'imaginer des histoires courtes. Et lorsque certains labels m'ont sollicité, j'ai pensé, même avec certains doutes, que cette belle aventure pouvait devenir quelque chose de bien plus sérieux. Une carrière peut-être. J'ai eu toutes les réponses à mes interrogations lorsque j'ai remporté le Ghosties Award du Best Snapchat Artist of the Year, qui peut m'ouvrir bien des portes. Toute l'expérience à Londres était magnifique et m'inspire pour la suite.

Donner une conférence entouré de célébrités dans le domaine, des artistes, des professionnels, des représentants de marques importantes, en étant le seul invité de la région, m'a appris beaucoup de choses. Cette semaine était un rêve. J'ai pu aussi rencontrer des personnes que je suivais sur Snapchat depuis deux ans. Tous m'ont confié que je leur ai changé leur perception du Liban – certains pensaient encore que nous vivons dans un désert!»
Fort de cette victoire, l'artiste espère finir son master en architecture d'intérieur un peu par acquis de conscience, ou pour boucler une boucle, mais espère surtout s'embarquer pour les États-Unis, faire un master en multimedia animation, et embarquer ses monstres dans de nouvelles (et plus grandes) aventures.

 

Snapchat: https://www.snapchat.com/add/georgio.copter
Facebook: https://www.facebook.com/georgio.copter/
Instgram: https://www.instagram.com/georgio.copter/?hl=en
Twitter: https://twitter.com/GeorgioBassil

 

 

Dans la même rubrique

Paris Paris

Réagissez !

Mireille, cette femme sauvage...

Lil Miquela, vrai ou faux ?

À Londres, tous les chats ne sont pas gris

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué