X

La Dernière

Paris Paris

Hot(on)line
C.H. | OLJ
27/09/2016

C'est une belle déclaration d'amour à sa ville en même temps qu'une véritable promotion à laquelle s'est livrée la mairie de Paris en diffusant sur les réseaux sociaux une vidéo signée Jalil Lespert, baptisée bien évidemment Paris je t'aime, à ne pas confondre avec le film qui porte le même titre. Après les tristes attentats dont Paris a souffert en 2015 et qui ont engendré un recul sensible du nombre de touristes cette année, Anne Hidalgo a voulu arrêter l'hémorragie et rappeler au monde ce qu'est sa ville : une Ville Lumière...
« Paris est une fête, et vous y êtes tous invités », promet-elle. Ce film « envoie le message d'une ville qui n'a pas peur, une ville qui affronte un défi planétaire », souligne Mme Hidalgo.

Réalisé par Jalil Lespert, à qui l'on doit notamment le premier des deux films consacrés à Yves Saint Laurent (2014), le clip a coûté 300 000 euros et a été financé à deux tiers par des partenaires privés. Les aficionados de la capitale française y retrouveront des clichés qui feront leur bonheur : la gastronomie (avec Alain Ducasse), la mode (avec Karl Lagerfeld), la culture et la jeunesse (avec David Guetta), l'architecture de la ville, son élégance, ses amoureux, ses ponts, ses toits, sa beauté et sa grandeur.

La bande-son de la vidéo, une chanson intitulée Just Need Your Love, est signée Hyphen Hyphen, un groupe musical originaire de Nice, qui a également été touché par le terrorisme le 14 juillet dernier.
Mais le film, diffusé sur les réseaux sociaux depuis vendredi 23 septembre et à partir de novembre sur tous les vols long-courriers d'Air France, dans les hôtels Accor et relayé par les grandes marques du luxe français, n'a pas fait l'unanimité.

 

 

Pour Le Figaro, le réalisateur « se livre hélas à une débauche d'artifices qui donne à son clip des allures de pub pour Airbnb, saupoudrée de paillettes. Des petits rats en tutu qui trottinent sur les toits de l'Opéra Garnier jusqu'aux amoureux qui s'enlacent sur la tour Eiffel, tout sonne faux, voire clinquant ».
Mais pour les autres, habitués à (re)visiter Paris, locataires provisoires fuyant leurs petites guerres, nostalgiques de la baguette, amoureux de la rue de Sèvres, des musées de la capitale, toutes ces images sont belles et de belles invitations à retrouver un souvenir, une émotion, une saveur, un parfum. Ou en découvrir de nouvelles.

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué