Le billet de Gaby NASR

Verbiage en berne

Billet
Gaby NASR | OLJ
16/09/2016

Heureusement que ce pays est dépecé en communautés, confessions, tribus, clans, sectes et familles pour nous permettre de bénéficier, tout au long de l'année, d'une tripotée de jours chômés dont le nombre lutte contre les journées de production... et gagne !

Non mais, quel calme, quelle tranquillité : la logorrhée réduite au minimum, plus d'index relevé devant les caméras comme pour un toucher rectal, moins de pelotages spectaculaires en guise de réconciliations bidon.

Pour l'heure, les seules éructations proviennent du Basileus du CPL, qui a sorti son glaive contre le gouvernement accusé de lèse-chrétiens et, depuis, menace tous les jours de « renverser la table ». Décidément, c'est une manie ! Il doit tenir ça de beau-papa, qui du temps de sa gloire avait une dent durable contre ce mobilier vénérable. À l'entendre, on croirait que sans lui maronites, melkites et byzantins risquent la déportation immédiate.

Cette guignolade de la conformité au pacte national – comme avant elle celle de l'implantation – viendra ainsi rejoindre la truellée des sujets passe-partout qui font les délices des débris officiels, toujours en mal de salivation devant les micros qui traînent.

Pour l'heure, le sujet de prédilection reste la présidentielle. Faut-il une majorité simplette ou deux tiers d'ahuris pour choisir celui qui posera son auguste fessier sur les hauteurs de Baabda ? Le candidat retenu sera-t-il quatorze-martien, crypto-barbu ou incolore ? Les intermittents du neurone sont à genoux, tremblants d'émotion. Mais, dit-on, il se noie plus de gens dans les verres que dans les rivières, vu que ce sont les Saoudiens et les Iraniens qui trempent leur biscuit à la place des Libanais. Une démocratie parlementaire asticotée par une monarchie de droit divin et une République théocratique... Le monde à l'envers ? Non, le monde arabe !

Clemenceau disait qu'il existe deux organes inutiles : la prostate et la présidence de la République. La vérité est qu'au train où vont les choses, il n'y aura sans doute jamais plus de président au Liban. Mais chut, Michel Aoun et Sleiman Frangié ne le savent pas encore...

gabynasr@lorientlejour.com

À la une

Retour à la page "Billet"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

M.V.

Clémenceau disait....qu'il existe deux organes inutiles ..., la prostate...et la Présidence de la République ....Mitterrand et Normal 1er sont des exemples illustres ....

Gebran Eid

JE NE COMPREND PAS ! VOUS DITES QUE LE LIBAN N'A PAS UN PRÉSIDENT ? VOUS VOUS TREMPEZ CHER MONSIEUR. LE LIBAN A DEPUIS DEUX ANS DÉJÀ UN PRÉSIDENT FORT ET AVEC TOUS LES POUVOIR EN PLUS C'EST LE FAMEUX BERRY ENFIN.

Ma Fi Metlo

On se demande comment la chose la plus inutile est la chose la plus difficile à avoir ?

C'est qu'elle doit être bonne dans le fond.

Le Faucon Pèlerin

"... ... il n'y aura sans doute jamais plus de président au Liban." Beaucoup le savent, à leur tête Michel Aoun. A force de hurler : "Aoun ou personne." Ce sera personne.

M.V.

Au super marché de la médiocrité...Le président... fait le beurre ...et le camenbert ...(pour masquer l'odeur des poubelles)...

Achkar-Malezet Marie-Therese

J'adore ! un vrai bonheur de vous lire Mr Nasr !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Des législatives internes et des enjeux externes

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Douze à l’heure

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.