X

À La Une

Balayé par le Brexit, David Cameron quitte l'arène politique

Grande-Bretagne

"Il restera l'homme qui a provoqué par accident le départ du Royaume-Uni de l'Union européenne. Cela jettera une ombre sur tout ce qu'il a pu accomplir en tant que Premier ministre".

OLJ/AFP
13/09/2016

Déjà balayé de son poste de Premier ministre par le référendum qui a décidé du Brexit, le conservateur britannique David Cameron a annoncé lundi qu'il abandonnait également son siège de député.

"A mes yeux, dans le monde politique d'aujourd'hui et vu les circonstances de ma démission, il n'est pas vraiment possible d'être un député efficace lorsqu'on a été Premier ministre", a déclaré M. Cameron, 49 ans, dans un communiqué. "Je vais désormais construire ma vie en dehors de Westminster", le microcosme politique britannique. "Je n'ai que 49 ans et j'espère que je pourrai continuer à contribuer à l'intérêt général et à servir mon pays", a-t-il ajouté dans un entretien avec la chaine de télévision ITV.

Confortablement réélu l'année dernière, David Cameron avait démissionné de la tête du gouvernement le 24 juin au lendemain du choc de la victoire des partisans d'une sortie de l'Union européenne à un référendum historique. Il avait organisé ce référendum pour mettre fin aux querelles sur l'Europe au sein de son parti conservateur, mais l'exercice a viré au fiasco.

Malgré les critiques et l'affront personnel que cela avait constitué pour lui, qui avait appelé à voter en faveur d'un maintien dans l'UE, il s'était ensuite dit "très enthousiaste" à l'idée de rester député dans l'Oxfordshire.
Il avait même fait part de son intention de briguer un nouveau mandat en 2020.

 

(Lire aussi : Petite Bretagne)

 

"Soutien à May"
Moins de trois mois plus tard, il est "arrivé à la conclusion que la bonne décision était d'abandonner mon mandat de député de Witney", la circonscription du centre de l'Angleterre dont il était l'élu depuis 2001. "Je ne veux pas détourner l'attention des actions que le gouvernement doit entreprendre pour notre pays", a dit celui qui fut le chef du gouvernement de 2010 à 2016.

Dans une allusion au Brexit, il a déclaré : "le pays a fait un choix qui n'était pas celui que j'ai conseillé. Mais le choix a été fait et je souhaite que le gouvernement l'applique avec succès." David Cameron a offert son "plein soutien à Theresa May", qui lui a succédé en juillet au 10, Downing Street. Il a assuré que sa démission n'avait "rien à voir" avec la réforme des lycées publics engagée par Mme May et à laquelle il était opposé.

"Je pense qu'elle a commencé son mandat sur les chapeaux de roue. Elle peut devenir un Premier ministre fort pour notre pays", a-t-il estimé. "J'ai été fière de servir dans le gouvernement de David Cameron, sous sa direction nous avons accompli de grandes choses", a répondu Theresa May, ancienne ministre de l'Intérieur, dans un communiqué.

 

(Pour mémoire : Petite Angleterre et pas si grande-Bretagne)

 

"Un héritage toxique"
Interrogé sur l'héritage qu'il pensait laisser, David Cameron s'est dit "persuadé" qu'on se rappellerait de lui comme de quelqu'un qui a "tenu sa promesse d'organiser ce référendum, alors que beaucoup pensaient que cela ne serait pas le cas". Il espère également qu'on retiendra son bilan économique pendant ses onze années à la tête du parti conservateur et les six au poste de Premier ministre. Mais, a-t-il ajouté, il reviendra en définitive "aux historiens d'en juger".

L'opposition travailliste et les syndicats ont tranché dès lundi. David Cameron "a risqué l'avenir de tout un pays simplement pour calmer les débats à l'intérieur son parti", a commenté la députée du Labour Angela Eagle. "Et maintenant, il déserte, laissant à d'autres le soin de réparer les dégâts", a-t-elle ajouté.

Dave Prentis, secrétaire général du syndicat Unison, a, quant à lui, évoqué "un héritage toxique". "On se rappellera de lui comme d'un Premier ministre qui a décidé de coupes massives dans les services publics et qui a mené notre pays hors de l'Europe", a-t-il assuré.

"Je suis un ami de David et donc je le regrette mais, pour l'Histoire, il restera l'homme qui a provoqué par accident le départ du Royaume-Uni de l'Union européenne. Cela jettera une ombre sur tout ce qu'il a pu accomplir en tant que Premier ministre", a estimé pour sa part l'ancien ministre conservateur Ken Clarke.

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL FUT L,INITIATEUR DU BREXIT MALGRE LES APPARENCES !

ON DIT QUOI ?

Un homme néfaste qui quitte avant l'Homme qu'il désirait voir partir avant lui .

Un de plus , one more ...

Bustros Mitri

Bon depart cher M Cameron! L'erreur que vous avez fait en proposant un referendum à la GB, d' autres n'oseraient pas la faire ailleurs, aujourd'hui ! En revanche , ils se pressaient à coup de referendums répétés, pour arracher le oui de l'adhésion, quand il n'était pas acquis, ici ou là. Au moins vous resterez dans l'histoire, un peu, comme celui qui aura osé. Margaret Thatcher serait fière de vous aujourd'hui !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les dessous de la parenthèse Mohammad Safadi

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

UKAid veut augmenter ses aides aux PME libanaises

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants