X

Moyen Orient et Monde

Syrie : la guerre des mots

Analyse

L'utilisation du terme « rebelle » pour qualifier les groupes armés opposés aux forces du régime syrien à Alep déclenche une avalanche de critiques de la part d'une partie des lecteurs.

11/08/2016

Plus le conflit syrien se prolonge, plus il est difficile de qualifier la nature de ses acteurs avec justesse et partialité. La bataille d'Alep, qui oppose une coalition de forces loyalistes à plusieurs coalitions de forces rebelles, en est le dernier exemple en date. L'utilisation du terme « rebelle » par certaines agences de presse (dont l'AFP et Reuters) et par certains journaux (dont L'Orient-Le Jour) pour qualifier les groupes armés opposés aux forces du régime syrien à Alep déclenche, encore plus qu'à l'accoutumée, une avalanche de critiques de la part d'une partie des lecteurs.
Devenu l'épicentre géopolitique du Moyen-Orient, le conflit syrien est une source de tension permanente : toute information le concernant peut provoquer des joutes verbales et des accusations de « mensonge », de « propagande » ou de « traîtrise ». Le choix de chaque mot est alors perçu comme une prise de positon, comme un enjeu en tant que tel, puisqu'il est déterminant dans la perception de la réalité du conflit.
Au-delà des postures partisanes, force est pourtant de constater qu'aucun mot ne peut décrire avec exactitude la nature protéiforme des acteurs combattant sur le terrain dans les deux camps. Le terme « rebelle », tant décrié, a l'avantage de recouper tous les groupes, quelles que soient leurs idéologies et leurs méthodes, dont la priorité est la chute de Bachar el-Assad. C'est pourquoi les forces kurdes et l'État islamique (EI) ne sont pas qualifiés ainsi. L'utilisation de ce mot, pourtant assez neutre (« qui est fortement opposé, hostile à quelque chose, qui refuse de s'y soumettre », selon la définition du Larousse) est parfois comprise, dans le contexte du conflit syrien, comme une volonté de cacher la réelle nature des groupes que le terme englobe.

 

(Tribune : Pour un cessez-le-feu immédiat à Alep)

 

Trois types de groupe
Dans le cas de la bataille d'Alep, ce que l'on nomme « les forces rebelles » correspond à une coalition de trois types de groupe, qui n'ont pas grand-chose en commun à part le fait qu'ils combattent ensemble les forces loyalistes. Il y a, d'abord, les groupes affiliés à l'Armée syrienne libre (ASL), qui se trouvent essentiellement à l'intérieur de la cité multimillénaire et qui sont de plus en plus minoritaires à mesure que le conflit se prolonge et que les acteurs, dans les deux camps, se radicalisent. Il y a, ensuite, les groupes islamistes de tendance salafiste ou frériste, constituant le gros de troupes, qui s'inscrivent dans une logique nationale et qui sont soutenus par l'Arabie saoudite, la Turquie et le Qatar. Il y a, enfin, les groupes jihadistes, dont le Fateh el-Cham (ex-Front al-Nosra, branche d'el-Qaëda en Syrie) dont le ralliement aux autres groupes a été décisif dans l'offensive visant à briser le siège imposé par le régime depuis le 17 juillet 2016.
Les objectifs respectifs du premier et du troisième groupe sont assez clairs. Le premier participe pleinement aux négociations politiques et veut avoir un avenir dans une Syrie démocratique et pluriconfessionnelle. Le troisième, malgré sa rupture avec el-Qaëda, a pour objectif de fonder un émirat islamique en Syrie et a rejeté, pour l'instant, toute logique de négociations politiques. Il est considéré comme un groupe terroriste à la fois par les Russes et par les Occidentaux.
Le deuxième groupe suscite, pour sa part, davantage de débats politiques quant à sa qualification et à ses objectifs. Respecterait-il le jeu démocratique et le vivre-ensemble dans une Syrie post-Assad ? C'est bien là toute la question. Les Russes considèrent toutes les factions islamistes qui le composent, à l'instar d'Ahrar el-Cham ou de Jaïsh al-islam, comme des groupes terroristes. Les Occidentaux ne les qualifient pas comme tels, pour ne pas les exclure des négociations politiques, mais sont très méfiants à leur égard et refusent de leur livrer des armes.

 

(Repère : Alep, une bataille de longue haleine)

 

Frontière poreuse
La guerre des mots se joue autant sur le théâtre diplomatique que dans la sphère médiatique. Le terme « terroriste » vise à décrédibiliser complètement l'adversaire et à exclure toute négociation politique avec lui. Mais ce terme n'est pas assez précis (le terrorisme étant davantage une méthode qu'une idéologie) et tous les acteurs sont qualifiés comme tels par leurs adversaires, y compris les Kurdes par les Turcs.
Le terme « jihadiste » est un néologisme, un peu fourre-tout, qui décrit des acteurs faisant le « jihad », ce qui, dans ce contexte, signifie combattre jusqu'à la mort pour imposer sa vision de l'islam. En Syrie, la frontière entre les groupes islamistes et les groupes jihadistes est parfois très poreuse. Qualifier les « rebelles » de « jihadistes » ne permet pas néanmoins de désigner l'ensemble des forces opposées à Bachar el-Assad et la particularité de chacune d'entre elles. Les qualifier de groupes « islamistes » et « jihadistes » est d'autant plus problématique qu'une grande partie des forces loyalistes pourraient également être qualifiées de la sorte. Les milliers de chiites libanais, iraniens, irakiens, afghans, pakistanais engagés aux côtés du régime à Alep sont tout aussi islamistes et jihadistes que leurs adversaires. Dans les deux camps, les combats sont justifiés par des discours théologiques à caractère sectaire et les morts sont célébrés comme des martyrs de la cause divine. C'est au niveau des méthodes employées et des structures militaires auxquelles ils sont intégrés qu'il convient cependant de les différencier.
Le débat sur l'utilisation des mots n'a de sens que s'il est replacé dans un contexte général prenant en compte l'évolution de chacun des acteurs dans les deux camps. La radicalisation effective des groupes rebelles, qui a contribué à rendre caduque l'expression « opposition modérée » est, en ce sens, le miroir de la radicalisation des forces loyalistes. La « non-modération » de l'un ne doit pas cacher la « non-modération » de l'autre. Après cinq ans d'une guerre civile impitoyable, toutes les forces modérées pouvant accepter de dialoguer avec l'autre et de reconstruire un vivre-ensemble semblent avoir disparu sur le terrain, annihilant, à court terme, tout espoir de paix. Et rendant ainsi complètement absurdes, puisque dénués d'avenir, tous les enjeux de cette guerre des mots.

 

 

Lire aussi
Alep : pourquoi les Américains ont décidé de ne pas bouger

« Les jihadistes épargneront-ils les chrétiens à Alep ? Sûrement pas... »

« Voilà pourquoi je n'ai pas peur de Fateh al-Cham... »

« En proportion, il y a davantage de combattants étrangers du côté du régime »

Clinton pourrait-elle changer la donne en Syrie ?

Les développements à Alep, un tournant dans la guerre syrienne

 Le cri d'alarme des médecins d'Alep

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET DE TOUS LES EXTREMISTES/TERRORISTES DES DEUX FACES DE LA MEME MONNAIE ET DE LEURS MAITRES LES RAPACES OCCIDENTAUX ET RUSSES...

ACE-AN-NAS

Par exemple pour moi aucun palestinien qu'il soit du Hamas ou de abbass n'est et ne peut être terroriste.
C'est un resistant au même titre que le hezb résistant qui a botte le cul des envahisseurs same voleurs de terre que la Palestine sunnite et chrétienne.

En Syrie il ne peut pas en être de même la présence de tous opposants financés par l'alliance bensaoud turc us et usurpatrice ne sont que des terroristes.

Et tout ça des bactéries envoyées contre un pouvoir légitime du héros Bashar el Assad.

Sous pretexte de printemps idiots et télécommandés.

Bery tus

Le printemps arabe a bel et bien exister mais comme routes révolutions rien n'a pu se fsire en une journée !!

M.V.

au final..., juste pour ne pa rêvasser..., sur les échéances du "futuroscoop" .... les israéliens sont ravi...que l'épicentre de leurs menaces ...se sont déplacé à Alep et dans bon nombre d'endroits... où les rebelles djihadistes existent encore ...mais soutenu médiatiquement ...par journaleux de tous bords...qui avaient inventé la fabuleuse invention....du " printemps arabe "....!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA GUERRE OU LES GUERRES DE TOUS LES FANATIQUES... REGIONAUX ET INTERNATIONAUX !

Chammas frederico

Bonne analyse...mais désespérante!

Pierre Hadjigeorgiou

Il reste que les combattants "Rebelles", ou appelez les comme vous voulez suivant vos convictions, ont beaucoup moins d’étranger qui combattent a leur coté que le régime Syriens. Les étrangers sont surtout avec l'EI et ceux la ne sont pas a Alep. Le régime a tout fait pour pousser les rebelles a devenir de plus en plus extrémiste et n'importe quel peuple qui a subit les atrocités du régime se serai soulevé et agit de la sorte. Toutes ces factions en Syrie sont encore récupérables sauf ceux de l'EI. De toute manière il est important que les rebelles libèrent Alep car cela conduira au partage de la Syrie qui ne sera plus jamais un danger pour le Liban mais au contraire deviendra une ceinture de protection et mettra le Hezbollah dans un embarras qui l'obligeront a composer s'il ne veut pas se voir laminé par sa propre base.

George Khoury

je suppose que la grande majorité de ceux qui n'apprecient pas le terme rebelle sont des partisants du hezbolla.
j'ai une chose a leur dire, je n'accepte pas non plus le terme hezbolla que ce parti s'est attribué. Dieu a-t-il un parti???? je propose qu'on arrete d'utiliser le terme hezbolla, et qu'on utilise le terme "hezbkhomeini" ou "le groupe jihadiste Chiite iranyen" (GJCI), au choix. OLJ, on peut faire un vote?

M.V.

Il y a aussi un 4ème groupe, les troupe US, appelée forces spéciales...comment les qualifier..? sont elles légales ..?,puisque pas conviées par le Govt....? il y a aussi, dans ces groupes djihadistes ...bon nombre d'étrangers de tous pays de la Tchétchénie en passant par l'Afghanistan... l'Europe ...le Maghreb et le M.O en général...cela dévalue terriblement la notion , "de rebelles" ,même si s'est pratique du point de vue de la désinfo........

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : on tourne en rond !

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué