X

La Dernière

#Land4All, le cri du cœur de Tania Kassis

Liban pop

La soprano met sa voix au service d'un message humanitaire à travers une nouvelle chanson qu'elle interprétera bientôt au QG des Nations unies à Genève et sur la scène du Festival Beirut Holidays, le 19 juillet.

01/07/2016

Tania Kassis assume sans ambages être une artiste « engagée ». Sans que cela ne l'oblige, assure-t-elle, à se restreindre à un registre particulier, elle qui a chanté le dialogue interreligieux sur son Ave Maria islamo-chrétien, la patrie sur son tube Watani, mais aussi des chansons plus populaires traitant d'amour et de sujets divers.
« D'habitude, les artistes commencent à se faire connaître par des chansons commerciales, puis endossent des causes diverses une fois que leur notoriété le leur permet, explique Tania Kassis à L'Orient-Le Jour. Moi j'ai plutôt fait le chemin inverse, car j'ai tout simplement commencé par choisir des titres que j'avais envie de chanter par conviction, qui parlaient de choses que j'avais envie de dire, et cela ne me déplaît pas. Cet aspect humanitaire fait aujourd'hui partie intégrante de ma carrière. Je m'y identifie, et ma carrière évolue avec, sans que cela ne m'empêche de sortir des titres différents qui parlent de tout et de rien. »
Ce n'est pourtant pas de « rien » que parle sa toute dernière chanson, sortie il y a quelques jours. Intitulée Al-Ardou lel Jami' (La terre est pour tous), la chanson assortie du hashtag #Land4All se veut porteuse d'un message humanitaire universel à travers un texte signé Fadi Raï et une musique composée par Michel Fadel avec la participation de l'Orchestre philharmonique de Kiev et une centaine de choristes. Si le texte de la chanson semble évoquer le thème très actuel des déplacés et des réfugiés (« Cette terre est pour nous tous, vivons en harmonie et que l'amour nous pousse à être plus unis »), la soprano affirme que si la chanson touche à cette crise, elle ne s'y limite pas. Esquivant habilement les questions politiques, Tania Kassis rappelle qu'il est du devoir des responsables de gérer ce genre de crise, et qu'elle se veut juste porteuse d'un message de paix. « Le Liban a montré un exemple sans précédent d'hospitalité à cet égard, un exemple que de nombreux pays devraient suivre, dit-elle. Des gens souffrent aujourd'hui dans le monde et il est bon de se rappeler que la terre appartient à tous. Il n'est pas acceptable que des personnes s'accaparent ce cadeau au détriment d'autres personnes défavorisées en leur limitant l'accès. »

 

(Pour mémoire : Tania Kassis fait de son Liban un univers musical)

 

Une chanson diffusée par les Nations unies
Hier, lors d'une conférence de presse tenue au Grand Cinemas d'Achrafieh, Tania Kassis a lancé le clip de la chanson réalisé par Élie Berbari, en présence d'une foule de personnalités, de journalistes et d'amis de l'association One Lebanon, qu'elle a fondée. « Il s'agit aujourd'hui de promouvoir des valeurs humanitaires, de combattre la violence et la guerre », a-t-elle déclaré, annonçant que deux versions de la chanson adaptées par elle en français et en anglais verront bientôt le jour. « J'ai tenu à donner la priorité au texte original en arabe et j'ai été surprise de voir que c'est notre langue maternelle qui résonne le mieux aux oreilles de la chorale d'enfants qui m'accompagne. » Tania Kassis a également annoncé que Al-Ardou lel Jami' a été produite en collaboration avec le Centre d'information des Nations unies à Beyrouth, après avoir reçu l'aval du bureau de New York. « Elle sera diffusée partout à travers les Nations unies et j'espère qu'elle sera reconnue mondialement », a-t-elle ajouté, révélant que la chanson sera dévoilée pour la première fois sur scène au QG des Nations unies en Suisse le 9 juillet, clou d'un spectacle pour la paix réunissant des artistes de la Méditerranée.
Les fans libanais de Tania Kassis devront, quant à eux, attendre le 19 juillet pour renouer avec leur diva sur scène. En effet, elle se produira au Biel dans le cadre du Festival Beirut Holidays. Un concert jovial, estival et « frais » où elle sera accompagnée d'un imposant groupe de 150 choristes qui chanteront avec elle des tubes variés de son répertoire et d'un répertoire plus international. L'occasion de découvrir ou de redécouvrir cette talentueuse Libanaise qui s'est notamment produite à l'Olympia de Paris et au Sydney Opera House. Lumineuse.

 

 

Pour mémoire
Karen, Joumana, Nayla et... Tania

À Milan, Tania Kassis marque les esprits et l’histoire par son Ave Maria islamo-chrétien

Après l’Olympia de Paris, le Sydney Opera House accueille Tania Kassis

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Macron, champion (du monde)

Commentaire de Anthony SAMRANI

Macron vs Macron

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué