X

Moyen Orient et Monde

« La question de la sécurité de l’Euro en France se pose dans le monde entier »

Entretien express

Gérald Arboit, directeur de recherche au Centre français de recherche sur le renseignement, livre son analyse de la situation sécuritaire en France à quelques jours de l'Euro.

07/06/2016

Auditionné par la commission de la défense nationale et des forces armées de l'Assemblée nationale française le 10 mai dernier, Patrick Calvar, le patron de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a livré une analyse froide et lucide des risques d'attentats qui pesaient sur la France. « Nous savons que Daech (acronyme arabe de l'EI) planifie de nouvelles attaques – en utilisant des combattants sur zone, en empruntant les routes qui facilitent l'accès à notre territoire – et que la France est clairement visée », a-t-il déclaré. Avant d'ajouter : « Daech se trouve dans une situation qui l'amènera à essayer de frapper le plus rapidement possible et le plus fort possible : l'organisation rencontre des difficultés militaires sur le terrain et va donc vouloir faire diversion et se venger des frappes de la coalition. »

À quelques jours du début de l'Euro, la question sécuritaire est dans tous les esprits. La semaine dernière, c'est le département d'État qui alertait les citoyens américains sur les risques d'un attentat pendant l'Euro. Signe du climat d'insécurité, le préfet de police de Paris, Michel Cadot, a annoncé hier que « plus de 3 000 policiers seront affectés en sus des 10 000 déjà présents en Île-de-France pour la sécurité durant l'Euro de football ». Auparavant, dans la matinée, les services secrets ukrainiens (SBU) ont annoncé avoir arrêté en mai, en Ukraine, un Français qui préparait des attentats contre une mosquée, une synagogue et des centres d'impôt en France avant et pendant l'Euro 2016 et qui se trouvait être en possession d'un arsenal de guerre.
La France a-t-elle pris toutes les mesures nécessaires pour contrer la menace terroriste ? Pour L'Orient-Le Jour, Gérald Arboit, directeur de recherche au Centre français de recherche sur le renseignement, livre son analyse de la situation sécuritaire en France à quelques jours de l'Euro.

(Lire aussi : A cinq jours de l'Euro-2016, la France sous la menace du ciel, de grèves et d'attentats)

 

Quels sont les risques d'un attentat en France pendant l'Euro ?
À partir du moment où on est confronté à un événement de la taille de celui de l'Euro, avec tous les gens et les pays que cela implique, il y a forcément un risque. Mais ce n'est pas parce qu'il y a un risque qu'il sera avéré. Il faut comprendre que dans ce cas-là, la question de la sécurité de l'Euro en France se pose dans le monde entier.

Cela veut dire que les services de renseignements coopèrent davantage durant ce type d'évènement ?
En matière d'antiterrorisme, c'est-à-dire uniquement au niveau de la coopération entre les différents services de renseignements, et non de police, la transparence est la plus totale puisque chaque pays est concerné par ce problème. Le dernier exemple en date est tout récent puisqu'un homme accusé de vouloir perpétrer un attentat sur le sol français a été arrêté en Ukraine.

La France a-t-elle tiré les leçons des attentats du 13 novembre ? Les failles ont-elles été colmatées ?
Les services de sécurité et de renseignements ont fait leur travail correctement. S'il y a eu des failles, elles ont eu lieu au niveau politique. La correction a été faite, mais on peut prendre toutes les mesures que l'on veut, un attentat reste du domaine du possible puisque ce n'est pas quelque chose de rationnel.

 

Lire aussi
France : le patron de la DGSI évoque un risque d'attentats au milieu "d'une foule importante"

L'Euro-2016 en France "cible potentielle pour des terroristes", avertit Washington

 

La cellule jihadiste de Bruxelles voulait frapper la France

 

« Les jihadistes ne sont pas du tout utopistes »

 

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

FAKHOURI

Je ne comprends pas !!!
savamieu 1er a prétendu dernièrement que tout va mieux
La méthode Coué est dépassée
Il achete des HK G 36 et il y a déjà des problèmes d'utilisation

M.V.

La problématique sécuritaire de base, bien entendu se pose à des degrés divers en tous pays... un des problèmes en France, c'est le poids du dirigisme politique (politicien) et de la bobocratie d'état..., sur les organismes en charges de la chaîne sécuritaire ...si bien qu'au lieu de conduire plusieurs voitures rapides ..il faut manœuvrer un gros camion surchargé ...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Rencontres

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.