Rechercher
Rechercher

Liban - Communautés

Raï inaugure aujourd’hui à Johannesburg les bureaux de la Fondation maronite dans le monde

C'est une action à double portée, pastorale et nationale, qu'accomplit le chef de l'Église maronite en Afrique du Sud.

Photo Ani

C'est une visite à double portée, pastorale et nationale, qu'effectue depuis hier le patriarche Béchara Raï à Johannesburg. Une visite de cinq jours (18-23 mai) au cours de laquelle il doit notamment inaugurer aujourd'hui un nouveau bureau de la Fondation maronite dans le monde, le premier après le vote de la loi sur le recouvrement de la nationalité en décembre dernier. Le patriarche est accompagné d'une délégation de la Fondation maronite dans le monde comprenant son nouveau président, Nehmat Frem, et les membres de son conseil de tutelle, Rose Choueiri, Rita Ghosn, Hyam Boustany et Youssef Doueihi. Un homme d'affaires sud-africain, John Chelala, propriétaire de l'une des plus grandes imprimeries d'Afrique du Sud, en a par ailleurs saisi la vision et embrassé la cause.

Car c'est surtout de vision nationale que les hommes politiques maronites du Liban semblent avoir manqué, ces dernières années, en laissant traîner ce dossier plus longuement qu'il ne le fallait. Désormais, ils cherchent à se ressaisir dans la conscience qu'en définitive, c'est le Liban du vivre-ensemble et du pluralisme qu'ils défendent en incitant les maronites (mais pas exclusivement) à renouer avec leurs racines et à faire figurer leurs noms de nouveau sur les registres d'état civil. Ce faisant, la fondation espère aussi envoyer aux chrétiens résidents un signal fort qui leur dirait : « Ne quittez pas le pays, et si vous êtes contraints de le quitter, ne le désertez pas mentalement. Protégez vos racines et les droits qui vont avec. »

 

(Lire aussi : Michel Eddé aux jeunes de l’Académie maronite : « Vous êtes un Liban qui s’ignore »)

 

La communauté maronite de Johannesburg paraît exceptionnellement sensible à cette logique. C'est l'impression laissée hier par les invités de la garden party que l'ambassadeur du Liban en Afrique du Sud, Ara Khatchadourian, a organisée en l'honneur du patriarche, à laquelle ont répondu présent une trentaine d'ambassadeurs ainsi que le cheikh Wissam Choucair, le représentant du Conseil supérieur chiite en Afrique du Sud. Mais ce regain d'intérêt est prudent, car motiver les Libanais d'ascendance n'a pas toujours été facile. Cela fait des années que Youssef Doueihi, cerveau de la Fondation maronite, s'efforçait avec toute l'équipe de lancer cette dynamique. Mais l'obstructionnisme aidant, une seule démarche pouvait mettre jusqu'à cinq ans pour aboutir. Avec la nouvelle loi votée, beaucoup d'obstacles ont sauté et normalement, la procédure devrait être bien plus rapide. On verra bien.
Voilà donc ce que le patriarche Raï est venu faire en Afrique du Sud, sans oublier les visites pastorales à deux paroisses maronites animées par l'ordre missionnaire libanais, et en particulier l'inauguration d'un pavillon sportif dans l'école récemment fondée par cet ordre.

 

(Pour mémoire : Hommage marqué de Raï à l’action de la Fondation maronite dans le monde)

 

Efforts concertés
Ce qui est sûr, c'est que ce sont des efforts concertés qu'il faudra déployer pour réussir. Sans la fondation rien ne se ferait, certes, mais à cette impulsion, il faut deux relais essentiels : l'Église locale et les ambassades, qui ont la charge de réveiller l'amour du Liban et de le nourrir dans les communautés qu'elles servent.
À cet égard, l'Afrique du Sud a la chance d'avoir eu une succession d'ambassadeurs dont le dernier en date, Ara Khatchadourian, concilie avec bonheur efficacité et amabilité, et multiplie les activités culturelles : présentation de la pièce de Betty Taoutel, projection du dernier film de Philippe Aractingi, accueil de la sélection nationale libanaise de rugby et d'autres activités qui rassemblent la colonie.

Mais le patriarche a beau faire, il est poursuivi où qu'il aille par les incessantes questions de ceux qui lui demandent de réagir à l'actualité libanaise ou régionale. C'était hier celle portant sur le sort des réfugiés qui surgissait, pour la millième fois, après une déclaration maladroite de Ban Ki-moon. « Je suis pour un retour non pas facultatif, mais obligatoire des réfugiés, a-t-il ainsi répété à l'ambassade du Liban. La responsabilité des Syriens réfugiés au Liban est du ressort non du Liban, mais de la Syrie. Que l'on trouve en Syrie, qui est 18 fois plus grande que le Liban en superficie, des lieux sûrs pour leur résidence provisoire et que tout l'or qu'on nous promet aille à la Syrie. »

 

Pour mémoire
Des institutions maronites à l’honneur en Afrique du Sud


C'est une visite à double portée, pastorale et nationale, qu'effectue depuis hier le patriarche Béchara Raï à Johannesburg. Une visite de cinq jours (18-23 mai) au cours de laquelle il doit notamment inaugurer aujourd'hui un nouveau bureau de la Fondation maronite dans le monde, le premier après le vote de la loi sur le recouvrement de la nationalité en décembre dernier. Le patriarche...

commentaires (10)

JOUE-T-IL LE JEU DE L,EXODE... INCONSCIEMMENT... C,EST ICI QU,IL DOIT SE TROUVER ET NON AILLEURS !

PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

20 h 26, le 20 mai 2016

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • JOUE-T-IL LE JEU DE L,EXODE... INCONSCIEMMENT... C,EST ICI QU,IL DOIT SE TROUVER ET NON AILLEURS !

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    20 h 26, le 20 mai 2016

  • Yâ Äâdrâh !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    15 h 55, le 20 mai 2016

  • C'est à donner la chaire de poule, franchement !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    15 h 51, le 20 mai 2016

  • "À cet égard, furent multipliées les activités culturelles : Pièce de Betty Taoutel, film de Philippe Aractingi, accueil de la sélection libanaise de rugby et d'autres activités etc." ! Oui, bon, mais pourquoi pas aussi 1 exposition de statues en bronze d’1 autre homme d’affaires autant influant que cet imprimeur, et Grand Sculpteur : Michel Eftériadès ! Est-ce parce-que Äâbdôh Aboû Kassm et son C.C.I allaient encore revenir à la charge, pour prétendre "qu'une des sculptures représente un cochon-tirelire écrasant une tête de mouton égorgé ; tête de mouton longitudinale se terminant en deux pointes tordues qui aurait quelque chose de louche car serait curieusement similaire à une (croix) renversée!" ? Faut dire que suite à l'ébruitement de cette polémique entre ce Äâbdôh, directeur du C.C.I, et l’homme d’affaires et Sculpteur Eftériadès, Äboûh Kassm a multiplié ses moult dénonciations "d’un certain, là, phénomène du satanisme certain.", selon lui ! Et avait même organisé 1 conférence de presse avec des représentants de différentes autorités religieuses, pour dénoncer "un vice! qui sévit dans notre société", afin de "mettre l'accent sur l'enjeu de préserver La Famille et les Bonnes Mœurs." ! En outre, ses interviews avaient permis de révéler son "point de vue!" sur la symbolique des sculptures "controversées!" : Le Cochon ne serait donc, selon lui, que "l'un des Symboles du Diable." !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    15 h 39, le 20 mai 2016

  • "En sus, un homme d'affaiiires Libano(h)-sud- africainnn, propriétaire de l'une des pluuus grannndes imprimeries d'Afrique du Sud ; et pourquoi pas même de l'Univers, allons-y ! ; en a par ailleurs saisi, yîîîh, l’évident Intérêt et engrangé et surtout embrassé, yâââï, les Bénéfices." !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    11 h 59, le 20 mai 2016

  • Lors de Jamborées, évidemment très loin.... dans le Mâââhjâr-étranger.

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    11 h 33, le 20 mai 2016

  • Bizarre ! Vous avez-dit "Bizarre" ? Il est vrai que très souvent chez les Ecclésias, il y a toujours une majorité de "bonnes femmes" ! Surtout lors de Jamborées....

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    11 h 29, le 20 mai 2016

  • "NOUS, Libanais(h), nous sommes pour un retour de ces Libanais émigrés et/ou réfugiés ! La responsabilité des Libanais(h) émigrés et/ou réfugiés en Afrique du Sud est du ressort non de cette Afrique du Sud, mais du Liban(h) ! Que l'on trouve en ce (Grand-Liban) des lieux enfin décents pour leur résidence ; maintenant qu'il y règne soi-disant la Paix ; et que tout l'or et les diamants qu'on nous promet restent en cette Afrique du Sud." ! Yîhhh !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    11 h 06, le 20 mai 2016

  • Les sans-cœur meurent plusieurs fois avant leur mort ! Les Sain(ts) Réfugiés ne goûtent jamais, eux, qu'une fois la mort !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    08 h 01, le 20 mai 2016

  • "Laissez venir à moi les réfugiés, et ne les en empêchez pas; car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent. Je vous le dis en vérité, quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un réfugié n'y entrera point. Puis on lui demanda : Que doit-on faire pour hériter la vie éternelle ? Il dit : Tu ne feras tort à personne et tu honoreras tes semblables. Car, il te manque une chose : Va, vends tout ce que tu as, donne-le aux réfugiés, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis après, tu pourras alors venir et me suivre s-moi ! Mais, affligé de cette parole, cet homme s'en alla tout triste, car il cachait de grands biens ! Jésus, alors, regardant autour de lui, dit : Qu'il sera difficile à ceux qui ont des richesses d'entrer dans le royaume de Dieu, et qu'il est difficile à ceux qui se confient dans les richesses d'entrer dans le royaume de Dieu. En vérité, en vérité je vous le dis : Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille, qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu ! Et d'ajouter : Il n'est personne qui, ayant quitté à cause d'une Sale Guerre sa maison, ses frères, ses sœurs, sa mère, son père, ses enfants ou Sa Terre, ne reçoive au centuple malgré toutes ces persécutions des maisons, des frères, des sœurs, des mères, des enfants, des terres et surtout la vie éternelle. En vérité, Ces premiers seront les Derniers, et les derniers seront les Premiers." ! Selon un certain? MARC(X) dans son Chapitre /Capital DIX....

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    07 h 51, le 20 mai 2016

Retour en haut