L’édito de Michel TOUMA

Dénominateur commun

Michel TOUMA | OLJ
14/05/2016

C'est à froid, loin du déchaînement des passions et des débats fiévreux, qu'il convient, au stade actuel, de s'engager sur la voie tortueuse d'une évaluation préliminaire de la tournure prise par le scrutin municipal de dimanche dernier. Les deux régions sensibles de Baalbeck-Hermel et de Beyrouth – qui ont donné le coup d'envoi de ces consultations électorales – ont, à l'évidence, des profils sociopolitiques radicalement différents l'un de l'autre. Il reste que malgré cette dissemblance, un dénominateur commun, et non des moindres, se dégage de cette première journée dominicale.

Les chiffres officiels enregistrés par les listes et les candidats perdants se font, malencontreusement, toujours attendre. Négligence, manque de moyens logistiques ou volonté de camoufler certaines réalités ? L'on serait tenté de pencher pour le troisième cas de figure si l'on se base, à défaut de scores précis, sur une lecture qualitative des résultats communiqués par les principales machines électorales.

Bien au-delà des querelles de clocher et des traditionnelles compétitions à caractère familial, clanique ou partisan (au sens étroit du terme), le scrutin de Beyrouth a sans conteste mis en relief une nouvelle donne qui mérite une profonde réflexion : une liste (complète) formée de cadres supérieurs et d'éléments actifs portant l'étendard de la société civile a croisé le fer avec la coalition regroupant l'ensemble des grands partis et des pôles d'influence de la capitale, et a enregistré – c'est là le point le plus important – un score très respectable, remportant même la majorité des suffrages dans les quartiers chrétiens.

Il serait hasardeux dans ce contexte d'aller trop vite en besogne et de se livrer à une analyse primaire de ce phénomène. Il serait erroné, spécifiquement, d'affirmer d'emblée que le comportement des électeurs de Beyrouth était essentiellement dirigé contre un leader ou un parti particulier. Il s'agissait plutôt d'un vote de contestation exprimant un vaste ras-le-bol face à une situation globale, un état de fait, qui sévit dans le pays depuis de longs mois. Pouvait-on réellement s'attendre à autre chose après l'interminable scandale des déchets, les magouilles mystérieuses du réseau illégal d'Internet, la cascade des affaires de corruption, la quasi-paralysie du gouvernement, le marasme généralisé, la crise socio-économique grandissante et les querelles stériles entre factions politiques ? C'est une aversion à l'égard de cette situation dans son ensemble que les électeurs ont voulu exprimer, plus qu'une position hostile envers tel leader ou tel autre parti déterminé. Cette réaction – qui n'est autre qu'une classique reddition de comptes – était d'autant plus prévisible que toutes les factions regroupées au sein de la liste des « Beyrouthins » sont celles-là mêmes qui composent le gouvernement moribond, à l'exception notable des Forces libanaises qui, dès le départ, ont refusé de s'associer au cabinet Salam.

C'est une reddition de comptes quelque peu similaire qu'a connue, parallèlement, la région de Baalbeck-Hermel, dimanche dernier... À la différence fondamentale que le vote de contestation a visé cette fois-ci le Hezbollah dans son propre fief. Dans la ville de Baalbeck, une liste mise sur pied par une personnalité chiite proche du 14 Mars, Ghaleb Yaghi, s'est opposée aux candidats du Hezbollah et a remporté plus de 46 pour cent des suffrages. À en croire plusieurs sources, deux ou trois candidats de la liste contestatrice auraient pu, même, être élus n'était le comportement milicien du parti de Dieu lors du dépouillement dans certains bureaux de vote. Le bilan a été tout aussi flagrant dans un autre fief du Hezbollah, la ville de Hermel, où le parti chiite a été contraint de mener une bataille très serrée contre une liste adverse représentant la société civile, qui regroupait plusieurs femmes et qui a enregistré un score non négligeable.

Les motivations et les fondements sociopolitiques de ce double vote de contestation ne sont évidemment pas les mêmes à Beyrouth et dans la région de Baalbeck-Hermel. Mais dans l'un et l'autre cas, un dénominateur commun se dégage : un profond (et salutaire) sentiment de ras-le-bol généralisé, qui transcende les communautés et les partis, s'est exprimé face à l'état de déliquescence avancée qui sévit à tous les niveaux et dans plus d'un domaine. Reste à savoir dans quelle mesure et comment le message a été reçu, et perçu, par l'establishment politique du pays.

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Et, bien entendu, à Sétt Nadine Labaké !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MONSIEUR TOUMA BON ARTICLE... MAIS IL N,Y A QU,UNE SEULE DEMOCRATIE AU LIBAN BAFOUEE ET TRAHIE PAR UNE PARTIE DE PRETENDUS LIBANAIS...

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Mais qu'est-ce qu'on est bien, malgré tout, au Grand-Liban chez Nous !
Khâââï !
Et, merci encore à Bâïyroûth Mâdînâtî !

Bery tus

Oui comme par exemple la Syrie et l'Iran !! Haha

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PAS DE DENOMINATEUR COMMUN ENTRE DEUX PROJETS DONT L,UN EST UNIQUEMENT NATIONAL ET L,AUTRE AU SERVICE D,UN CENTRE REGIONAL...

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Mais qu'est-ce que notre Système, fort heureusement, est really bien éloigné de celui de ces mollâhs Per(s)cés !

ACE-AN-NAS

Le vrai constat dénominateur commun , c'est finalement une démocratie de part et d'autre , que notre pays peut se vanter avoir , en comparaison aux autres pays voisins et alliés qui cherchent à nous faire comprendre qu'on est rien sans eux .

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Parce que toute Saine manifestation est la quintessence intellectuelle de son époque, le temps doit venir nécessairement où cette belle idée de Bâïyroûth Mâdînâtî ; non seulement intérieurement par sa manifestation ; entrera en contact avec le monde réel de son époque et établira avec lui des échanges réciproques.
La Mâdînâtî cessera alors d’être 1 système déterminé face à d’autres systèmes déterminés ; elle deviendra l’idée en général face au monde : La Manifestation de l’actuel monde.
Les signes extérieurs qui dénotent que Mâdînâtî atteint cette importance, qu’elle devient l’âme vivante de Bâïyroûth et du Liban, qu’une idée pareille devient "de ce monde" et que ce monde devient cette même idée, ont été les mêmes à toutes les époques : on peut ouvrir n’importe quel manuel d’histoire, et l’on verra se répéter avec 1 fidélité inaltérable les rites les plus simples qui marquent ; sans qu’on puisse s’y méprendre ; son entrée dans les salons et les presbytères, dans les salles de rédaction, dans les antichambres du pouvoir et des ministères et dans le cœur rempli de haine ou d’amour de ses contemporains !
L’entrée de ce Beau Style Mâdînâtî dans le monde est marquée par les cris de ses ennemis qui trahissent la contagion interne, par les appels sauvages de détresse qu’ils lancent contre l’incendie allumé par ses très, très belles idées !
Bâïyroûth Mâdînâtî, cette magnifique idée Vraie du présent, ne connaîtra pas 1 sort différent de celui des idées Vraies du passé.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Reste à savoir dans quelle mesure et comment le message a été reçu, et perçu, par l'establishment politique du pays." !
Espérons seulement qu'ils ne vont pas utiliser de nouveau la même "recette" du clivage sectaire, comme en 75, pour pouvoir masquer leur défaite !
Äâllâh yésstôrre....

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué