Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Unesco

Une résolution sur Jérusalem aux « formulations malheureuses », déplore Valls

Le Premier ministre français Manuel Valls avant l'ouverture de la session plénière de l’Assemblée Nationale hier, à Paris. AFP / Martin Bureau.

Le Premier ministre français Manuel Valls a regretté, hier devant l'Assemblée nationale, le vote de la France en faveur d'une résolution controversée de l'Unesco sur Jérusalem, contenant selon lui « des formulations malheureuses et maladroites » qui auraient dû être « évitées ». « Cette résolution ne change rien dans la politique de la France », a toutefois affirmé le Premier ministre, qui se rendra dans une dizaine de jours en Israël et dans les territoires palestiniens. Répondant à une question du député centriste Meyer Habib, qui a la double nationalité française et israélienne, M. Valls a de nouveau tenté de calmer ce qu'il a qualifié d'« interrogations » et d'« inquiétudes » d'Israël et des associations juives en France. « Je veux le redire devant vous avec force, avec conviction : la France en aucun cas hier, aujourd'hui ou demain, ne niera la présence et l'histoire juive à Jérusalem. Cela n'aurait aucun sens, c'est absurde de nier cette histoire », a déclaré M. Valls. « Notre position est claire et ne varie pas : c'est la défense de la liberté d'accès et de culte à Jérusalem, ville symbole des trois grandes religions monothéistes, ville qui appartient à tous les croyants, qu'ils soient juifs, chrétiens ou musulmans », a-t-il dit, réitérant la ligne déjà affirmée mardi par son ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault.
Pour rappel, à l'initiative de plusieurs pays arabes, le conseil exécutif de l'Unesco a adopté le 14 avril, avec la voix de la France, une décision sur la « Palestine occupée » visant à « sauvegarder le patrimoine culturel palestinien et le caractère distinctif de Jérusalem-Est ». Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a condamné un texte « absurde ».
(source : AFP)

Le Premier ministre français Manuel Valls a regretté, hier devant l'Assemblée nationale, le vote de la France en faveur d'une résolution controversée de l'Unesco sur Jérusalem, contenant selon lui « des formulations malheureuses et maladroites » qui auraient dû être « évitées ». « Cette résolution ne change rien dans la politique de la France », a toutefois affirmé le...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut