Rechercher
Rechercher

Dans la presse

Un étudiant expulsé d'un avion en Californie pour avoir dit "Inchallah"

Khairuldeen Makhzoomi, réfugié irakien de 26 ans, a été débarqué pour avoir parlé arabe lors d'une conversation téléphonique, rapporte le Washington Post.

Photo Lucy Nicholson/Reuters

La paranoïa provoquée par une recrudescence des attentats terroristes menés par des jihadistes islamistes, notamment en Europe, se poursuit outre Atlantique. Le dernier à en faire frais est un étudiant irakien de 26 ans à la prestigieuse Université de Berkeley, en Californie, réfugié aux États-Unis depuis six ans.

Le 6 avril, Khairuldeen Makhzoomi est forcé de débarquer d'un avion de la compagnie américaine Southwest. La cause ? Avoir prononcé le mot "Inchallah" lors d'une conversation téléphonique, peu avant le décollage, rapportait le Washington Post le 18 avril.  L'expression, qui veut dire "Si Dieu le veut" en arabe, était suffisante pour provoquer la panique d'une passagère.

"M. Makhzoomi venait juste de prendre place dans son siège lorsqu'il a sorti son téléphone pour contacter son oncle à Bagdad", raconte le journal. "Le jeune homme, qui parlait en arabe avec son interlocuteur, a remarqué une passagère qui le fixait du regard. Gêné, il mit fin à la discussion en disant : +Inchallah, je t'appelle une fois l'avion posé+. M. Makhzoomi a alors raccroché, mais a remarqué que la femme s'est levée et s'est dirigée vers la cockpit", poursuit le Washington Post.

C'est alors que le jeune Irakien se dit : "J'espère qu'elle n'est pas allée me signaler". Ses craintes seront justifiées. Peu de temps après, un employé de la compagnie aérienne lui dit : "Monsieur, vous devez quitter l'avion immédiatement". Trois policiers attendaient déjà l'étudiant sur le tarmac. L'employé, d'origine arabe également, a demandé à Khairuldeen Makhzoomi : "Pourquoi avez-vous parlé en arabe à bord de l'appareil ? C'est dangereux, vous êtes au courant de l'atmosphère qui règne dans le périmètre de l'aéroport, vous êtes conscient de ce qui se passe dans le pays".

Le jeune Irakien, mal à l'aise, a présenté ses excuses. Mais face au ton accusatoire et insistant de l'employé, M. Makhzoomi lui a lancé : "Voilà ce qu'a fait l'islamophobie".

Le passager subira un interrogatoire de la part des autorités, avant d'être relâché. Remboursé par Southwest, il n'a pas été autorisé à embarquer à nouveau à bord de l'un des avions de la compagnie.

Cet incident n'est pas le premier du genre. En décembre dernier, les autorités américaines avaient refusé sans explication l'embarquement à Londres d'une famille musulmane sur un vol à destination des États-Unis où elle avait prévu des vacances à Disneyland.

 

 

Lire l'intégralité de l'article du Washington Post ici


La paranoïa provoquée par une recrudescence des attentats terroristes menés par des jihadistes islamistes, notamment en Europe, se poursuit outre Atlantique. Le dernier à en faire frais est un étudiant irakien de 26 ans à la prestigieuse Université de Berkeley, en Californie, réfugié aux États-Unis depuis six ans.


Le 6 avril, Khairuldeen Makhzoomi est forcé de débarquer...

commentaires (7)

C,EST IDIOT... MAIS C,EST EN MEME TEMPS LA SECURITE DE TOUS LES PASSAGERS QUI EST EN JEU ET PEUT-ETRE POUSSEE A L,EXTREME... JE NE CROIS PAS QU,IL AIT DIT SEULEMENT INCHALLH... ET A QUI L,A-T-IL DIT EN ARABE ET POURQUOI ? NE MINIMISONS PAS TROP LES CHOSES...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

15 h 42, le 20 avril 2016

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • C,EST IDIOT... MAIS C,EST EN MEME TEMPS LA SECURITE DE TOUS LES PASSAGERS QUI EST EN JEU ET PEUT-ETRE POUSSEE A L,EXTREME... JE NE CROIS PAS QU,IL AIT DIT SEULEMENT INCHALLH... ET A QUI L,A-T-IL DIT EN ARABE ET POURQUOI ? NE MINIMISONS PAS TROP LES CHOSES...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    15 h 42, le 20 avril 2016

  • C'est vraiment ridicule! C'est trop! Dire un mot en arabe signifie qu'on est terroriste?!

    Michele Aoun

    14 h 01, le 20 avril 2016

  • Il ne reste plus qu'aux bensaouds d'acheter la compagnie, les avions et l'aéroport dans la foulée. Comme ça des inshallah , hamdellah Nasrallah pourront être dit haut et fort même par microphone. Juste une question, pourquoi emirates est très fréquentée par les américains. On y parle arabe et même qu'à l'aéroport de dubai le vendredi on entend la mosquée dire des prières en arabe, pourtant.

    FRIK-A-FRAK

    13 h 23, le 20 avril 2016

  • C'est désolant que nous en soyons arrivé a cette situation mais je comprends que la société Southwest ai préféré prévoir que se désoler plus tard. Bien sur, ne pas permettre a ce jeune homme de prendre un autre vol après les contrôles faits est de très mauvais gout car il faut quand meme faire la part des choses et ne pas faire payer a des innocents les crimes d'imbeciles heureux de mourir pour des prunes.

    Pierre Hadjigeorgiou

    13 h 06, le 20 avril 2016

  • Absurde et irresponsable comportement de la compagnie aérienne.

    Tony BASSILA

    12 h 13, le 20 avril 2016

  • bon ,déjà au moins les communications sont écoutées ...sa prouve déjà que Sarkozy n'est pas le sel....! comme quoi , au final, s'est sans plus difficile de chopper un vrai djihadiste qui parle anglais....

    M.V.

    12 h 02, le 20 avril 2016

  • Le ridicule ne tue plus...cachez votre turban, votre keffiye, votre kippa, votre barbe anormalement longue... et dites God's willing au pays de Waco et des croisades modernes des Bush pere et fils...

    Pierre Moise

    11 h 39, le 20 avril 2016