X

Moyen Orient et Monde

En Tunisie, on assiste à un mouvement de restauration qui s’est produit de manière démocratique

Entretien

Nadia Marzouki met en lumière la réforme de la révolution et la contre-révolution en Tunisie.

20/04/2016

Depuis 2011, le souffle révolutionnaire dans le monde arabe a progressivement décliné jusqu'à l'affirmation du conservatisme et l'abandon des objectifs proclamés. La thèse des processus révolutionnaires en cours, avec leurs reculs, leurs revers, mais qui aboutiraient inéluctablement à la transformation des valeurs idéologiques des sociétés et à la démocratisation des pays concernés, ne résiste nulle part à l'épreuve des faits. C'est au contraire une puissante dynamique contre-révolutionnaire qui semble à l'œuvre, favorisée par un contexte global ou la gouvernance remplace le politique, sur fond de crise du sens des divisions idéologiques et de panne de la gauche institutionnelle des partis. En Europe comme dans le monde arabe, l'incapacité de cette gauche à appréhender le réel, la désertion du champ social et la réappropriation du discours identitaire ont renforcé la montée des mouvements réactionnaires et la production d'idéologies communautaires.
En Tunisie, l'inscription de l'épisode de « 2011 » comme séquence historique d'un long processus réformiste puisant dans la tradition bourguibiste est pour Nadia Marzouki, chargée de recherches au CNRS, une illustration criante de l'opération intellectuelle de contre-révolution idéologique. Invitée à s'exprimer sur le thème « Les contre-révolutions arabes, réflexions sur la persistance d'un nationalisme autoritaire après les printemps arabes » dans le cadre du colloque organisé par l'Institut de sciences politiques de l'USJ, les 15 et 16 avril, la chercheuse revient à travers cet entretien sur l'analyse des facteurs et des formes de la contre-révolution en cours en Tunisie depuis 2011.

 

Dans quel contexte a triomphé la contre-révolution et quels sont les facteurs qui, selon vous, entretiennent encore l'illusion mystificatrice d'un processus révolutionnaire miné par des contradictions mais toujours en marche ?
L'Occident a besoin d'une success story dans le monde arabe, c'est la Tunisie qui l'a fournie. Il est vrai qu'en comparaison avec d'autres pays, la Tunisie semble pour le moment avoir mieux réussi. Le pays a accompli des avancées significatives de façon pacifique avec la rédaction d'une nouvelle Constitution, les élections et la production d'une alternance pacifique. Ce sont évidemment des résultats qu'il faut saluer. Mais la capacité de nombreux journalistes et d'analystes à dénigrer l'importance des réseaux et discours de contre-révolution est assez inquiétante. Dans le cas tunisien, ce qui est singulier, c'est qu'on assiste à un mouvement de restauration qui s'est produit de manière démocratique, par le vote. Cette contre-révolution était présente dès les premiers jours qui ont suivi les manifestations de Kasbah 1 et 2. Si les jeunes qui se sont mobilisés ont réussi l'inimaginable, en provoquant le départ de Ben Ali, il ne faut pas oublier tous ceux qui sont restés chez eux, par peur ou scepticisme face à ces soulèvements. Les révolutionnaires à proprement parler ont été doublement victimes : d'une part parce que ce sont eux qui ont été blessés ou tués, et d'autre part parce qu'ils ont été ensuite dépossédés du processus révolutionnaire par les forces politiques et syndicales traditionnelles qui se sont réapproprié cette lutte. Ce n'est pas spécifique à la Tunisie : c'est un mécanisme que l'on retrouve pratiquement dans tous les pays. « La révolution, comme Saturne, dévore ses propres enfants. » (La Mort de Danton). Il faut distinguer entre la révolution et le pouvoir. Les révolutionnaires partis de Sidi Bouzid en 2011 avaient une revendication légitime, de justice, de dignité mais ce ne sont pas eux qui ont pris le pouvoir. L'Assemblée constituante élue en 2011 était fondée sur cette légitimité révolutionnaire. Mais le pouvoir est resté dans les mains de l'ancien régime, des médias qui en sont proches, de la justice pas toujours indépendante, du ministère de l'Intérieur, des milieux d'affaires corrompus. L'ancien réseau du RCD s'est donc rapidement reconstitué.

 

Pourquoi estimez-vous dans le cas tunisien que la légitimité révolutionnaire a été éclipsée par la légitimité démocratique ?
À partir de 2011, le lexique de la transition démocratique a très vite remplacé le langage de la réalisation des objectifs de la révolution. C'est la notion de « démocratie » qui devient la norme centrale qui guide le travail des constituants politiques. Certains vont même jusqu'à rejeter l'idée de révolution en affirmant qu'ils ne sont pas jacobins, qu'il faut refuser de faire table rase du passé et insistent sur le besoin de rétablir l'unité pour construire de manière progressive et pacifique un nouvel ordre politique. Le débat sur la justice transitionnelle, et sur le devenir de ceux qui ont occupé des fonctions politiques sous Ben Ali, a été une parfaite illustration de ce processus de substitution d'un discours démocratique pragmatique à la logique révolutionnaire. C'est ainsi que le personnel administratif et politique de l'ancien régime s'est trouvé souvent réintégré aux partis et institutions de manière curieusement assez peu conflictuelle. Le référent révolutionnaire est rapidement disqualifié parce qu'associé à tort à la seule idée d'épuration et de violence. C'est là une déformation problématique de ce qui s'est passé en 2011 car les revendications des révolutionnaires tunisiens n'étaient pas la violence et l'éradication mais la justice sociale et la dignité. Très vite le lexique de la révolution a été remplacé par celui de la réforme, de la pacification, de la réconciliation, de l'unité. La contre-révolution passe largement par cette reconstruction du sens des soulèvements de 2011.

 

L'alliance entre Nidaa Tounes et al-Nahda a-t-elle constitué un facteur déterminant dans le succès de la mise en œuvre de la stratégie contre-révolutionnaire ?
Oui. En 2014, Nidaa Tounes a gagné les élections, al-Nahda s'est retrouvé en deuxième position, il avait le choix entre devenir le premier parti d'opposition, ou de faire alliance avec son ancien adversaire, qui avait fait sa campagne contre lui. À la surprise de nombreux analystes et au mécontentement d'une partie de sa base, al-Nahda a choisi la voie de la collaboration assumée et revendiquée en la justifiant par le contexte régional volatil, le besoin de stabilité et l'impératif d'unité. Les raisons pour lesquelles al-Nahda s'est associé à Nidaa Tounes sont multiples. La peur d'un scénario « à l'égyptienne » a été un facteur important. Le pragmatisme en est un autre. Les islamistes tunisiens ne sont pas des révolutionnaires. Leur objectif est de devenir un parti reconnu comme démocrate, accepté de ses partenaires et des pays occidentaux. La volonté d'inclusion dans le champ politique prime sur la défense des objectifs de la révolution. Cela a eu comme conséquence positive à court terme de pacifier la scène politique mais avec pour effet pervers à moyen et long termes de la paralyser. C'est en ce double sens que j'évoque un compromis pourri entre les deux partis : par le déséquilibre du rapport de force initial qui a poussé al-Nahda à accepter cette alliance et du fait des implications désastreuses sur le champ politique dès lors vidé de toute substance idéologique. Dans un contexte où les Tunisiens n'accordent plus d'importance à l'idéologie politique, aux conflits des idées, l'union des deux anciens adversaires tend à confirmer le préjugé selon lequel le politique est devenu une simple affaire d'administration et de gouvernance du social, dénuée de toute vision et de tout idéal. La contre-révolution de velours passe donc par cette transformation du politique en management à la petite semaine. Elle repose aussi sur une opération historiographique et sémantique qui réinscrit la rupture de 2011 dans la continuité du récit mythique du réformisme tunisien.

 

(Pour mémoire : « La Tunisie aujourd’hui, je dirais qu’elle n’est pas gouvernée du tout »)

 

La négation de la dimension innovante de 2011 est-elle une stratégie consciente ?
Oui : affirmer que les émeutes étaient de simples soulèvements passagers par lesquels un petit groupe de mécontents auraient demandé à l'élite de se reprendre en main, c'est un discours conscient qui s'inscrit dans la logique contre-révolutionnaire. Celle-ci consiste à nier la radicalité des revendications des mouvements de 2011 et permet de justifier la politique conservatrice du gouvernement actuel. Nier toute positivité de l'idée de conflit politique et social régulé, cela est devenu l'assise normative du discours de la coalition de Nidaa-Nahda. Celle-ci s'efforce de reconceptualiser la révolution comme un simple épisode dans l'histoire du réformisme tunisien. Ce faisant, elle réécrit l'histoire de la Tunisie, comme une histoire dans laquelle la violence n'aurait eu aucune place, alors qu'elle a été un élément structurant de l'histoire de la formation de l'État postcolonial. Le gouvernement actuel promeut une vision irénique, développementaliste, unidirectionnelle de l'histoire tunisienne, celle de la marche continue et pacifique vers la modernité et le progrès. Dans cette histoire, le Sud, les pauvres, les révolutionnaires n'ont presque aucune place. En cherchant ainsi à réinscrire les soulèvements de 2011 dans ce grand récit mythique du réformisme pacifique, ce discours aspire à faire oublier que ce qui s'est passé en 2011, c'était une révolution inédite.

 

Quels sont les facteurs de résistance aujourd'hui face à cette contre-révolution ?
Cette contre-révolution est toxique mais elle est fragile. Les réseaux mafieux de l'ancien régime sont en train de s'autodétruire sous les effets conjugués de leur compétition interne et de leur incompétence. Si le projet de la contre-révolution cherche à trouver une rationalisation intellectuelle par la référence au réformisme, il n'est toutefois pas porté par une véritable idéologie ou un projet intellectuel. Ceux qui ont voté pour l'ancien régime en 2014 l'ont fait soit par réflexe de défense de leurs intérêts, soit par peur de l'islamisme ou par lassitude. De plus, on assiste aujourd'hui à l'implosion annoncée de Nidaa Tounes. Des mouvements fragiles émergent, au mépris certes d'une grande partie de la population, mais ils ont le mérite d'exister. Il y a également une vivacité et une créativité très importantes de la société tunisienne qui par le biais d'associations diverses et variées tente de recréer du politique. Malheureusement, on reste dans une vision du politique qui est purement horizontale et sectorielle avec une fragmentation des engagements et des causes, et une réticence par rapport à l'idée d'organisation partisane. Là encore, il ne s'agit pas d'un défi propre à la Tunisie. La sectorisation des luttes s'inscrit dans une logique globale de gouvernance néolibérale qui produit cette fragmentation du politique. La lassitude par rapport aux modes d'organisations partisans et hiérarchisés se retrouve dans toutes les mobilisations contemporaines, de Tunis à New York, du Caire à Madrid. Mais dans le monde arabe, et en Tunisie en particulier, l'enjeu est beaucoup plus urgent. Or pour venir à bout de la contre-révolution et des réseaux de l'ancien régime, les mobilisations sectorielles, même si elles sont récurrentes, ne suffisent pas. Ces processus sont, bien sûr, lents et imprévisibles. En attendant, il importe de réhabiliter l'idée du conflit politique régulé comme une idée positive et de rejeter l'équation simpliste entre révolution et violence, afin de résister au discours lénifiant et dépolitisant du réformisme et de l'unité.

 

 

Pour mémoire
En Tunisie, impasse sociale et frustrations croissantes

 

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre la crise économique et financière et l’implantation des Palestiniens...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants