X

Liban

Rêverie France-Liban : penser cinq renouveaux avec François Hollande

Tribune
16/04/2016

Le président François Hollande visite le Liban et la région à partir d'aujourd'hui, samedi. C'est l'occasion pour une rêverie sur cinq renouveaux.

1. Renouveau institutionnel
Le président français ne pourra sans doute pas débloquer notre blocage présidentiel. Mais s'il voulait s'y essayer, le chemin le plus utile serait un argument constitutionnel pour en finir avec un quorum aberrant des 2/3 de la Chambre pour l'élection du président. Ce quorum absurde érigé en vote sous-tend : (a) le ridicule constitutionnel de 36+ séances stériles, qui permet à des caricatures venant d'Arabie saoudite de nous dépeindre, correctement, comme un poisson d'avril (au passage, je n'ai jamais compris pourquoi nous devons, ici ou en France, interdire une caricature, ou encore pire avaliser une violence quelconque à l'égard du caricaturiste ou de ses éditeurs...) ; (b) le torpillage du jeu démocratique, forçant une unanimité insalubre. Un président élu à la majorité est toujours plus légitime, et donc plus fort, qu'un président élu à l'unanimité. C'est une tradition libanaise que la guerre a interrompue, et qu'il faut restaurer; (c) le blocage du pays à tous les niveaux. Lorsque le président manque à l'appel, tout le système institutionnel est torpillé, et les blocages se perpétuent verticalement de la carence au sommet de l'État jusqu'aux ordures. Prochaine crise, l'aéroport à vau-l'eau... ; (d) la création d'un précédent absurde qui fait fi de nos équilibres constitutionnels, imaginez si la République devait entériner une élection aux deux tiers du président de la Chambre, du cabinet ou de notre Premier ministre. Le blocage est en fait réservé à la représentation confessionnelle des chrétiens.
L'argument constitutionnel est à même de galvaniser, à moyen terme peut-être, les voix de plus en plus nombreuses qui se soulèvent contre le diktat d'une interprétation absurde. Au moins M. Hollande relèverait un peu le niveau du discours politique. Et si la France ou nos amis s'en donnaient les moyens plus sérieux que le simple argumentaire, il serait utile d'examiner la possibilité de sanctionner internationalement les torpilleurs en chef – à commencer par le refus de visas européens pour eux, leurs familles proches et leurs sbires.

2. Renouveau économique. Nissan-Total pour un « Projet François »
Économiquement et scientifiquement, le monde est sous l'effet Tesla, encore une invention californienne qui résonne au Liban comme si elle venait de la planète Mars. Tesla est le Nissan de notre compatriote libano-français Carlos Ghosn. Le président français pourrait-il le persuader, avec le réseau Total touffu au Liban, pour la mise en place de bornes électriques dans ses stations, et permettre, comme l'Afrique avec les téléphones portables, de passer au-delà des infrastructures surannées et vétustes du Liban ? Le gouvernement français pourrait-il faciliter un investissement privé de cette échelle de surmonter les magouilles étatiques qui le ralentiront ou tenteront de le saboter ?
Pouvons-nous rêver un projet privé Nissan-Total pour une flotte libanaise principalement électrique sur une période de dix à quinze ans, si le président français nous soutient ? Projet François pour l'histoire ?

3. Renouveau culturel : « la recherche en Collège de France »
Pas de rêveries sans grands projets et grandes ambitions, y compris intellectuelles. La France la plus belle intellectuellement est celle de Michel Foucault en ce qu'il représente mondialement et historiquement comme le produit français culturel le plus célèbre du Collège de France. Pouvons-nous concevoir une antenne du Collège de France à Beyrouth, sur un programme de conférences publiques annuelles, toujours renouvelées, avec nos meilleurs professeurs libanais – et des invités français ? Parrainés, et donc cofinancés avec nos grandes universités comme leur secteur de pointe ? Qualité garantie par le Collège de France ?

4. Renouveau régional, Palestine : vecteur pour un « projet Jérusalem unie »
Un petit espoir se dégage en Palestine historique, où les extrêmes court-circuitent tout progrès. Nous n'irons nulle part avec MM. Netanyahu et Abbas, ou les dirigeants de l'islamo-fascisme du Hamas. Le renouveau ne peut se faire qu'à travers le leadership israélien arabe dirigé par Ayman Odeh, et leur alliance avec les juifs du centre d'Israël. Avec l'isolationnisme du président américain, l'Europe est appelée à remplacer le vide que les Russes, et maintenant les Chinois, commencent à remplir. La France a des atouts considérables au cœur d'Israël. Un premier geste est de recevoir à Paris (puis à Beyrouth !?) M. Odeh, qui tient un discours gandhien, avec des personnalités juives de son choix, pour penser une autre approche au conflit que le séparatisme Palestine-Israël, division rendue impossible par la colonisation juive. « Projet Jérusalem unie (et juste) », quel juif israélien s'y opposerait ?

5. Renouveau régional, Syrie : un vecteur et un territoire pour un avenir non-violent
En Syrie, nous sommes coincés dans le processus onusien, que la France est obligée de suivre. L'Onu a une grande part de responsabilité dans l'aval des crimes contre l'humanité commis par les dirigeants syriens, et leurs succédanés islamistes, et plus particulièrement la série continue d'envoyés du Secrétaire Général débarquant à Damas qui ont re-légitimisé un président aux abois à ses moments les plus difficiles alors que s'amoncelle la documentation de ces crimes effarants.
Il est impossible de contourner le processus engagé par de Mistura, mais la France peut l'infléchir par la construction d'une alternative qui laminera la dictature syrienne et les extrêmes islamistes. Mais c'est illusion de penser que le président syrien, ou ses miroirs russe et iranien, abandonnera le pouvoir s'il n'est pas clair qu'il perd du terrain. Surtout, la grande erreur de la révolution syrienne est d'avoir pris les armes. Comment restituer cet esprit de la non-violence initiale ? Ébauche de réponse avec la visite du président français, résumée en un vecteur, et un territoire : vecteur en leadership féminin syrien, avec Razan Zeitouneh et les milliers des femmes syriennes à la tête de la Révolution ; et, pour le territoire, la construction de zones libres d'islamistes et/ou du régime sur un territoire protégé qui permet également de renverser la logique de l'émigration biblique qui hante l'Europe.
Et à ce sujet, je suggère à M. Hollande le livre du plus grand penseur socialiste du dernier demi-siècle, Robert Fossaert, qui nous a quittés en 2015. L'ouvrage s'intitule Cent millions de Français contre le chômage.

* Chibli Mallat est avocat international et professeur de droit. Établi au Liban, il a enseigné à Yale, Harvard, Princeton et à l'École des hautes études en sciences sociales. Son dernier ouvrage, Philosophy of Nonviolence, est paru à Oxford en 2015.

 

Lire aussi
L'amitié au travail, l'éditorial de Issa Goraieb

Considération sur le malheur arabe – chapitre libanais, l'article de Fady Noun

La Ligue maronite à Hollande : La protection du modèle libanais requiert le respect des équilibres démographiques

« Passer d'une coexistence stérile à un vivre-ensemble productif », par Neemat Frem

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

M.V.

Effectivement c'est de la rêverie opiacée ...! Monsieur Chibli Mallat , je porte a votre aimable connaissance que c'est n'est plus de la rêverie ...c'est de l'abus de confiance ...! Normal 1er ne tient pas sa parole, il n'a même pas réussi à faire livrer les équipements militaires à l'armée, en plus il a offert la légion d'honneur à un ministre saoudien ...! sans doute , pour le remercier , ne pas avoir honoré le financement promis....! Enfin M. Mallat vous ne savez que Normal 1er est en fin de règne et ne pèse pas grand chose dans le /les dossiers régionaux....?

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Mais c'est illusion de penser que le président syrien, ou ses miroirs russe et iranien, abandonnera le pouvoir s'il n'est pas clair qu'il perd du terrain. Surtout, la grande erreur de la révolution syrienne est d'avoir pris les armes. Comment restituer cet esprit de la non-violence initiale ?" !
Ou bien, comment être capable dire tout et son contraire ! Dire donc qu'il est illusoire de penser que cet aSSadique abandonnera le pouvoir s'il n'est pas clair qu'il perd du terrain, tout en affirmant que la grande erreur de la révolution syrienne est d'avoir pris les armes !
Wâlâoû !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1 / 1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon OLJ, vous devez au préalable vous identifier.