Rechercher
Rechercher

Liban - Vivre-ensemble

Une pièce de théâtre et une prière commune sur les marches du musée pour promouvoir la paix

L'ONG Offrejoie a célébré hier à sa façon la 41e commémoration du début de la guerre civile.

Les représentants des différentes communautés récitent une prière pour la protection du Liban. Photos Saadé Saadé

Pour l'ONG Offrejoie, la commémoration du 13 avril qui marque le début de la guerre au Liban représente l'un des événements les plus importants de l'année. Comme chaque année, c'est sur les marches du musée national que les volontaires d'Offrejoie et de nombreux Libanais se sont rassemblés pour promouvoir l'unité nationale et plaider pour une consolidation de la paix, en mémoire des quinze années de guerre civile au Liban.
Des personnes de toutes générations et des représentants de toutes les confessions étaient au rendez-vous. Tous sont venus prôner l'unité libanaise entre les différentes communautés et générations. Par cet événement, l'ONG souhaite améliorer le « vivre-ensemble », pour un Liban « de paix et d'amour ». Offrejoie est fondée sur trois principes : l'amour, le respect et le pardon autour desquels elle souhaite rassembler les Libanais.
Après l'hymne national qui a donné le coup d'envoi de l'événement, Omar Zard, Élias Dabbous, Patrick Geha, Joseph Haydamous, Geneviève Abi Ajab, Marie Kabbani Haykal et Siham Maassiri ont présenté une pièce de théâtre autour du thème choisi cette année par Offrejoie, « Tourner la page », sur le perron du musée. Des rangées de chaises avaient été disposées devant les marches pour l'occasion. La série de tableaux que les jeunes acteurs ont présentés a été entrecoupée par des chants. Ce sont Rémi Bandali, devenue célèbre alors qu'elle n'était qu'une enfant pour ses chansons inspirées de la guerre, Léa Mehanna, Majd Akiki et Nader Khoury qui ont entonné des chansons patriotiques.


Des bougies et des ballons blancs avaient été auparavant distribués aux personnes venues assister à la cérémonie. Vêtus de tee-shirts blancs avec le logo de l'association, les jeunes d'Offrejoie ont défilé par la suite sur les marches du musée, tenant le drapeau libanais de la main gauche. Plus tard, ils expliqueront leur présence en ce jour du 13 avril, en disant « ne pas vouloir rester prisonniers d'une guerre qu'ils n'ont pas vécue » mais qui continue de hanter leurs esprits. Ils souhaitent œuvrer ensemble, main dans la main, pour améliorer la situation dans le pays. « Nous voulons surtout montrer que la nouvelle génération est intéressée par l'avenir du Liban et qu'il faut tourner la page », affirment trois jeunes filles qui rejoignaient leurs amis au bas des marches du musée.


Il n'y avait pas que des Libanais à la cérémonie. Sara, 22 ans, volontaire française chez Offrejoie, explique son implication auprès de l'association par sa volonté de contribuer aux efforts pour une cohésion entre toutes les générations et les communautés au Liban. Un jeune Syrien, Ahmad, 17 ans, explique sa présence à la cérémonie par son souci de promouvoir la paix et de la consolider pour les générations à venir.
Comme chaque année, les représentants des différentes communautés religieuses libanaises ont été invités à rejoindre les membres de l'association sur les marches du musée, afin d'entonner une prière commune pour la protection du Liban. Ils ont été ensuite suivis par les personnes présentes qui, dans un esprit de fête, tous différents mais tous solidaires, ont clôturé la cérémonie en dansant sur la musique diffusée par des haut-parleurs, pendant qu'un groupe se dirigeait vers le monument du soldat inconnu au pied duquel ils ont allumé des bougies.
L'objectif de Melhem Khalaf, l'un des fondateurs d'Offrejoie, est de « planter la graine de l'espérance, qui prendra forme dans l'avenir des générations futures », et de montrer une face « d'un pays où l'on est digne ».

 

 

Lire aussi, dans notre spécial

Commémoration du 13 avril 1975 : Le silence pervers de l'oubli

Les familles des disparus attachées à « leur droit à la vérité »

Disparus de la guerre civile : s'ils pouvaient témoigner

Des élèves venus des « deux côtés du pont » tissent des liens

et les tribunes

41 ans après, il est temps de changer, par Samir FRANGIE, ancien député

La « mithaqia » au service des armes, par Hassane RIFAÏ Avocat

Une paix à reconstruire, par général Khalil HÉLOU, vice-président de « Liban Message »

La guerre du dedans, par Hanine GHADDAR, rédactrice en chef du site NOW

 


Pour l'ONG Offrejoie, la commémoration du 13 avril qui marque le début de la guerre au Liban représente l'un des événements les plus importants de l'année. Comme chaque année, c'est sur les marches du musée national que les volontaires d'Offrejoie et de nombreux Libanais se sont rassemblés pour promouvoir l'unité nationale et plaider pour une consolidation de la paix, en mémoire des...

commentaires (3)

Ni même les sœurs Abdelaziz ?

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

13 h 06, le 14 avril 2016

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Ni même les sœurs Abdelaziz ?

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    13 h 06, le 14 avril 2016

  • TRES BONNE INITIATIVE... MAIS IL FALLAIT AVOIR AUX PREMIERS RANGS SAAD HARIRI, HASSAN NASRALLAH, SALAM ET BERRY ET TOUS LES CHEFS DE PARTIS ET DE FORMATIONS POLITIQUES AVEC TOUS LEURS ACCESSOIRES CHRETIENS INCLUS ET LES FAIRE CHANTER LE KOULLOUNA LIL WATAN... PEUT-ETRE, JE DIS PEUT-ETRE, LA FIBRE NATIONALE... MORTE DEPUIS LONGTEMPS CHEZ LA PLUPART ... AURAIT RESSUSCITE PAR MIRACLE !!!

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 02, le 14 avril 2016

  • MISS LIBAN n'était pas invitée ? ! Léééh ?

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    08 h 34, le 14 avril 2016

Retour en haut