X

Moyen Orient et Monde

« La communauté chrétienne s’attendait à un retour de bâton après l’exécution de Qadri... »

Focus

3 000 militants conservateurs étaient encore dans les rues hier, au lendemain de l'attentat de Pâques, pour demander la pendaison d'une chrétienne, mère de cinq enfants et accusée de blasphème.

OLJ
29/03/2016

Les pires craintes des chrétiens du Pakistan se sont matérialisées avec l'attentat qui a ensanglanté un parc de Lahore le jour de Pâques, estiment des militants qui s'attendaient à un retour de bâton après l'exécution d'un assassin islamiste. Une faction dure du mouvement des talibans pakistanais a revendiqué l'attaque qui a fait 72 morts dimanche, assurant que sa cible était les chrétiens, et menaçant d'autres attentats à l'avenir. Des représentants de la communauté chrétienne ont fait part du mauvais pressentiment qui les habitait depuis que le gouvernement avait pendu Mumtaz Qadri, un islamiste radical ayant tué Salmane Taseer, un homme politique favorable à une réforme de la loi controversée sur le blasphème. « La communauté chrétienne s'attendait à un retour de bâton après l'exécution de Qadri, surtout à l'occasion de fêtes religieuses telles que Pâques, estime Shamoon Gill, militant chrétien et porte-parole d'une organisation de défense des minorités. Nous craignions que quelque chose n'arrive. »
Ces craintes n'ont fait qu'augmenter lorsque les islamistes ont organisé le jour de Pâques des prières commémoratives pour Mumtaz Qadri, pendu le 29 février et salué comme un héros par une frange conservatrice de la société. Dans leur revendication, les talibans n'ont pas mentionné l'extrémiste pendu. Mais l'attentat est intervenu au moment même où des heurts opposaient la police à des milliers de partisans de Qadri à Islamabad, réclamant l'application de la loi sur le blasphème et l'exécution d'une chrétienne justement condamnée pour de tels faits, Asia Bibi.
« Des manifestants réclament qu'un assassin (Qadri, NDLR) soit considéré comme un héros de la nation, et le gouvernement les laisse s'exprimer », s'est insurgé Cecil Shane Chaudhry, directeur de la commission nationale Justice et Paix, une ONG chrétienne, accusant les autorités de « s'agenouiller devant les extrémistes ». Le pape François a demandé hier aux autorités du Pakistan de tout faire pour assurer la sécurité de la population et en particulier de la minorité chrétienne, qualifiant l'attentat d'« exécrable ».

Persécutions et discriminations
L'attaque de Pâques est la dernière en date « d'une longue série de persécutions des chrétiens dans le pays », déplore le défenseur des droits de l'homme Hussain Naqi. Les chrétiens sont régulièrement pris pour cible par des extrémistes, notamment en 2013 à Peshawar, quand un double attentat-suicide dans une église avait fait 82 morts. Ils subissent également une discrimination quotidienne dans le monde du travail et vivent sous la menace d'être accusés de blasphème, un chef d'accusation souvent détourné pour régler des comptes personnels, selon les défenseurs des droits de l'homme. Le blasphème est passible de peines allant jusqu'à la peine de mort au Pakistan, république islamique de 200 millions d'habitants, dont 1,6 % à 2 % sont des chrétiens.
De simples accusations peuvent déclencher des lynchages. « Nous transmettons à nos enfants une histoire déformée, ou plutôt fausse, dans laquelle le mollah est pieux et les minorités sont mauvaises, et c'est une tendance très dangereuse, a souligné M. Naqi. Ce n'est pas seulement un problème pour les chrétiens, c'est la même chose pour les hindous et les ahmadis, et c'est pourquoi ils font tout ce qu'ils peuvent (que cela soit légal ou non) pour quitter le pays. »
Une opinion partagée par M. Chaudhry. « Il y a un sentiment d'insécurité grandissant au Pakistan, et quiconque n'est pas musulman n'est pas en sécurité dans ce pays », a-t-il ajouté.
Des militants ont déploré que les autorités cherchent selon eux à sous-estimer les menaces visant la communauté chrétienne. « La cible n'était pas les chrétiens en particulier », a ainsi affirmé un haut responsable de la police, Haider Ashraf, soulignant que beaucoup de victimes de l'attaque de dimanche étaient musulmanes. M. Naqi a accusé le gouvernement d'être dans le déni au sujet des menaces, et d'« essayer de minimiser l'attaque, pour dissimuler sa propre incapacité à protéger les chrétiens et les minorités ».
Hier, environ 3 000 partisans de Mumtaz Qadri étaient toujours rassemblés à proximité des principales institutions pakistanaises dans la capitale. Ils réclament notamment la pendaison d'Asia Bibi, une chrétienne mère de cinq enfants qui est dans le couloir de la mort depuis sa condamnation pour blasphème en 2010.

Gohar ABBAS/AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Relations libano-syriennes : des changements en douce sans polémique gouvernementale

Commentaire de Anthony SAMRANI

Arabes-Israël : une liaison dangereuse

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué