X

Liban

Nouveau report de la séance électorale, mais Hariri reste « optimiste et très patient »

présidentielle

Contrairement à certaines attentes, « la mascarade » du blocage et du vide continue place de l'Étoile, selon les termes du député Samy Gemayel.

S. N. | OLJ
24/03/2016

La séance électorale pour l'élection d'un président a été reportée pour la trente-septième fois hier, pour cause de défaut de quorum. La prochaine séance a été fixée au 18 avril prochain. Malgré le vent d'optimisme entretenu par le chef du courant du Futur, Saad Hariri, la routine du blocage a paru se réinstaller avec ce nouveau report – le second depuis son retour à Beyrouth. Le taux de présence record des députés à la précédente séance, qui s'était élevé à 72 députés (le quorum exigé est de 86), avait semblé annoncer un déblocage prochain de la présidentielle, par un forcing mené par les centristes et le courant du Futur.

Mais ce taux de participation a été revu à la baisse hier, seuls 62 députés s'étant rendus à l'hémicycle.
Et la configuration de la séance reportée est restée, bien entendu, inchangée : les boycotteurs continuent d'utiliser « leur droit constitutionnel » de ne pas se rendre à l'hémicycle, quand bien même ce sont deux candidats, issus de leurs rangs, qui sont en lice, le troisième en lice étant le député centriste Henri Hélou.
En contrepartie, les mêmes parties continuent de se rendre à la séance : le courant du Futur, les Forces libanaises – même si le député Georges Adwan s'est absenté hier, les Kataëb, le Parti socialiste progressiste et Amal. Les députés de leurs blocs respectifs invoquent « un devoir de combler la vacance présidentielle », même s'ils savent que le déblocage nécessite un consensus national.

Pour le député Samy Gemayel, cette scène qui se répète pour la trente-septième fois est « une mascarade ». S'étonnant pour sa part que « les boycotteurs soient les candidats à la présidentielle », le député Élie Marouni les a qualifiés de « fantômes ».
Ce même terme avait été accolé aux boycotteurs dès les premiers mois de la vacance présidentielle. C'est dire que le cercle du blocage a conduit à l'épuisement même du lexique politique. La patience de ceux qui continuent néanmoins de se rendre au Parlement, et de dénoncer le blocage, n'en est pas moins louable.

Rentré la veille d'un voyage en France et en Arabie, le député Saad Hariri s'est rendu hier à l'hémicycle pour la deuxième fois consécutive : il s'est dit « très patient ».
Lors d'un point de presse, il a une nouvelle fois pointé du doigt les boycotteurs, dénonçant l'abus de ce qu'ils estiment être leur droit de ne pas élire un président de la République. « C'est la 37e séance et nous sommes venus exercer notre devoir constitutionnel d'élire un président », a-t-il déclaré, ajoutant que « malheureusement, le boycottage se maintient comme auparavant ». Pour lui, « l'absence d'un bon nombre de députés prouve que certains veulent bloquer la présidentielle, ce qui est inacceptable ».

Aoun et « la légitimité » versatile
La baisse du nombre de présents, en comparaison avec la séance antérieure, n'a pas paru ébranler son optimisme, quand bien même il avait prévu, pour hier, la participation de plus de 80 députés. « Je suis optimiste. Certains députés sont à l'étranger et d'autres ne se sont pas rendus à la séance, mais je suis sûr que s'il y avait une pression réelle, le nombre aurait pu atteindre 80 ou 83 députés, voire plus », a-t-il relevé, en réponse à une question. Considérant la présidentielle comme clé de voûte de la relance institutionnelle, il a tenu à affirmer que le président de la Chambre était de son avis. « Le président Nabih Berry et moi pensons que l'élection d'un nouveau chef de l'État résoudrait de nombreuses crises dans le pays », a-t-il confié. « Notre pays est démocratique et a une Constitution. Un président doit être élu, et nous poursuivrons nos efforts dans ce sens », a ajouté M. Hariri.

En revanche, le chef du bloc du Changement et de la Réforme, le général Michel Aoun, estime que c'est l'élection d'un nouveau Parlement qui préludera à tout le reste. À une question sur la légitimité du Parlement, Saad Hariri a répondu : « Ce Parlement est légitime. Et si le général Aoun affirme qu'il est illégitime, cela ne veut pas dire qu'il l'est. Si nous avions élu le général Aoun à la présidence, le Parlement serait devenu légitime à ses yeux. »
D'une manière générale, Saad Hariri a estimé que « ceux qui boycottent les séances électorales sont responsables de tous les problèmes dans le pays ». D'ailleurs, « le Nord et le Tripoli paient le prix du boycottage », a-t-il relevé, rappelant que « Tripoli est en tête des villes méditerranéennes les plus pauvres ». Il a annoncé à cet égard qu'il soutenait le projet présenté par le député Robert Fadel pour combattre la pauvreté. « Nous lancerons bientôt une initiative avec lui », a révélé Saad Hariri.
La revitalisation socio-économique du pays serait en effet la priorité du chef du courant du Futur, et aurait d'ailleurs motivé sa décision d'appuyer la candidature du député Sleiman Frangié : bien que controversé, cet appui a semblé être le seul moyen d'inciter le Hezbollah au déblocage de la présidentielle, celle-ci étant, pour lui, un préalable nécessaire pour relancer l'économie.

Interrogé sur la perspective d'un dialogue prochain avec le secrétaire général du Hezbollah, M. Hariri a répété qu'il n'était « pas contre cette idée », avant de rappeler toutefois qu'un « véritable dialogue doit mettre fin aux problèmes actuels et aux risques auxquels le pays est confronté ». Il a veillé en outre à souligner une nouvelle fois que « l'élection d'un nouveau président reste une priorité pour moi ».
Sur la possibilité, pour Sleiman Frangié, de prendre part à la prochaine séance, il s'est contenté de répondre : « Sleiman bey est maître de sa propre décision. Nous pouvons seulement espérer qu'il participera à la prochaine séance. »

Pour ce qui est enfin de la perspective d'un compromis irano-saoudien qui donnerait naissance à une nouvelle candidature consensuelle, c'est-à-dire centriste, le chef du courant du Futur a laissé entendre qu'il tenait au candidat actuel qu'il soutient dans les rangs du 8 Mars. « Le dialogue irano-saoudien est un dialogue entre deux pays qui sont en désaccord sur plusieurs questions, et il ne fait pas de doute que ce dialogue améliorerait beaucoup de situations dans la région. Toutefois, au Liban, nous avons deux candidats du 8 Mars. » Et de lancer, dans une énième tentative d'embarrasser le Hezbollah : « Hassan Nasrallah a dit qu'ils avaient gagné (devant l'appui par le 14 Mars à deux candidats issus du 8 Mars, NDLR), alors pourquoi ne célèbrent-ils pas cette victoire à l'hémicycle ? Nous pouvons élire l'un des deux candidats issus de leur rang, qu'ils se rendent donc à la place de l'Étoile. Et pour le Courant patriotique libre, qui aurait l'intention de descendre dans la rue, pourquoi ne pas emprunter plutôt le chemin du Parlement ? »

 

Lire aussi
Présidentielle : deux noms de candidats consensuels circulent, l’éclairage de Philippe Abi-Akl

Les messages de Nasrallah à l'intérieur et à l'extérieur, le décryptage de Scarlett Haddad

Hamadé déplore la chute d'« as-Safir » et d'« al-Akhbar » sur le plan éthique

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

BERY DIT BIEN LES CHOSES...

Henrik Yowakim

Pour le député Samy Gemayel, cette scène qui se répète pour la trente-septième fois est « une mascarade »

PLUTOT LA MASCARADE DU VIDE PRESIDENTIEL QUE LA FARCE DE SON REMPLISSAGE PESTILENTIEL PAR DES GUIGNOLS GENRE LAHOUSS

OU TELS LES 2 CONDIDATS DU 8 MARS SERVILES ALLIEES DE LEUR PARRAIN,LE PARTI D'OCCUPATION ARMEE DU LIBAN, NOMMEEE HIZBOLLAH

FAKHOURI

Nous, les libanais, nous ne voulons aucune confrontation avec personne, ni le Hezbollah ni aucun aucune autre entité
Nous avons donné 15 ans de guerre à nos compatriotes, ça suffit !
Nous voulons une armée forte pour défendre nos frontières, pas une milice qui se prend pour l'état libanais,
Nous, les libanais, nous voulons un Président fort
Nous , les libanais, nous voulons un gouvernement qui gère le pays,
qu'il prenne soin de nous :
- l'électricité sans coupure journalière,
- de l'eau potable à tous les étages
- des rues propres,
- des écoles pour tous nos enfants,
- un travail pour nos jeunes,
bref, un pays serein et dynamique....
qui , dans le panorama politique est capable de nous donner ce petit peu, tout petit peu ?
Aucun des politicards qui règnent dans les locaux de l'assemblée !
alors, continuons à verser nos paroles, nos larmes et tentons de survivre dans notre saleté...

BOSS QUI BOSSE

Saad est en plein apprentissage depuis son retour de bensaoudie par l'aéroport de Beyrouth Rafic Hariri.

La patience est la mere de la sagesse .

Bery tus

il faut comprendre une fois pour toute que personne ne veut de confrontation avec les hommes armees du hezb .. si le 14 mars ou hariri ou bien geagea optent pour une confrontation ils vont utiliser comme en 2008 les armes vers l'interieur !! etes vous prets a une confrontation !?!? peut etre armee ...

car ces personnes qui se referent a l'exterieur et que ceux-ci se pensent etre de notoriete ou dimension regional (ca c'est eux meme qui se nomment ainsi) n'auront pas peur de tout bruler??!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET DAME LA "MARQUISE"... S'AROMATISE DE MEPRISE... ET AVEC SES BÊTISES... COURTISE... PACTISE... ET LEGALISE LA "MAINMISE"...

FAKHOURI

Les dirigeants politiques de notre pays ont atteint leur niveau d'incompétence maximum.
Le point de non retour à une vie politique normale est atteint.
Saad Hariri est optimiste ? Avec son candidat ?
Une façade difficile à maintenir et à consolider
Pour sauver la situation dramatique du Liban il ne s'agit plus de sunnite, chiite, chrétiens et autres confessions. Il s'agit de la vie future des libanais.
On ne peut plus se réfugier sous la tente d'une confession manipulée de l'extérieure.
Ce serait suicidaire de s'imaginer qu'un vieillard de 83 ans est capable de relever le pays.
Ce serait suicidaire de s'imaginer qu'un Frangié a les qualités nécessaires à relever le pays
Alors, les libanais, il faudra bien un jour prendre en main la gestion de notre pays
Généralement, et c'est la loi de la nature, les larmes sont le prélude à la joie
Pour le moment nous pleurons, nous écoutons les sornettes des HN, MA,et d'autres
Ce n'est pas la séance du 18 avril qui apportera une solution
C'est tout une mentalité de profiteurs qu'il faut changer
Mission impossible dans l'état de la situation du pays

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants