Rechercher
Rechercher

Liban - Architecture

Le projet Holcom Beyrouth rafle la deuxième place d’un concours international

L'immeuble de bureaux, situé sur la Corniche du Fleuve, a été classé numéro deux de sa catégorie lors des Mipim Awards 2016, à Cannes.

Le projet Holcom Beyrouth.

Le jury international des Mipim Awards 2016, qui distinguent les projets d'architecture qui sortent du lot dans le monde entier, a dévoilé hier soir la liste des gagnants de cette compétition prestigieuse dont les résultats ont été annoncés au Palais des festivals, à Cannes, sur la Croisette. Le Liban, représenté par le projet Holcom, était parmi les finalistes, en compétition avec Cloud Paris, Evolution Tower (Moscou), et Shanghai Tower. Il a été classé numéro deux, derrière la tour de Shanghai Tower, qui a remporté le prix de la catégorie Meilleur centre d'affaires.


Deux cent trente projets de 42 pays concouraient dans l'une des 11 catégories des Mipim Awards, le Marché international des professionnels de l'immobilier qui réunit chaque année à Cannes les acteurs les plus influents de tout le secteur, offrant un accès inégalé aux plus grands projets de développement et aux sources de capitaux à l'international.


En 2012, l'architecte libanais Marwan Zgheib (cabinet MZ Architects) avait remporté le prestigieux prix, catégorie Meilleur futur projet, attribué pour al-Ain Stadium, commandité par le gouvernement d'Abou Dhabi. En 2015, le prix Architectural Review Mipim Future Projects dans la catégorie Cultural Regeneration avait été décroché par le fondateur du bureau GM Architects, Galal Mahmoud, pour son Musée des civilisations.
Cette année, pour le prix Meilleur centre d'affaires, Holcom Beyrouth dessiné par Lombardini 22 était en compétition avec Cloud Paris (architecte Philippe Chiambaretta), Evolution Tower (Moscou, architecte Gorproject) et Shanghai Tower (architecte Gensler). Les rumeurs le disaient gagnant. Mais le jury en a décidé autrement.

 

(Pour mémoire : Entre Babel et Lucullus, la tour de Lina Ghotmeh trônera au cœur de Paris)


C'est un immeuble de bureaux de « dernière génération » totalisant 35 000 m2 habillés d'une double peau métallique faite de brise-soleil. Un parement décoratif qui lui confère une note toute particulière. L'édifice, situé sur la corniche du Fleuve, est devenu un point de repère immédiatement reconnaissable dans le paysage urbain.
En association avec le bureau libanais AAA (Atelier d'architectes associés), le bâtiment a été réalisé par le groupe italien d'architecture et d'ingénierie Lombardini 22, spécialisé dans la conception architecturale et technique de bureaux, et par DEGW Italie, agence de conseil en design et en aménagement des espaces de travail, qui aide les entreprises à définir leur stratégie d'organisation.

 

(Pour mémoire : Le Libanais Adrian Lahoud, nouveau doyen d'une prestigieuse école d'architecture à Londres)

 

Espaces de travail et art de vivre
Le bâtiment a été construit pour le siège social de la holding Holcom. Il regroupe sur sept étages plus d'une vingtaine d'entreprises et a la particularité d'accueillir jusqu'à 1 000 personnes qui y travaillent et cohabitent au quotidien.


La Holcom Holding apparaît comme deux plans accolés se déployant chacun à sa manière mais formant un ensemble qui s'articule autour d'un vaste patio. L'intérieur est découpé de manière à abriter des patios qui rompent la monotonie des niveaux et jouent un rôle de régulation thermique. La verdure est en effet un élément important du projet : trois petites cours intérieures, des coulées vertes sur deux terrasses, un jardin d'agrumes de 500 m² composé de 65 plantes provenant de cinq espèces différentes, et, en face de l'entrée principale, un mur végétalisé de 90 m². Ces caractéristiques écologiques, qui peuvent être vus de chaque étage et chaque bloc de l'immeuble, créent une atmosphère relaxante et sensible, sans doute unique en son genre dans tout ce quartier qui abrite principalement des bâtiments industriels et de vieilles constructions en mal de rénovation.


Le projet, qui est aussi bien esthétique que fonctionnel, concilie espaces de travail et art de vivre. Le design a été pensé pour assurer la flexibilité de l'aménagement des bureaux et des salles de conférences. Les puits de lumière et la fluidité de la circulation permettent de définir des espaces clairs, précis et ergonomiques, la maîtrise de la consommation de l'énergie, ainsi qu'une architecture réinterprétant modernité et tradition. À ce projet ont collaboré l'ingénieur de structure Nabil Hennaoui, l'ingénieur mécanique Nabil Hanna et l'ingénieur électrique Gilbert Tambourgi.


Le Mipim, rendez-vous mondial des investisseurs, architectes, promoteurs qui débattent des projets innovants, groupes hôteliers, entreprises énergétiques proposant de nouvelles solutions de construction, distingue des projets dans plusieurs catégories, à savoir Meilleur complexe médical, Meilleur complexe hôtelier et touristique, Meilleur immeuble rénové, Meilleur projet résidentiel, Meilleur projet futur, Meilleur centre d'affaires ou encore prix spécial du jury.

 

 

Lire aussi
Libanaise, elle devient la première femme à la tête de l'école d'architecture de Columbia

Hashim Sarkis prend la tête de l'école d'architecture de MIT

Le jury international des Mipim Awards 2016, qui distinguent les projets d'architecture qui sortent du lot dans le monde entier, a dévoilé hier soir la liste des gagnants de cette compétition prestigieuse dont les résultats ont été annoncés au Palais des festivals, à Cannes, sur la Croisette. Le Liban, représenté par le projet Holcom, était parmi les finalistes, en compétition avec...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut