X

À La Une

Accusé d'encourager l'islamophobie, l'écrivain Kamel Daoud se retire du débat public

Polémique

L'écrivain algérien a été mis en cause pour deux textes concernant les agressions sexuelles commises pendant la nuit de la Saint-Sylvestre à Cologne.

OLJ/AFP
21/02/2016

L'écrivain algérien Kamel Daoud annonce dans une lettre reproduite samedi par le quotidien français Le Monde qu'il renonce au débat public et au journalisme après avoir été accusé par un groupe d'universitaires d'"alimenter les fantasmes islamophobes".

Dans une tribune parue dans Le Monde du 12 février, un collectif d'historiens, de sociologues, de philosophes et d'anthropologues réagissait à deux textes de l'écrivain concernant les agressions sexuelles commises pendant la nuit de la Saint-Sylvestre à Cologne, en Allemagne, dont les auteurs seraient des migrants.

Kamel Daoud affirmait notamment que "le sexe est la plus grande misère dans le monde d'Allah" et que "la femme est niée, refusée, tuée, voilée, enfermée ou possédée".
"Aujourd'hui, avec les derniers flux d'immigrés du Moyen-Orient et d'Afrique, le rapport pathologique que certains pays du monde arabe entretiennent avec la femme fait irruption en Europe", avait-il par ailleurs écrit.

 

(Pour mémoire : « Je me sens en communion avec Beyrouth »)

 

"Que des universitaires pétitionnent contre moi aujourd'hui, à cause de ce texte, je trouve cela immoral : parce qu'ils ne vivent pas ma chair, ni ma terre", écrit le romancier dans une lettre à son ami, l'essayiste américain Adam Shatz.
Le lauréat du prix Goncourt du premier roman en 2015 pour "Meursault, contre-enquête", juge également "illégitime que certains (le) prononcent coupable d'islamophobie depuis des capitales occidentales et leurs terrasses de café où règnent le confort et la sécurité".

"Nous vivons désormais une époque de sommations. Si on n'est pas d'un côté, on est de l'autre", et "comme autrefois l'écrivain venu du froid, aujourd'hui l'écrivain venu du monde +arabe+ est piégé, sommé, poussé dans le dos", ajoute Kamel Daoud.
Il dénonce au passage "le préjugé du spécialiste : je sermonne un indigène parce que je parle mieux que lui des intérêts des autres indigènes et post-colonisés".

"Je vais donc m'occuper de littérature (...) j'arrête le journalisme sous peu", conclut l'écrivain qui tenait une chronique dans Le Quotidien d'Oran. "Je vais aller écouter des arbres ou des coeurs. Lire. Restaurer en moi la confiance et la quiétude. Explorer. Non pas abdiquer mais aller plus loin que le jeu de vagues et des médias", écrit-il.

 

 

 

Pour mémoire
L’Arabe, l’autre, c’est mon frère

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Halim Abou Chacra

Et encore une chose. Les universitaires en question sont choqués parce que l'écrivain et journaliste Kamed Daoud a écrit : "le sexe est la plus grande misère dans le monde d'Allah" ? Qu'ils viennent vivre quelques mois dans ce monde d'Allah pour voir si Kamel Daoud ne dit pas la vérité.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Le Brelan branlant d'intégristes déistes monothéistes ? Une M.rde divisée par Trois.

Halim Abou Chacra

Plus royalistes que le roi ces intellectuels qui accusent l'écrivain Kamel Daoud "d'encourager l'islamophobie". Des causeurs "de terrasses de café où règnent le confort et la sécurité" et qui, très probablement, ne connaissent rien de l'islam ni de la "terre d'islam". L'écrivain les fait taire par une phrase : "qu'ils pétitionnenet contre moi, je trouve cela immoral : parce qu'ils ne vivent pas ma chair, ni ma terre". Magistral !

Henrik Yowakim

L'écrivain algérien Kamel Daoud annonce dans une lettre reproduite samedi par le quotidien français Le Monde qu'il renonce au débat public et au journalisme après avoir été accusé par un groupe d'universitaires d'"alimenter les fantasmes islamophobes

LA VIOLENCE SYMBOLIQUE ET LE TERRORISME INTELLECTUEL ET MEDIATIQUE ONT TROUVEE LA PANACEE POUR FAIRE TAIRE LES CRITIQUES ADRESSEES CONTRE LES DERIVES DES COOMUNAUTARISMES ISALAMIQUE OU JUIF HALAL /KASHER :CETTE PANACEE C’EST L’IGNOBLE CHANTAGE A L'ISLAMOPHOBIE OUA L'ANTISEMTISME.

BELLE TECHNIQUE POUR IMMUNISER LES COMMUNAUTARISMES TRIBALISTES IISLAMIQUES OU JUDAIQUES CONTRE LES QUESTIONNEMENETS ET LES REGARDS CRITYIQUES CONSIDEREES COMME RACISTES, SACRILEGES, REACTIONNAIRES, FASCISTES,NAZIS, EXTREME DROITISTE.

DESORMAIS VOUS POUVEZ VOUS POUVES TUER, VOUS LIVRER AU RAPT, AU VIOL EN TOUTE IMPUNITE SI VOUS APPARTENEZ A CES 2 COMMUNAUTES .

ET SI QUELQU'UN VOUS DERANGE/AGACE/IMPORTUNE AVEC SES CRITIQUES VOUS POUVEZ LE REDUIRE AU SILENCE EN L'ACCUSANT D'ALIMENTER L'ISLAMO OU LA JUDEOPHOBIE.C'EST LA MEME BONNE VIEILLE METHODE QU'UTILISAIENT LES INQUISITEURS DU MOYEN AGES QUI ACCUSAIENTT LEURS VICTIMES DE CHRISTIANOPHOBIE OU DE THEOPHOBIE.AVANT DE LES ENVOYER SE CARBONISER SUR LE BUCHER .

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre Amal et le Hezbollah, des conflits latents

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants