X

À La Une

El-Qaëda renforce son contrôle sur la côte sud du Yémen

Conflit

Ces avancées permettent aux jihadiste d'assoir un contrôle total sur la route côtière reliant Moukalla à Zinjibar. 

OLJ/AFP
06/02/2016

Des membres d'el-Qaëda se sont emparés samedi du quartier général de la police dans une ville du sud du Yémen et ont érigé de nouveaux barrages, renforçant ainsi leur emprise sur la route côtière du golfe d'Aden, ont indiqué des sources de sécurité.

Les jihadistes, qui contrôlent certaines parties du sud du pays en guerre, ont pris le siège de la police de Zinjibar, chef-lieu de la province d'Abyane, aux forces progouvernementales qui ont fui la ville, ont affirmé à l'AFP des sources de sécurité. Le réseau extrémiste contrôle depuis des semaines plusieurs bâtiments publics à Zinjibar et est également présent dans la localité voisine de Jaar.

En début de semaine, les jihadistes d'el-Qaëda avaient réussi à s'emparer de la localité d'Azzan dans la province de Chabwa et ils contrôlent également les villes côtières de Choqra et Ahwar. Ces avancées leur permettent d'assoir un contrôle total sur la route côtière reliant Moukalla, leur bastion dans le sud-est, à Zinjibar, voisine de la ville d'Aden. Aden a été déclarée "capitale provisoire" du pouvoir reconnu par la communauté internationale, alors que les rebelles chiites Houthis contrôlent la capitale Sanaa.

 

(Lire aussi : Yémen: fin d'un cessez-le-feu qui n'a jamais fait taire les armes)

 

Les sources de sécurité ont ajouté qu'el-Qaëda dans la Péninsule arabique (Aqpa) avait nommé Tawfik Belaïdi, frère de Jalal Belaïdi tué jeudi par un drone américain, "émir (chef) de Zinjibar". Selon le département d’État américain, Jalal Belaïdi était le leader d'el-Qaëda dans plusieurs provinces du Yémen. Les États-Unis, qui considèrent Aqpa comme la branche la plus dangereuse du réseau fondé par Oussama ben Laden, promettaient cinq millions de dollars pour sa capture.

Les États-Unis bombardent les jihadistes depuis des années au Yémen, leurs raids n'ayant pas cessé avec la guerre qui oppose depuis mars 2015 les rebelles chiites aux forces progouvernementales. Les loyalistes, soutenus par une coalition militaire arabo-sunnite menée par l'Arabie saoudite, ont repris Aden, Lahj, Abyane, Chabwa et Daleh aux rebelles chiites depuis juillet. Mais la coalition arabe n'a jusqu'à présent pas visé les jihadistes qui reprennent du terrain dans le sud, mènent des attaques mortelles contre des responsables du gouvernement et combattent les forces loyalistes.

 

Lire aussi

Yémen : De la révolution à la guerre par procuration

Engagées au Yémen, les monarchies du Golfe sont moins actives contre l'EI, selon un haut gradé US

Yémen : un dialogue qui s’ouvre dans une configuration largement modifiée

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué