X

Moyen Orient et Monde

Fabius condamne le régime de Damas et dénonce ses atrocités

Diplomatie

Le chef de l'opposition syrienne, Riad Hijab, reçu à l'Élysée.

12/01/2016

La diplomatie française a repris sa vitesse de croisière hier tant au Quai d'Orsay qu'à l'Élysée avec, à midi, le discours du ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius lors de la cérémonie traditionnelle des vœux à la presse et l'audience accordée par le président François Hollande à 14h00 au coordonnateur du Haut Comité de l'opposition syrienne, Riad Hijab.
En effet, la situation en Syrie figurait déjà en bonne place dans l'allocution du chef de la diplomatie qui a rappelé la position de la France tant à l'égard du conflit syrien que par rapport aux résolutions de l'Onu qui doivent ouvrir la voie à un cessez-le-feu puis à des pourparlers en vue d'un règlement du conflit.

De la condamnation des bombardements des populations civiles par les aviations syrienne et russe aux contours de la Syrie de demain en passant par l'exigence d'une autorité de transition disposant de pouvoirs étendus comprenant celui de la présidence de la République, M. Fabius a rappelé les exigences de la France pour qu'une solution politique soit trouvée en Syrie avec le concours de la communauté internationale. Qualifiant cette position française de ferme et juste, le chef de la diplomatie française a estimé qu'il n'y a pas encore de règlement en Syrie. Il a ajouté que la fermeté de la ligne politique de Paris s'est illustrée aussi lors des discussions sur le nucléaire iranien.
Fermeté également, a poursuivi M. Fabius, vis-à-vis de « Daech » et à l'égard de la conjoncture syro-irakienne. Il a indiqué qu'il venait de rencontrer le chef de l'opposition syrienne, Riad Hijab, et qu'une similitude de vues entre lui et son hôte a été constatée, notamment sur la nécessité d'un arrêt des raids aériens contre les zones peuplées de civils, sans oublier le fait que « le régime de Damas ne saurait être celui de la Syrie de demain ».

Le discours de M. Fabius comprenait également, au chapitre du Moyen-Orient, une attitude française favorable à la solution de deux États, israélien et palestinien.
Pour 2016, le ministre a fixé quatre priorités : la sécurité et la paix, l'avenir de la planète, la conjoncture actuelle en Europe et le rayonnement de la France dans le monde.

(Lire aussi : L'aide humanitaire est entrée à Madaya)

 

Riad Hijab à l'Élysée
Concertation franco-syrienne également en début d'après-midi à l'Élysée entre le président Hollande et le leader de l'opposition syrienne, Riad Hijab.
À l'issue de cette réunion, l'Élysée a fait paraître un communiqué indiquant que le « président de la République a souligné la nécessité de mettre en œuvre sans délai la résolution 2254 du Conseil de sécurité, adoptée en décembre dernier, qui appelle à la mise en place d'une transition politique en Syrie fondée sur le communiqué de Genève », rappelant que Bachar el-Assad ne saurait jouer un rôle dans la Syrie de demain.
Et le communiqué de poursuivre : « Le président a rappelé le plein soutien de la France à la plateforme d'opposition de Riad Hijab et s'est félicité de la pleine disposition de l'opposition syrienne à reprendre les négociations avec le régime syrien sur un ordre du jour précis. »
Il a appelé à la mise en place de mesures humanitaires immédiates, en priorité dans les zones assiégées et notamment Madaya, et en vue de construire les conditions d'un cessez-le-feu crédible.
Enfin, le communiqué élyséen affirme que la volonté du régime syrien de négocier serait jugée à l'aune de la cessation de ses bombardements aveugles et de sa politique visant à affamer des villes entières, en violation flagrante du droit international.

De son côté, M. Hijab a déclaré que son entretien avec le président français a mis en relief la similitude des vues de la France et de l'opposition syrienne sur les événements de Syrie, le processus de transition et l'avenir de la Syrie.
Il a plaidé la cause de l'opposition face à la sauvagerie du régime. Il a rejeté les exigences du régime et d'autres parties prenantes aux négociations sur la Syrie d'obtenir à l'avance les noms des membres de la délégation de l'opposition syrienne aux pourparlers. « Nous choisirons en toute indépendance et souveraineté nos délégués sans demander l'aval à qui que ce soit », a-t-il souligné.
M. Hijab a rappelé les atrocités du régime qui, selon lui, est le « créateur de Daech et des autres groupements terroristes », ajoutant qu'aucune composante du régime actuel à Damas ne saurait faire partie de la solution et qu'en aucun cas « le peuple syrien n'accepterait que Assad, son régime ou n'importe quel élément de celui-ci reste en place après tous les massacres et les crimes qu'ils ont commis ».

 

Commentaire
Guerre froide au Moyen-Orient

Lire aussi
Des intellectuels chiites lancent une « déclaration » de soutien à Madaya

 

Ces internautes qui se moquent de la famine à Madaya

 

Les fragiles tentatives de solution en Syrie compromises par l'escalade entre Riyad et Téhéran

 

 

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Gebran Eid

FABIUS CONDAMNE LE RÉGIME DE DAMAS. QUELLE NOUVEAUTÉ !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"M. Hijab a rappelé les atrocités du régime qui est le créateur de Daech et des autres groupements terroristes, ajoutant qu'aucune composante du régime actuel à Damas ne saurait faire partie de la solution et qu'en aucun cas le peuple syrien n'accepterait que cet aSSadique, son (régime) ou n'importe quel élément de celui-ci reste en place après tous les massacres et les crimes qu'ils ont commis." ! Point barre.
Juste pour ceux qui n'ont encore RIEN compris !

Bery tus

Quatre cent civils de la ville assiégée de Madaya, en Syrie, "ont besoin d'une évacuation d'urgence cette nuit", a indiqué l'ambassadeur néo-zélandais à l'ONU Gerard van Bohemen.

Il s'exprimait à l'issue de consultations du Conseil de sécurité sur la situation dans cette ville rebelle, assiégée depuis six mois par l'armée syrienne et qu'un premier convoi humanitaire a pu atteindre lundi.

aux detracteurs des affirmations de famines sur madaya !! LISEZ BIEN SVP

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Le califat est mort, vive le califat

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pompeo et les nuances entre le fond et la forme

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué