Rechercher
Rechercher

À La Une - Syrie

A Raqqa, un jihadiste exécute sa mère qui l'implorait de quitter l'EI

Le jeune Syrien, 20 ans, a abattu sa mère d'une balle dans la tête devant une centaine de personnes rassemblées sur une place de la capitale de facto du groupe jihadiste.

Photo du jihadiste tirée de Facebook et reprise par l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH)

Un jihadiste syrien de 20 ans a exécuté en public sa mère qui avait tenté de le convaincre d'abandonner le groupe Etat islamique (EI), a affirmé vendredi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

La mère, Lina, une postière de 40 ans, a effectué les 50 km reliant Tabaqa, où elle habite, à Raqqa, capitale de facto de l'EI, pour implorer son fils, Ali Sakr, de la suivre en lui exprimant ses craintes qu'il trouve la mort dans des bombardements de la ville par la coalition conduite par les Etats-Unis.
Le jeune homme, qui a appartenu successivement aux modérés de l'Armée syrienne libre (ASL) et au Front Al-Nosra, branche syrienne d'el-Qaëda, avant l'EI, a aussitôt informé ses supérieurs qui ont arrêté cette femme pour "apostasie" . Il a ensuite abattu mercredi sa mère d'une balle dans la tête devant une centaine de personnes rassemblées sur une place de Raqqa face à la Poste.

L'OSDH a recensé un cinquantaine de "crimes" méritant la mort chez l'EI. Parmi eux figurent notamment l'adultère, l'homosexualité, la zoophilie et le fait pour un jihadiste "d'exposer ses parties génitales".
"Trahir des musulmans", critiquer un sermon religieux, travailler avec la coalition, couper des routes et ... capturer et torturer un militant anti-EI ou un adversaire armé sans autorisation des autorités jihadistes, figurent parmi la liste des actions considérées comme un délit par l'EI.

L'EI s'est fait connaître pour ses atrocités, notamment les exécutions par décapitation, la mise à mort par le feu ou la destruction de monuments appartenant au patrimoine mondial de l'humanité.

 

 

Lire aussi

Pour rester à la Une, l'EI pousse plus loin la barbarie

Comment témoigner de la (sur)vie à Raqqa sans se faire tuer par Daech


Un jihadiste syrien de 20 ans a exécuté en public sa mère qui avait tenté de le convaincre d'abandonner le groupe Etat islamique (EI), a affirmé vendredi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).La mère, Lina, une postière de 40 ans, a effectué les 50 km reliant Tabaqa, où elle habite, à Raqqa, capitale de facto de l'EI, pour implorer son fils, Ali Sakr, de la suivre en lui...

commentaires (10)

S'il a tué sa mère c'est bien le bourrage de crane de sa religion qui l'a inspiré On s'en fiche de la religion : on ne tue pas sa mère qui l'a mis au monde Il est inutile de nous informer des préceptes de la religion islamique (elle génère avec Daesch un barbarisme que même Hitler n'a pas atteint) Car promettre le paradis au ciel après la mort c'est d'une absurdité dans le cas de ce crime On est vraiment tenté de devenir athée

FAKHOURI

22 h 05, le 08 janvier 2016

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • S'il a tué sa mère c'est bien le bourrage de crane de sa religion qui l'a inspiré On s'en fiche de la religion : on ne tue pas sa mère qui l'a mis au monde Il est inutile de nous informer des préceptes de la religion islamique (elle génère avec Daesch un barbarisme que même Hitler n'a pas atteint) Car promettre le paradis au ciel après la mort c'est d'une absurdité dans le cas de ce crime On est vraiment tenté de devenir athée

    FAKHOURI

    22 h 05, le 08 janvier 2016

  • L'horreur absolue. Il n'y a pas de mot.

    LS

    21 h 12, le 08 janvier 2016

  • Heureusement que "Le paradis est sous les pieds des mères".....

    Je partage mon avis

    16 h 54, le 08 janvier 2016

  • Oufffff !! Le top de la barbarie !!!

    Halim Abou Chacra

    16 h 41, le 08 janvier 2016

  • Il devait être très fâché ce démocrate anti Assad. Il ne devait savoir dans son anti assadisme que l'islam dit par exemple en parlant des propres géniteurs, et je cite: la takollahoumma ouffa... ou par encore: wa bil walidayni i7ssana etc. Etc..

    Ali Farhat

    16 h 16, le 08 janvier 2016

  • Drogué au Captagon fabriqué par le camps adverse.....

    Je partage mon avis

    15 h 09, le 08 janvier 2016

  • NE FAISONS PAS L'ERREUR DE PARLER DE CRIME DE RELIGION DANS CE CAS . OU EST CE QU'ON DIT DANS L'ISLAM QU'IL FAUT ASSASSINER SA MERE OU SON PERE ????? SI VOUS SAVIEZ CE QUE DIT LE CORAN D'UNE MERE ET D'UN PERE , VOUS COMPRENDREZ QUE LA BENEDICTION DE VOS PARENTS PASSENT AVANT CELLE DE TOUT IMAN OU PROPHETE . C'EST DE L'EMBRIGADEMENT MAFIEUX ? COMME ON LE FAISAIT DANS TOUTES LES IDEOLOGIES NAZIS , COMMUNISTES , SECTAIRES ETC... NE TOMBEZ PAS DANS L'AMALGAME FACILE QU'ON FAIT AVEC DU RELIGIEUX .

    FRIK-A-FRAK

    13 h 33, le 08 janvier 2016

  • Tuer sa mère c'est la folie extrême d'une organisation qui ne peut pas avoir d'avenir, qui est condamnée à sa perte Sans éthique, sans morale, le fanatisme religieux est artificiel pour en tirer le maximum d'argent au prix de morts inutiles mais hélas sans possibilité de les éviter Ce sera long de revenir à une vie citoyenne normale pour ces jeunes détraqués seule la mort les attend

    FAKHOURI

    13 h 11, le 08 janvier 2016

  • CE TARE A LA TETE VIDE AURA DROIT A DEUX FOIS 72 DIABLESSES... EN ENFER... POUR SON CRIME ABJECT...

    ABOLIR LA CENSURE = REABONNEMENT ET SOUTIEN.

    12 h 55, le 08 janvier 2016

  • CA C'EST LE COMBLE DE LA BARBARIE BESTIALE DES BACTERIES SALAFOWAHABITES . ABATTRE SA MERE !!!!!?????? MAIS FILS DE ... TE COMPARER A UN ANIMAL SERAIT LA PLUS GRANDE INSULTE QU'ON POURRAIT LUI FAIRE , CE MEC DEVRAIT CREVER DE LA MORT LA PLUS LENTE ET LA PLUS ATROCE JAMAIS FAITE A UN BATARD PAREIL ! ET SEULE TA MERE CONTINUERAI A TE PLEURER , LE SAIT IL ? CETTE MER.E HUMAINE .

    FRIK-A-FRAK

    12 h 44, le 08 janvier 2016

Retour en haut