X

À La Une

Donald Trump s'est trouvé un rival de poids: Ted Cruz

États-Unis

Cruz a pris un léger avantage dans les intentions de vote des républicains dans l'Iowa.

OLJ/AFP/Ivan Couronne
07/01/2016

Les primaires présidentielles américaines commenceront le 1er février dans l'Iowa. Donald Trump mène la course républicaine au niveau national, mais dans le petit Iowa il est devancé dans les sondages par le sénateur Ted Cruz, dont l'ascension agace passablement le milliardaire. Finie l'amabilité d'antan entre les deux hommes. Donald Trump a ressorti des tiroirs un vieux dossier sur Ted Cruz: sa naissance au Canada il y a 45 ans, et son éventuelle inéligibilité à la présidence des États-Unis.

La Constitution américaine énonce trois critères d'éligibilité: avoir 35 ans ou plus, résider aux États-Unis depuis au moins 14 ans, et être "né citoyen naturel" ("natural born citizen"). Cette dernière clause est ambigüe. Elle exclut les citoyens naturalisés, sans définir ce qu'est un citoyen "naturel". Mais de nombreux experts estiment que Ted Cruz étant né d'une mère américaine (son père est cubain), il est naturellement américain et absolument éligible. Devançant la polémique, Ted Cruz a renoncé l'an dernier à sa nationalité canadienne.

Donald Trump, interrogé par le Washington Post lundi, a sauté sur l'occasion pour relancer les insinuations. "Les républicains vont devoir se demander: est-ce que nous voulons un candidat qui risque d'être bloqué par les tribunaux pendant deux ans?" a-t-il dit. "Je détesterais qu'une telle chose lui arrive".
"Les gens vont continuer à faire du bruit politique sur ce sujet, mais d'un point de vue juridique, la question est réglée", a balayé Ted Cruz mardi depuis l'Iowa, citant les précédents de John McCain, né dans la Zone du canal du Panama, ou de Barry Goldwater, né en Arizona avant l'intégration aux États-Unis.

Les deux hommes se jaugent depuis des mois car ils chassent sur les mêmes terres, chacun représentant à sa façon le rejet du "système" et des appareils politiques. Ted Cruz a été élu au Sénat en 2012, porté par la vague du Tea Party, et est le meneur des rebelles du Congrès, constamment en conflit avec son propre parti, jugé trop accommodant avec Barack Obama.
Jusqu'à présent, Ted Cruz est le candidat qui ménageait le plus Donald Trump, même quand tout le parti tombait sur l'homme d'affaires pour ses sorties anti-musulmans et ses autres outrances. En retour, Donald Trump, 69 ans, a dit en décembre, lors d'un débat, que le sénateur texan avait "un tempérament merveilleux".

 

( Lire aussi : Rubio et Cruz, novices en politique, experts en démagogie )

 

L'Iowa, premier test
Mais Ted Cruz a depuis pris un léger avantage dans les intentions de vote des républicains dans l'Iowa, avec 31% contre 27% pour Donald Trump. Une avance peu concluante mais qui a suffi à déclencher l'exaspération du milliardaire.

Le profil du sénateur, qui défend depuis des années des causes religieuses, correspond a priori mieux aux nombreux électeurs conservateurs évangéliques de l'État. Les résultats des consultations de l'Iowa sont fameusement imprévisibles. La participation est faible (20%) et la majorité des électeurs se décident dans les derniers jours. Sans compter que les vainqueurs des deux dernières consultations, en 2008 (Mike Huckabee) et 2012 (Rick Santorum), ne furent que des étoiles filantes.

Pour Donald Trump, une défaite dans l'Iowa écornerait son image de leader incontesté. "J'adorerais gagner l'Iowa. L'Iowa est très important pour moi", a-t-il dit au Post.

 

(Lire aussi : Ces petits arrangements avec la vérité des candidats à la Maison-Blanche... )

 

Les démocrates
Sur le papier, 12 républicains sont encore en lice. Derrière MM. Trump et Cruz se placent le sénateur de Floride Marco Rubio, d'origine cubaine, le docteur noir à la retraite Ben Carson, et Jeb Bush, frère et fils des deux présidents Bush.

Côté démocrate, la course se joue entre la favorite Hillary Clinton, 68 ans, et le sénateur indépendant et socialiste Bernie Sanders, 74 ans. Un troisième candidat marginal, Martin O'Malley, 52 ans, passe beaucoup de temps dans l'Iowa dans l'espoir d'un coup d'éclat.

Hillary Clinton avait terminé troisième dans l'Iowa en 2008 derrière Barack Obama et John Edwards. Elle est aujourd'hui largement en tête des sondages (50% contre 37% pour Sanders) mais son équipe investit considérablement en temps et en argent, consciente qu'une défaite marquerait un terrible début d'année. Elle a maillé l'État et déjà dépêché la candidate 35 journées, selon le décompte du Des Moines Register. "Je sais que si on commence bien ici dans l'Iowa, on aura fait la moitié du chemin", a déclaré Hillary Clinton lundi à Davenport.


 

Lire aussi

Donald Trump lance sa première pub télévisée de campagne

Les présidentiables américains, des confiseurs sans trêve

« Il existe indéniablement une attraction entre Donald Trump et Vladimir Poutine »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

c'est 2 zigoto ne vont meme pas sentir le tapis de la maison blanche !!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES LUNATIQUES SONT A LA MODE...

Halim Abou Chacra

Ce Donald Trump paraît réellement un clown. Comment est-ce possible chez le parti républicain ?

AIGLEPERçANT

Après la guerre chiite/sunnite chez nous , voilà la guerre entre métèque du Blond contre le Moreno .

looolll............

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.