Économie

Le ministère de l’Économie et la LTA vont collaborer dans le traitement des plaintes

Liban - Lutte anticorruption
P.H.B. | OLJ
06/01/2016

Le ministre de l'Économie et du Commerce, Alain Hakim, et la présidente de la Lebanese Transparency Association (LTA), Me Nada Abdel Sater-Abou Samra, ont signé hier, au ministère, un protocole d'accord mettant en place un mécanisme de redirection des plaintes et d'échanges d'information dans les domaines de la lutte anticorruption et de la protection des consommateurs au Liban.
« Dorénavant, toute demande communiquée à travers l'assistance téléphonique de la LTA et qui est du ressort de la direction de la protection du consommateur du ministère de l'Économie va être directement transmise à cette dernière par le personnel de l'ONG », explique à L'Orient-Le Jour la présidente de la LTA, Nada Abdel Sater-Abou Samra. « De la même manière, toutes les plaintes recueillies par le ministère et concernant des cas de corruption dans l'administration ou le secteur privé vont être automatiquement communiquées à la LTA qui les prendra ensuite en charge », complète M. Hakim. La LTA est l'antenne régionale de l'ONG Transparency International investie dans la lutte contre la corruption des gouvernements et institutions gouvernementales dans le monde. La direction de la protection du consommateur et la LTA possèdent chacun son propre numéro d'assistance réservé aux usagers (respectivement le 1739 et le 03/868303).
« Ce mécanisme n'est que le volet visible de cet accord qui doit également permettre d'améliorer la transmission d'informations entre le ministère et la LTA et de familiariser les fonctionnaires avec les normes internationales de lutte anticorruption », ajoute M. Hakim. « Cette initiative s'inscrit dans le cadre de la stratégie du ministère de l'Économie pour assainir l'administration et améliorer la qualité des services publics au Liban », expose-t-il encore. « Dans cette optique, le ministère entreprend depuis 2014 de renforcer sa coopération avec les organisations spécialisées dans ce domaine », poursuit-il. C'est dans cet esprit que M. Hakim a signé le 8 décembre 2015 un protocole d'accord avec l'ONG libanaise Sakker el-Dekkené afin de renforcer les capacités du ministère en matière de lutte contre la corruption, une première au Liban.
« Sakker el-Dekkené est actuellement en train de réaliser un premier audit sur le fonctionnement interne du ministère afin de déterminer les axes d'amélioration de ses services pour atteindre les objectifs fixés dans ce domaine », explique encore M. Hakim, qui espère un premier rapport intermédiaire « d'ici à un mois ». Il précise enfin que « l'effort de modernisation initié par cette coopération ne va pas provoquer des changements structurels dans l'organigramme du ministère – et donc augmenter ses dépenses – mais vise uniquement à améliorer les services existants ».

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre les États-Unis et le Liban, des relations qui se compliquent

Commentaire de Anthony SAMRANI

MBS et le retour de flammes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants