X

À La Une

La diatribe de Trump contre les musulmans fâche ses partenaires commerciaux dans le Golfe

controverse

"Les consommateurs musulmans au Moyen-Orient n'ont strictement aucune voix dans la prochaine élection présidentielle - mais ils peuvent toujours voter avec leurs portefeuilles".

OLJ/AFP
09/12/2015

Une enseigne de magasins basée dans le Golfe a stoppé la vente des produits de la marque détenue par Donald Trump après l'appel controversé du milliardaire américain à fermer les frontières américaines aux musulmans.

Les boutiques de décoration d'intérieur Lifestyle, basées à Dubaï, ont retiré de la vente les produits de la marque de Donald Trump pour "respecter les sentiments de tous ses clients", selon l'enseigne.
"A la lumière des récentes déclarations du candidat à la présidentielle dans les médias américains, nous avons suspendu la vente de tous les produits de la gamme de décor d'intérieur Trump", a expliqué le PDG de Lifestyle Sachin Mundhwa dans un communiqué.

La chaîne Lifestyle possède 160 magasins au Moyen-Orient, au Pakistan et en Afrique. Elle vend une collection de produits de la gamme Trump tels que des décorations d'intérieur, des accessoires pour le bain, des lampes ou des miroirs décoratifs.

De son côté, le groupe Damac Properties, de Dubaï, partenaire du milliardaire américain pour construire le prestigieux Trump International Golf Club, a pris ses distances avec les déclarations du candidat, privilégiant les relations commerciales. "Nous voudrions insister sur le fait que notre accord est avec la Trump Organisation comme l'un des premiers opérateurs de golf au monde", a déclaré son vice-président Niall McLoughlin dans un communiqué transmis à l'AFP. "De ce fait, nous ne nous exprimerons pas sur le programmes politique ou personnel de M. Trump, ni sur le débat public aux Etats-Unis", a-t-il déclaré.

Le complexe de golf Trump de Dubaï, qui doit être achevé en 2016, comprendra un terrain de 18 trous, des résidences de luxe et des hôtels particuliers développés par Damac.

 

(Lire aussi : Aux États-Unis, la diatribe de Trump renforce le malaise des musulmans)

 

Les déclarations controversées de Trump, dans lesquelles il appelle à "l'arrêt total et complet de l'entrée des musulmans aux Etats-Unis", ont alimenté les appels à couper les relations commerciales avec lui.
Le directeur de la Sécurité générale de Dubaï, le général Dahi Khalfan, a estimé que Trump ne devrait pas faire de commerce aux Emirats. "S'il ne veut pas que les musulmans viennent aux Etats-Unis, pourquoi veut-il faire du commerce avec les musulmans aux Emirats arabes unis?", a-t-il déclaré au quotidien 7Days UAE.
"Les consommateurs musulmans au Moyen-Orient n'ont strictement aucune voix dans la prochaine élection présidentielle - mais ils peuvent toujours voter avec leurs portefeuilles", écrit de son côté l'éditorialiste Ed Attwood dans le magazine Arabian Business.

Sans aller jusqu'à suspendre son partenariat avec Donald Trump, le groupe émirati Al-Tayer a qualifié les déclarations du candidat républicain de "déplorables".

En août 2015, le riche et puissant homme d'affaires émirati, Khalaf Ahmad al-Habtoor, avait qualifié la candidature de Donald Trump à la présidentielle américaine de "courant d'air frais". Un avis qu'il n'a pas tardé à changer : "J'étais dans l'erreur et je n'ai pas honte de l'admettre", a-t-il écrit dans The National, le 25 novembre dernier.

 

Lire aussi
En Occident, un discours antimusulman décomplexé et d'une violence inédite

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ali Farhat

Ça les fâche? Alors pour la première fois, j'espère que Trump gagné les élections
!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

EST-CE TRUMP QUI EST À BLÂMER... OU SES PARTENAIRES DES DEUX FACES DE LA MÊME MONNAIE ?

VIRAGE CONTRÔLÉ

Heureusement que les bensaouds réagissent à ce zouave mais oublient de réagir aux exactions des salafowahabites quand ils salissent leur conception de l'islam.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre Amal et le Hezbollah, des conflits latents

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants