Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Analyse

La France doit-elle impliquer l’armée syrienne dans la lutte contre l’EI ?

La proposition de Paris divise les experts.

Le président français François Hollande et le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius. Jacky Naegelen/AFP

Impliquer dans la lutte internationale contre le groupe État islamique (EI) une armée syrienne dont Bachar el-Assad n'assurerait plus le leadership : cette proposition inédite, avancée par la France et favorablement accueillie par l'Allemagne, divise les experts.
Engagés dans des bombardements contre l'EI mais opposés à l'envoi de leurs troupes au sol, les Occidentaux cherchent des solutions mettant à contribution des forces de la région qui serviraient leurs intérêts.
« Il y a deux séries de mesures : les bombardements (...) et des forces au sol, qui ne peuvent pas être les nôtres, mais qui peuvent être à la fois des forces de l'Armée syrienne libre, des forces arabes sunnites, et pourquoi pas des forces du régime, et des Kurdes également bien sûr », déclarait vendredi le chef de la diplomatie française Laurent Fabius.

 

 

(Lire aussi : Qui peut vaincre l'Etat islamique sur le terrain?)


Il a précisé qu'une participation de l'armée syrienne supposait le départ préalable du président Bachar el-Assad, demande récurrente de la France. En filigrane du raisonnement de Paris, la hantise de retomber dans le scénario irakien de 2003, lorsque le démantèlement de l'armée par l'occupant américain avait conduit au chaos. « L'idée est de ne pas répéter ce qu'avait fait Paul Bremer (l'administrateur américain à Bagdad) quand il avait mis en œuvre la débaassification du régime irakien », fait-t-on valoir de source diplomatique française. Des pans entiers du pouvoir de Saddam Hussein, dont de nombreux militaires, s'étaient retournés contre les forces américaines et avaient nourri l'insurrection islamiste. Ces hommes constituent aujourd'hui une partie des dirigeants de l'EI, en Irak et en Syrie. « Il faut éviter de saper les instruments essentiels de l'État syrien... Il faut un atterrissage contrôlé, une transition ordonnée », selon la même source.


L'Allemagne, dont le gouvernement a décidé hier de fournir une aide militaire à la coalition internationale en Syrie, approuve la proposition française. « Il y a une partie des troupes en Syrie que l'on peut tout à fait prendre en compte », a affirmé dimanche la ministre allemande de la Défense Ursula von der Leyen, insistant, comme Paris, sur le fait qu'il n'y a « pas d'avenir avec Assad ».

 

(Pour mémoire : Fillon: Contre l'EI, il faut soutenir le Hezbollah, les Kurdes et les armées syrienne et irakienne)

 

Quelle armée syrienne ?
Mais, s'interroge David Butter, du centre de réflexion Chatham House (Londres), de quelle armée syrienne parle-t-on ? « Est-ce qu'on parle des services de renseignements, des miliciens des Forces de défense nationale, des mercenaires, du Hezbollah, de l'Iran (les gardiens de la révolution) ou, au milieu de tout cela, de l'armée syrienne ? »


Par ailleurs, l'armée régulière est-elle à la fois motivée et capable de contrôler les territoires à dominante sunnite sous le joug de l'EI ? Rien n'est moins sûr, souligne Steve Biddle, expert défense au Council on Foreign Relations (CFR, Washington). « Il n'est pas certain que l'armée syrienne soit motivée par la conquête de territoires sunnites, fait-il valoir. Et même s'ils parvenaient à prendre Raqqa, il n'est pas certain qu'ils soient capable d'y maintenir la stabilité, alors que la population sunnite considère les alaouites comme des oppresseurs. »


Pour François Heisbourg, chercheur à la Fondation de recherches stratégiques (FRS), impossible de réconcilier armée régulière et rebelles, qui s'affrontent depuis plus de quatre ans. « Et dire qu'il faut encourager l'armée syrienne à se battre contre l'EI avant de résoudre le problème politique, c'est raisonner à l'envers. Il faut d'abord un cessez-le-feu et créer une nouvelle réalité politique », dit-il. « Nous travaillons pour une transition politique », assurait de fait M. Fabius lundi.
Deux réunions internationales, associant pour la première fois les alliés militaires du régime syrien, Moscou et Téhéran, ont eu lieu à Vienne. Une feuille de route a été mise au point, prévoyant une réunion de l'opposition et d'éléments du régime syrien, la mise en place d'un gouvernement de transition et l'élaboration d'une nouvelle Constitution.


Pour d'autres, le simple fait d'imaginer collaborer avec l'armée syrienne sans Bachar el-Assad est illusoire.
« Impossible de dissocier l'armée syrienne de Bachar. Elle lui est totalement inféodée, tranche un haut responsable militaire français, qui affirme s'exprimer en son nom personnel. Continuer à dire qu'il n'est pas l'avenir de la Syrie est contre-productif. Nous allons être obligés de traiter avec un homme et un régime abominables, mais je ne vois pas tellement d'autre choix. »

 

 

Lire aussi

Fabius : Une collaboration avec l'armée syrienne envisageable si Assad n'est plus aux commandes

Quand l'Arabie et le Qatar deviennent des alliés encombrants pour la France...

Il faut renouer avec les services syriens, estiment d'anciens responsables français

 


Impliquer dans la lutte internationale contre le groupe État islamique (EI) une armée syrienne dont Bachar el-Assad n'assurerait plus le leadership : cette proposition inédite, avancée par la France et favorablement accueillie par l'Allemagne, divise les experts.Engagés dans des bombardements contre l'EI mais opposés à l'envoi de leurs troupes au sol, les Occidentaux cherchent des...

commentaires (8)

AFFIRMATION : « Il y a une partie des troupes en Syrie que l'on peut tout à fait prendre en compte », a affirmé dimanche la ministre allemande de la Défense. QUESTIONS : QUAND LES ALLIES ONT LIBEREE L’ALLEMAGNE HITLERIENNE ONT ILS PRIS EN COMPTE « UNE PARTIE DES TROUPES » NAZIES POUR DENAZIFIER LA NOUVELLE ALLEMAGNE ? OU BIEN LES ONT-ILS JUGEES A NUREMBERG POUR CRIMES DE GUERRE ET CRIMES CONTRE L’HUMANITE ? ET QUAND LES AUTHORITES AMERICAINES ONT COFFREE LE GANGSTER AL CAPONE ONT-ILS PRIS EN COMPTE « UNE PARTIE DE SES TROUPES » DE GANGSTERS POUR DEALCAPONISER ET PURGER LA VILLE DE CHICAGO DE SES GANGSTERS ?

Henrik Yowakim

07 h 39, le 03 décembre 2015

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • AFFIRMATION : « Il y a une partie des troupes en Syrie que l'on peut tout à fait prendre en compte », a affirmé dimanche la ministre allemande de la Défense. QUESTIONS : QUAND LES ALLIES ONT LIBEREE L’ALLEMAGNE HITLERIENNE ONT ILS PRIS EN COMPTE « UNE PARTIE DES TROUPES » NAZIES POUR DENAZIFIER LA NOUVELLE ALLEMAGNE ? OU BIEN LES ONT-ILS JUGEES A NUREMBERG POUR CRIMES DE GUERRE ET CRIMES CONTRE L’HUMANITE ? ET QUAND LES AUTHORITES AMERICAINES ONT COFFREE LE GANGSTER AL CAPONE ONT-ILS PRIS EN COMPTE « UNE PARTIE DE SES TROUPES » DE GANGSTERS POUR DEALCAPONISER ET PURGER LA VILLE DE CHICAGO DE SES GANGSTERS ?

    Henrik Yowakim

    07 h 39, le 03 décembre 2015

  • AFFIRMATION : « L’'idée est de ne pas répéter ce qu'avait fait Paul Bremer quand il avait mis en œuvre la débaassification du régime irakien » QUESTION : QUELLE ETAIT L’AUTRE ALTERNATIVE ? REBAASSIFIER LE NOUVEL IRAK AVEC LES DECHETS ET LES GANGSTERS BAASSISTES DE L’ANCIEN REGIME? ET SI LE CHAOS AVAIT ETE PLANIFIEE PAR LES AMERICAINS QUE REPRESENTAIT LE GENTIL BREMER, INDEPENDAMMENT DU DEMANTELEMENET DES TROUPES IRAKIENNES? QUO QU’IL EN SOIT LA DECISION DE RENFLOUER LE BOUCHER DE DAMAS SEMBLE DEPUIS LONGTEMPS PRISE, CAR IL FAUT DES GANGSTERS A L’OCCCIDENT POUR GARDER LES PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT DANS LEUR ETAT DE SOUS DEVELOPPEMENT POLITIQUE ET DE MISERE SOCIALE ET ECONOMIQUE. COMME LE RAPPELAIT UN EXPERT MILITAIRE ANONYME : « Nous allons être obligés de traiter avec un homme et un régime abominables, mais je ne vois pas tellement d'autre choix. » ABOMINABLES POUR QUI, POUR QUOI ? ABOMINABLES SUREMENT POUR LEURS VICTIMES LOCALES MAIS FORMIDABLES POUR L’OCCIDENT DEVENU CES DERNIERS TEMPS DE PLUS EN PLUS MACHIAVELIQUE CYNIQUE ET MINABLE.

    Henrik Yowakim

    07 h 39, le 03 décembre 2015

  • La France n'a rien à faire en Syrie, ni rien à gagner Elle ne pèse pas lourd dans la balance internationale malgré le grand tam tam de COP21 Ce ne sont pas les piqures de moustique des Rafale qui arriveront à détruire Daesh, enfant de la Syrie et de l'Iran. Normal 1er brasse de l'air et nous enfume de ses grandes déclarations Ce n'est pas le grand bon en avant dans les sondages actuelles qui prouvent les capacités de cet homme à gérer un pays comme la France au bord du gouffre qui se pointe à l'horizon Il est honteux que cet homme exploite, avec une publicité malsaine, la mort de 130 français innocents et s'en servir pour prouver qu'il fait son travail qu'il n'a jamais été capable de faire On sait comment il a géré le département de la Corrèze (qui croule sous la dette) et le parti socialiste. de plus, il a ces jours ci Ségolène Royal qui ne rate pas une occasion pour pérorer Couple ayant eu des enfants et jamais marié... Ou est l'éthique dans tout ça ? Le réveil de la France va être dur, dur

    FAKHOURI

    13 h 20, le 02 décembre 2015

  • Hubert Vedrine disait hier dans un entretien télévisé qu'à un moment donné des faits , le nom de celui qui devra assurer la sécurité de la Syrie , importera peu ! En d'autres termes moins diplomatiques , c'est ce que les russes et les iraniens disent depuis le début du complot . Les occicons continuent à croire que la Syrie c'est comme tous ces pays arabes décadents où l'état ne survivrai pas à son chef et Héros Bashar . C'est tout nouveau dans leurs calculs non encore recyclés , même que la résistance héroique du Hezb survivra à la disparition de son chef charismatique , Hassan Nasrallah !.

    FRIK-A-FRAK

    12 h 04, le 02 décembre 2015

  • Avec son cynisme cinglé, on peut concevoir qu’un pédant puisse cracher son venin sans sourciller. A cet instant où la fierté n’a plus droit de cité, trahir conduit ce falbala de Fabius à préconiser de se lier avec l’aSSadique afin de détruire cet EI. Seuls les ineptes parient encore sur les velléités étatiques d’un régime bandit pareil. Qui fait subir à son peuple les pires sévices depuis 45 ans, et les bombardements depuis près de 5 ans ! Le (c)hébél-lionceau, "digne" héritier de son Hâfiz de malheur, veut faire croire que le "rectificatisme" qui avait si bien réussi était toujours de mise. Profitant des imbécilités du "roquet" français, il continue à massacrer dans l'indifférence générale. Surtout qu'il se retrouve conforté dans ses crimes par les âneries aussi ignobles d'un falbala François pareil. Avec un aussi beau satisfecit, pourquoi muer et ne + continuer impunément à écraser ces civils et à les noyer dans leur propre sang ! Ainsi épargné, il peut continuer à apprivoiser sa ménagerie bääSSyrienne héritée, et l’imbiber encore plus de servilité. Car à quoi bon changer, on n'a jamais inventé mieux que le "comPlotisme" pour mieux écraser une Révolution, et continuer à prôner ce statuquo aSSadiot au nom de la "lutte" commune contre ce Dâïîsch-EI. Après son lâchage par ce falbala même pas honteux, le Sain syrien se retrouve tout seul à nu. Mais le Beau Printemps Arabe perdurera jusqu’à son entrée à Damas. Car il vibre librement au diapason de cette Sœur Printanière !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    11 h 14, le 02 décembre 2015

  • La France de Normal 1er ,ne pèse pas grand chose dans ce dossier , si ce n'est un pouvoir de nuisance reconnu...qui d'ailleurs, n'est pas vraiment souhaiter par les décideurs...

    M.V.

    07 h 45, le 02 décembre 2015

  • Khâââï ! Ils en ont encore, pour au moins cinq ans de guerre en plus. Nous, à cause d'eux, on en a eu Quinze ! Bien fait pour leur gueule.

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    06 h 00, le 02 décembre 2015

  • mais general, ne dit-on pas qu'on ne sacrifie pas la libertee au nom de la securite?!?! VENEZ NOUS LES LIBANAIS NOUS POUVONS VOUS EN PARLER D'AUJOURD'HUI JUSQU'A DEMAIN ET SE SERA PAS SUFFISANT !!

    Bery tus

    03 h 17, le 02 décembre 2015

Retour en haut