Rechercher
Rechercher

À La Une - france

Il faut renouer avec les services syriens, estiment d'anciens responsables français

"Les services spéciaux sont faits pour discuter avec ceux avec lesquels on ne veut pas afficher de connivence", estime Alain Chouet.

Après les attentats du 13 novembre à Paris, il faudrait tenter de relancer la coopération entre services secrets français et syriens, estiment d'anciens hauts responsables des services français de renseignement. AFP PHOTO / FRANCOIS NASCIMBENI

Après les attentats du 13 novembre à Paris, il faudrait tenter de relancer la coopération entre services secrets français et syriens, qui n'aurait pas dû être interrompue, estiment d'anciens hauts responsables des services français de renseignement.

Dans un entretien à l'hebdomadaire Valeurs Actuelles, l'ancien directeur central du renseignement intérieur, Bernard Squarcini, affirme qu'il y a deux ans, après qu'il eût quitté ses fonctions, "les services syriens" lui avaient "proposé une liste de Français combattant en Syrie".
"On m'a opposé un refus pour des raisons idéologiques", dit-il. "C'est dommage car la proposition était une bonne amorce pour renouer nos relations et surtout pour connaître, identifier et surveiller tous ces Français qui transitent entre notre pays et la Syrie. Résultat : on ne sait rien d'eux et on perd beaucoup de temps à demander des informations aux agences allemandes, qui sont toujours restées sur place, mais aussi jordaniennes, russes, américaines et turques".

Interrogés par l'AFP, deux anciens responsables de services de renseignement français vont dans le même sens : certes, le régime de Damas et ses services, responsables de centaines de milliers de morts, ne sont pas officiellement fréquentables, mais le massacre du 13 novembre devrait amener Paris à faire preuve de pragmatisme et à renouer des liens pouvant peut-être permettre d'empêcher de nouvelles attaques.
"Les services spéciaux sont faits pour dîner avec le diable. Sinon, on n'a pas besoin de nous", estime Alain Chouet, ancien chef du service de "renseignement de sécurité" à la DGSE (service d'espionnage français). "On n'est pas là pour parler aux bonnes sœurs. Si on est des services secrets, c'est pour que ça reste secret et que ça n'engage pas l'État dans une reconnaissance d'un groupe terroriste ou d'un gouvernement avec lequel on ne veut pas officiellement discuter". "Si c'est un gouvernement avec lequel on veut parler, il y a les diplomates pour ça", ajoute-t-il. "Les services spéciaux sont faits pour discuter avec ceux avec lesquels on ne veut pas afficher de connivence".

"Corde raide"
Malgré les dénégations officielles il n'est pas impossible que, sous une certaine forme, des liens aient été conservés avec Damas, confie l'ancien chef d'un service français de renseignement, qui demande à rester anonyme.
"Le renseignement, c'est un métier pratique, pragmatique", dit-il. "Si on sait qu'un service étranger peut nous amener quelque chose, on peut être amené à s'affranchir de cette position officielle, sans le dire à personne (...) Vu le contexte actuel, une liste des Français combattant en Syrie, on ne devrait pas cracher dessus".
"Souvent, l'autorité politique ne veut pas vraiment savoir. Il n'y a jamais de consigne écrite. Tout se fait au téléphone. Je n'ai jamais rendu compte à mes autorités de tutelle des services avec lesquels j'entretenais des relations, et on ne m'a jamais rien demandé. C'est un exercice permanent de corde raide", ajoute-t-il.

Il cite l'exemple d'un "pays du Maghreb", sans davantage de précision, avec lequel consigne avait été passée de couper les ponts. "Certains services ont dit +non, on continue avec eux parce qu'il y a trop de choses en jeu+".
"Dans ce cas, tout dépend des relations entre le chef de service et son autorité de tutelle. Parfois, il a l'oreille des plus hautes autorités de l'État", ajoute-t-il, rappelant en souriant que le directeur actuel de la DGSE, Bernard Bajolet, avait rencontré à l'ambassade de France à Alger, en 1978, un stagiaire de l'Ecole nationale d'administration (ENA) nommé François Hollande.

"Si cette histoire de liste de Français en Syrie est vraie, à mon sens ce n'est pas une bonne idée d'avoir refusé (...) La République n'a rien à gagner à rompre complètement les ponts", note Alain Chouet. "Qu'on ne veuille pas afficher une connivence publique avec Damas, c'est compréhensible, mais si on a des services spéciaux c'est pour contourner ce genre de choses, quand on en a besoin et que notre sécurité est menacée. Là c'est le cas. Je ne sais pas s'ils nous auraient été d'une grande aide dans l'histoire du 13 novembre, mais en tout cas en ne faisant rien, on était sûr de ne rien avoir..."

 

Lire aussi
« Nous sommes tous français », lance Obama à Hollande

Les relations entre Paris et Riyad en question après les attentats

« Les terroristes ne sont pas bêtes, ils attendront que ça se calme »

Après les attentats du 13 novembre à Paris, il faudrait tenter de relancer la coopération entre services secrets français et syriens, qui n'aurait pas dû être interrompue, estiment d'anciens hauts responsables des services français de renseignement.Dans un entretien à l'hebdomadaire Valeurs Actuelles, l'ancien directeur central du renseignement intérieur, Bernard Squarcini, affirme qu'il...
commentaires (7)

IL FAUT SUREMENT QUE LES SR FRANCAIS RENOUENT ET RENOUENT AVEC LA VERMINE BAAASISTE DES SR SYRIENS ET SE SOUMETTENT A LEUR CHANTAGE TERRORISTE .SR SYRIENS DONT LES CRIMES SONT LEGION ET LES MASQUES ORGANISATIONNELLES INFINIES ET QUI ONT ASSASSINE ENTRE AUTRES: L'AMBASSADEUR FRANCAIS DELAMARE LE CHERCHEUR FRANCAIS SEURAT LE CHIFFREUR DE L'AMBASSADE CAVALLO LE PRESIDENT DE L'AUB A BEYROUTH M.KERR FAIT SAUTER LES CONTINGENTS FRANCAIS ET AMERICAINS DE LA FORCE MULTINATIONALE RESPECTIVEMENET 58 ET 241 VICTIMES,AINSI QUE LA FAMILLE LIBANAISE DU GARDIEN DE L’IMMEUBLE, ORGANISE LES ATTENTATS DE LA RUE MARBEUF, COMMANDITE L'ASALA ATHORESSSE ENTRE AUTRES DE L'ATTENTAT/CARNAGE D'ORLY, Teleguide le FPLP et patronne ses exavctions terroristes en France par Carloss interposes :explosions à la voiture piégée devant les locaux parisiens de L'Aurore, de Minute et de L'Arche, l’attentat à la grenade contre le drugstore Saint Germain, abattage de Raymond Dous et Jean Donatini, deux inspecteurs de la DST ,de l’explosion du train Paris Toulouse le Capitole ETCETERA. COMMANDITE AU LIBAN ENTRE AUTRES L'ASSASSINAT DES PRESIDENTS GEMAYEL ET MOAWAD, CELUI DES MILLIERS D'OPPOSANTS AU GANG DES ASSAD, ET CREE LE DERNIER DE SES MONSTRES: LE DAECH AUTHORESSE DES ATTENTATS DU BATACLAN.

Henrik Yowakim

20 h 11, le 25 novembre 2015

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • IL FAUT SUREMENT QUE LES SR FRANCAIS RENOUENT ET RENOUENT AVEC LA VERMINE BAAASISTE DES SR SYRIENS ET SE SOUMETTENT A LEUR CHANTAGE TERRORISTE .SR SYRIENS DONT LES CRIMES SONT LEGION ET LES MASQUES ORGANISATIONNELLES INFINIES ET QUI ONT ASSASSINE ENTRE AUTRES: L'AMBASSADEUR FRANCAIS DELAMARE LE CHERCHEUR FRANCAIS SEURAT LE CHIFFREUR DE L'AMBASSADE CAVALLO LE PRESIDENT DE L'AUB A BEYROUTH M.KERR FAIT SAUTER LES CONTINGENTS FRANCAIS ET AMERICAINS DE LA FORCE MULTINATIONALE RESPECTIVEMENET 58 ET 241 VICTIMES,AINSI QUE LA FAMILLE LIBANAISE DU GARDIEN DE L’IMMEUBLE, ORGANISE LES ATTENTATS DE LA RUE MARBEUF, COMMANDITE L'ASALA ATHORESSSE ENTRE AUTRES DE L'ATTENTAT/CARNAGE D'ORLY, Teleguide le FPLP et patronne ses exavctions terroristes en France par Carloss interposes :explosions à la voiture piégée devant les locaux parisiens de L'Aurore, de Minute et de L'Arche, l’attentat à la grenade contre le drugstore Saint Germain, abattage de Raymond Dous et Jean Donatini, deux inspecteurs de la DST ,de l’explosion du train Paris Toulouse le Capitole ETCETERA. COMMANDITE AU LIBAN ENTRE AUTRES L'ASSASSINAT DES PRESIDENTS GEMAYEL ET MOAWAD, CELUI DES MILLIERS D'OPPOSANTS AU GANG DES ASSAD, ET CREE LE DERNIER DE SES MONSTRES: LE DAECH AUTHORESSE DES ATTENTATS DU BATACLAN.

    Henrik Yowakim

    20 h 11, le 25 novembre 2015

  • Ces "grandes" défaites de malheur, ces "Français" les ont vécues comme une fatalité. Tellement humiliés, qu’ils ont appris à cultiver leur peur et se sont emmurés dans leur fatuité. Comme s'ils avaient opté par atavisme pour une servitude-vantardise à laquelle ils s'accrochaient comme à un rempart contre leur "propre" malheur. Les rares Courageux d’entre eux qui avaient osé, ont fini lâchement lâchés car "donnés"…. comme le Jeune, Gentil et Courageux adolescent : Guy Môquet ! Levez-vous en sa mémoire, bandes de "Français" !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    16 h 38, le 25 novembre 2015

  • Trop tard ! Normal 1er à saboté depuis 3 ans, la politique étrangère de la France et l'efficacité de la lutte anti-terroriste ...mais ,il y a encore une possibilité, c'est de demander des infos sur les djidadistes français en Syrie et au M.O , aux renseignements russes...

    M.V.

    13 h 03, le 25 novembre 2015

  • L'ABRUTISSEMENT N'EST PAS L'APANAGE DES SEULS LIBANAIS...

    LA LIBRE EXPRESSION

    12 h 43, le 25 novembre 2015

  • la france devrait envoyer ses terroristes a bashar,pour les faire parler sous la torture....le regime syrien est spec ialiste en la matiere...

    HABIBI FRANCAIS

    12 h 39, le 25 novembre 2015

  • "Il faut (Renouer!) avec les services aSSaSSins aSSadiques." ! De tout temps ils ont Collaboré avec l'Ennemi, ces Français ! Contre la Commune de Paris avec le Boche-Boucher Bismarck, en tant que Versaillais ; et contre De Gaulle avec le Nazillon Hitler, en tant que Vichystes Pétainistes ! E la nave va !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    12 h 38, le 25 novembre 2015

  • En tout cas, si la France n'a pas eu besoin des SR syriens qui lui ont été proposés par le régime du héros Bashar il y a 2 ans sur ordre de valls les boules , pourquoi ayant eu des informations de sites terroristes salafowahabites en Syrie et en Irak par d'autres , la France n'a pas attaqué ces termitières bactérielles alors qu'elle fait partie d'une "coalition" depuis 1 an et demi ??? A contrario et pour faire plus simple , qu'est ce que la France du trio de pieds nickelés hollandouille/valls/fabius bombardait avant le 13/11 ??????? Des termitières , sûrement , mais pas les bonnes !

    FRIK-A-FRAK

    12 h 10, le 25 novembre 2015

Retour en haut