X

À La Une

Syrie : la Turquie et l'Otan haussent le ton contre Moscou

Syrie

Sur le terrain, l'intervention russe se poursuit sans relâche.

OLJ/AFP
05/10/2015

La Turquie et l'Otan ont haussé le ton lundi contre la Russie, mettant en garde contre la violation de l'espace aérien turc par les avions russes opérant en Syrie et la sommant de cesser les raids visant selon elles les civils.

Dans ce contexte explosif, les jihadistes du groupe État islamique (EI) qui contrôlent la moitié du territoire syrien ont poursuivi leur campagne de destruction du site antique de Palmyre en réduisant en poussière son célèbre Arc de triomphe.

Au sixième jour de la campagne aérienne russe contre les groupes rebelles en Syrie, dont l'EI, la Turquie a annoncé que des F-16 turcs avaient intercepté samedi un chasseur russe le forçant à faire demi-tour, et que deux chasseurs turcs avaient été "harcelés" dimanche lors d'une mission de patrouille par un MIG-29 non identifié.

Réunis en urgence à Bruxelles, les 28 pays de l'Alliance atlantique, dont la Turquie, ont jugé les incursions aériennes russes "extrêmement dangereuses", dénonçant "un comportement irresponsable", selon une déclaration conjointe. Quelques heures plus tôt, le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu prévenait que son pays activerait ses règles d'engagement si son espace aérien était violé.

Ankara et Moscou ont des points de vue diamétralement opposés sur la guerre en Syrie, pays voisin de la Turquie ravagé par la guerre. Ankara veut le départ du président Bachar el-Assad, tandis que Moscou appuie le régime Assad et exècre les rebelles, surtout l'EI et les jihadistes du Front al-Nosra, branche syrienne d'el-Qaëda.

Depuis le Chili, le secrétaire d’État américain John Kerry a estimé que les avions de combat russes auraient pu être abattus en représailles. "C'est précisément le genre de choses contre lesquelles nous avons mis en garde" et "c'est pour cela que nous avons entamé des conversations avec la Russie pour être certains qu'il n'y a pas de possibilité de conflit accidentel", a-t-il dit.

 

(Décryptage : Syrie : Les conséquences de l'implication militaire russe en 5 questions)

 

Nouvelles frappes russes

Le Pentagone et la Russie ont eu des conversations début octobre sur les moyens d'éviter des incidents dans les airs au-dessus de la Syrie, les raids russes venant s'ajouter à ceux d'une coalition internationale emmenée par les États-Unis qui bombarde depuis plus d'un an l'EI.

Lancée le 30 septembre, l'intervention russe se poursuit sans relâche. Moscou a annoncé lundi avoir mené des frappes sur neuf cibles, dont le détail semble indiquer qu'elles ont visé en majorité des positions appartenant à d'autres groupes que l'EI, notamment le Front al-Nosra.

Selon le ministère russe de la Défense, les frappes visent à "désorganiser la chaîne de commandement et à endommager la logistique des terroristes". L'aviation russe a frappé dans la province de Homs (centre), dans celle de Lattaquié (ouest) et dans Idleb (nord-ouest).

Outre son soutien indéfectible au régime syrien, les détracteurs de l'intervention russe en Syrie reprochent à Moscou le fait que ses frappes ne se concentrent pas sur l'EI et visent aussi des groupes rebelles dits "modérés" soutenus par les États-Unis. Selon une ONG et des militants sur place, les frappes ont aussi fait de nombreuses victimes civiles.

"Les Alliés appellent la Fédération russe à immédiatement cesser ses attaques contre l'opposition syrienne et les civils", selon la déclaration de l'Otan. Ils ont exprimé leur "grave préoccupation" face aux frappes en particulier à Hama, Homs et Idlib, "qui ont fait des victimes civiles et ne visaient pas" l'EI.

 

En visite à Bruxelles, le président turc Recep Tayyip Erdogan a discuté avec le président du Conseil européen, Donald Tusk, de la zone de sécurité qu'Ankara veut installer le long de sa frontière avec la Syrie. Mais la Russie est contre la création d'une zone d'exclusion aérienne en Syrie, selon un diplomatie russe.

 

Lire aussi

Pour Erdogan, la Syrie ne peut être forcée de choisir entre Assad et l'EI

La crise du Moyen-Orient et le risque mondial

Les priorités occidentales : ne frapper que l'EI et garantir l'unité territoriale syrienne

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

M.V.

Et pendant ce temps là, l'aviation turque viole l'espace aérien irakien et syrien et frappe les kurdes principaux résistants fiables à Daech ,Al-Nosra et comparses ..et personne ne proteste ...? , c'est bizarre...!

FAKHOURI

C'était à prévoir !!!!
et ce n'est pas fini ce genre "aventurisme"
La Russie va nier cet incident. C'est la méthode héritée du "sovietisme"... Et qu'elle est la formation de Poutine : pur fruit, pur sucre KGB : sous Brejniev.
Il s'en est échappé sous Eltsine !!!!
Un vrai bouillon de culture bolchevique !
L'action russe en Syrie risque de devenir en erruption dans tout le Moyen Orient.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Et d'un, et de deux, et de trois ! Après l’Ukraine et la Syrie, le voilà embourbé avec la Turquie ! Le Nain poutinien est ainsi presque cuit.

ON DIT QUOI ?

Mais pourquoi fabius flanque de son handouille ne disent ils pas a erdo le salafiste wahabite light de ne se concentrer que sur l'ei et d'oublier un peu le PKK qui lui frappent sur l'ei ???

Ah pour l'incident russo turc , Poutine doit vachement trembler en ce moment , il craint que erdo light bombarde Moscou demain matin comme un huluberlu nous le claironne depuis pas mal de temps .
Les Syriens du Heros ont deja envoye dans le fond des oceans 2 chasseurs turcs en 2012/2013.

On ne joue pas au poker ( menteur) quand on a pas le sou , erdo light .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET LE BORDEL S,ACTIVE DE PLUS EN PLUS...

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants