X

À La Une

Le fils d'un député jordanien, auteur d'un attentat suicide de l'EI en Irak

Terrorisme

Mazen al-Dhalaein indique avoir appris la mort de son fils, '"Abou Baraa" de son nom de guerre, après avoir vu sa photo sur des comptes de jihadistes de l'EI.

OLJ/AFP
02/10/2015

Le fils d'un député jordanien est mort cette semaine dans un attentat suicide qu'il a perpétré en Irak et qui a été revendiqué par l'organisation Etat islamique (EI), ont rapporté vendredi des médias jordaniens.

Le député Mazen al-Dhalaein (indépendant) a confirmé au site d'information Khaberni la mort de son fils Mohamed en Irak. Il a indiqué avoir appris la mort d'"Abou Baraa" de son nom de guerre, après avoir vu sa photo sur des comptes de jihadistes de l'EI qui revendiquaient cette semaine une attaque suicide contre l'armée irakienne dans la banlieue d'Al-Jaraishi, au nord de Ramadi (ouest), ville tombée aux mains d'EI en mai.

Mohamed al-Dhalaein, 23 ans, étudiait la médecine en Ukraine avant de décider cet été de rejoindre le groupe EI, en se rendant en Irak via la Turquie puis la Syrie, selon son père.

Le député a indiqué que le dernier contact qu'il avait eu avec son fils remontait au mois d'août. Ce dernier l'avait alors informé dans un message qu'il avait "été enregistré pour un attentat suicide (qui devait être perpétré) bientôt". "Il me considérait ainsi que sa mère comme des apostats et essayait de nous convaincre de rejoindre l'EI", a-t-il ajouté.

Les médias jordaniens ne précisent pas la date exacte de la mort du jihadiste, mais l'avocat islamiste Moussa Abdullat a précisé à l'AFP que le fils du député avait été tué mardi dans une attaque contre l'armée irakienne. Selon l'avocat, près de 4.000 Jordaniens font partie des groupes jihadistes en Irak et en Syrie, pays voisins de la Jordanie. "80% d'entre eux ont rejoint l'EI", a-t-il ajouté, précisant que 420 jihadistes jordaniens ont été tués en Irak et en Syrie depuis 2011.

 

Lire aussi

Les musulmans modérés ne font "pas assez" pour lutter contre l'EI, estime Rania de Jordanie

En Jordanie, des demandeurs d'asile irakiens s'impatientent en rêvant d'Europe

Réfugiés syriens: en Jordanie, l'approche sécuritaire prime sur l'humanitaire

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué