X

À La Une

Bassil appelle les pays arabes à accueillir des réfugiés syriens

crise

Le Liban devait inciter les réfugiés syriens à retourner dans les régions de leur pays qui sont "sûres", mais "sans les forcer", estime le chef de la diplomatie.

OLJ/Reuters
11/09/2015

Les pays arabes doivent partager le fardeau de l'accueil des réfugiés qui fuient la guerre en Syrie, a déclaré jeudi le ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil.

La plupart des quatre millions de réfugiés syriens ont été accueillis dans les pays voisins, dont plus d'1,1 million au Liban. L'accueil très limité par les riches pétromonarchies du Golfe de réfugiés de Syrie a suscité critiques et interrogations sur la solidarité arabe, alors que des milliers de personnes risquent leur vie pour parvenir en Europe, qui a décidé d'en accueillir des dizaines de milliers.

"Les pays de la région peuvent nous aider sur cette question des réfugiés, ils peuvent les recevoir", a déclaré Gebran Bassil à Reuters. "Si un réfugié syrien est accueilli dans un pays arabe de la région, c'est beaucoup plus facile pour ce pays, et aussi pour le réfugié lorsqu'il pourra rentrer chez lui." "Tout ceux qui sont concernés par le conflit en Syrie, pays européens, occidentaux ou arabes, doivent partager le fardeau, et pas seulement financièrement (...) Il est de la responsabilité de tous les pays arabes de partager ce fardeau", a-t-il insisté.

M. Bassil a ajouté que le Liban devait inciter les réfugiés syriens à retourner dans les régions de leur pays qui sont "sûres", mais "sans les forcer".

Selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), il y a également 1,9 million de réfugiés syriens en Turquie, 629.000 en Jordanie, 250.000 en Irak, 132.000 en Egypte et 24.000 en Afrique du Nord. Près d'un demi-million sont arrivés depuis le début de l'année sur le territoire de l'Union européenne.

 

Lire aussi
Hollande bientôt au Liban en signe de solidarité face à la crise politique et au flux de réfugiés

Entre les pays du Golfe et les réfugiés, un désintérêt mutuel

À son tour, l'Amérique latine ouvre les bras aux réfugiés du Moyen-Orient

« Les trafiquants, ce sont les Daech de la mer »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

CBG

ils ne l ont pas fait pour les palestiniens...pourquoi le feront il pour les syriens?

FAKHOURI

C'est bien d'accueillir les réfugiés. C'est humain et normal. Et avant de parler de les aider à rentrer dans leur pays,
il faudra éradiquer le petit Hitler et Daech
Ce n'est pas demain la veille.
La Russie , comme l'Iran, ne sont pas disposés à aider à mettre au rancard ces deux malades de la terreur
Et pourtant c'est la seule solution pour résoudre le problème des réfugiés.

Halim Abou Chacra

Je dois avouer que c'est le seul rêve que je partage avec le ministre Bassil.

M.V.

L'Iran est en Asie mineure ..et les " perse picaces" ne sont pas toujours à l'écoute...

FAKHOURI

Et pourquoi pas l'Iran ,
Ce pays est un des responsable de cette catacombe
et principal initiateur

M.V.

Enfin , un geste de solidarité arabe ...trop attendu.... depuis le Maroc jusqu'aux Emirats....

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : lorsque sonne l’heure...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué