L’édito de Élie FAYAD

Le système...Quel système ?

L’édito
29/08/2015

Les gens ont mille fois raison d'en avoir assez. Il y a bien aujourd'hui dans ce pays mille raisons d'en avoir assez... Y compris, quelquefois, de ceux qui en ont assez !

Manifester, c'est très bien, cela donne le sentiment d'exister, et par les temps qui courent, à l'ombre d'un État tétanisé par ses contradictions, ses faiblesses, ses incertitudes, ses poids, ses carences, toute sensation d'existence, de mouvement, est la bienvenue.

Que l'on s'en aille manifester donc, même si l'on ne sait pas vraiment contre qui et quoi, même si le « tous-pourris » dominant n'aide pas à fixer les responsabilités, et même si le sectarisme est de la partie, sous la forme d'une opposition artificielle mais néanmoins virulente entre deux concepts aussi confus l'un que l'autre, celui de société civile et celui de classe politique.

Manifestons, même si ça part dans tous les sens... et si, comme dimanche dernier, il y en a qui voudront renverser le gouvernement et d'autres faire le pied de nez au Parlement ; que les troisièmes réclameront un président et les quatrièmes une décharge quelque part ; que les cinquièmes se contenteront de l'argent des municipalités et les sixièmes des droits des femmes ; que les septièmes s'acharneront à vouloir abattre la corruption et les huitièmes à en finir avec la loi sur les loyers ; sans parler des neuvièmes qui voudraient gentiment voir le pouvoir aller aux militaires (« Ce sera un Alcazar ou bien un Tapioca pour vous, Madame? ») et, enfin, ceux qui ne veulent rien du tout... que casser !

Hétéroclite, la manif ? Et alors ? Ça bouge, c'est l'essentiel ! Tout ira bien, à une condition, une seule : qu'on laisse le système tranquille! Il est innocent, lui. Il n'a rien fait. Cela fait longtemps qu'on l'exclut, le confine au-dehors. D'ailleurs, que lui reproche-t-on, au juste ? Ou plutôt, que sait-on de lui ?

Sait-on par exemple que le système ne dit pas que les gouvernements au Liban doivent être formés comme s'il s'agissait de conseils d'administration, que le donnant-donnant n'est pas la règle au pouvoir, que le ministre-opposant est un concept qui ne devrait pas exister ?

Sait-on que le système ne donne à personne le droit de bloquer une élection, qu'il n'autorise pas les supercheries et les turpitudes, comme par exemple celles qui consistent à prétendre que le quorum requis pour les séances de la Chambre destinées à élire un président est des deux tiers ?

Sait-on que le système ne permet pas de bloquer l'action législative, qu'il prévoit la sanction politique de l'exécutif par les députés et celle des députés par les électeurs ?

Sait-on que le système n'autorise guère les milices privées, sous quelque appellation que ce soit, et ne permet à personne de déclencher des guerres ou d'aller prêter main-forte à des régimes voisins ?

Sait-on que le système ne dit pas que l'épée de la justice doit s'abattre sur les uns et pas sur les autres ?

Sait-on que le système ne confine pas la parité islamo-chrétienne à un simple partage des morceaux du gâteau ? Qu'il n'autorise pas les chefs de file au sein de chacune des communautés à confisquer le rôle des institutions ?

Sait-on que le système ne dit pas que les fils, et encore moins les gendres, doivent nécessairement prendre la relève des pères et des beaux-pères, ni que les partis politiques sont habilités à étouffer la démocratie en leur sein, comme cela vient de se passer avec une formation qui se prétend réformatrice ?

Sait-on que le système en question est celui qui a permis, il y a vingt-cinq ans, de mettre un terme à la plus absurde des guerres, et que sans lui, même s'il n'est jusqu'ici qu'une référence théorique, le Liban se retrouverait démuni en plein chaos régional ?

Sait-on enfin qu'on ne change pas un système, aussi imparfait soit-il, avant de l'avoir appliqué ?

Si l'on souhaite que l'État soit en mesure, un jour, de bien gérer nos poubelles, entre autres menus services, commençons par manifester... pour le système !

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

stambouli robert

Excellent texte
tout est dit
bravo

Le Faucon Pèlerin

L'hérésie d'Istiz Nabeuh sur le quorum des deux tiers n'existe qu'au Liban. Dans tous les pays du monde y compris chez les Mau-Mau, la moitié + 1 est appliquée pour élire un Président de la République.

Halim Abou Chacra

La société civile ne doit pas se tromper de but. Il s'agit justement de sauver le système des "ordures politiques" d'une classe politique très irresponsable et que vous montrez si bien, M Fayad.

Dounia Mansour Abdelnour

Manifestons contre les manifestations. Et ensuite nous manifesterons contre les manifestations anti-manifestations.

issa louis

Très bien dit M.Fayad

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Si l'on souhaite que l'État soit en mesure de bien gérer nos poubelles commençons par manifester... pour le système !". Que vive le système.... khâââï !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

".... et, enfin, ceux qui ne veulent rien du tout... que casser !". Ok, but quid de la "lutte" pour l'abolition du confessionnalisme politique et pour l'instauration du "mariage civiiil" ?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Des législatives internes et des enjeux externes

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Douze à l’heure

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.